Stratégie de gestion et coût d’utilisation du tracteur aux Domaines Agricoles du Gharb

Conditions dans lesquelles évolue le matériel

Le Groupe des Domaines Agricoles du Gharb concerné par cette gestion, compte une dizaine d’unités de production réparties dans un rayon d’environ 120 km, dont cinq spécialisées dans la Grande culture, trois dans les agrumes et deux avec une activité mixte grande culture/agrumes.

Au Gharb, les tracteurs évoluent dans un environnement de terrains Dehs et Tirs lourds caractéristiques, soumis à un climat très humide en hiver (P> 500 mm), sec et très chaud en été (T°> 40 °C).

Alors que les 2RM sont souvent soulagés par l’avion pour les traitements en période de pluie; calendriers d’exportation obligent, les fruitiers 4RM sont sollicités à travailler sans arrêt, en période hivernale, dans des conditions boueuses draconiennes afin de sortir les récoltes de Navel, Salustiana, Nova, Washington Sanguine…

En ce qui concerne les grandes puissances, il faut surtout noter l’ambiance des fortes chaleurs et d’excès de poussière dans laquelle évolue l’engin lors des préparations des terres en plein été.

Stratégie de gestion du parc tracteurs

Optimisation du parc

En matière d’équipement en tracteurs, la stratégie du Groupe des Domaines Agricoles du Gharb, a toujours été de tout réaliser en interne et de ne faire appel à des prestations externes de service, qu’en cas de besoin extrême.

Pour optimiser le parc tracteurs, la stratégie est celle de la commande remontante (figure 1, voir fichier PDF) depuis le chef de ferme (le vrai utilisateur) vers le Gérant (le Coordinateur Régional) et de ce dernier vers la Direction Générale à Casablanca (qui établit le bon de commande définitif).

Ainsi, la commande d’un matériel neuf n’est envisagée que si l’utilisation du parc déjà en place excède les normes en usage (autour de 1000 à 1200 h/an), ou si une grande carence apparaît à un moment crucial de la campagne, comme en Bour où il a été démontré l’intérêt d’un suréquipement relatif en vue d’un semis précoce des céréales.

Avoir justifié le besoin ne suffit pas pour lancer la commande d’un nouveau tracteur; encore faut-il vérifier sur le listing de la Direction Générale, que ce type de matériel n’existe pas déjà en surplus dans d’autres régions, d’où il peut être retiré soit pour un usage d’appoint soit de façon définitive.

On sait qu’un Domaine d’agrumes utilise en particulier des fruitiers 4RM. De même qu’un grand Domaine céréalier est surtout utilisateur régulier des 2RM et de tracteurs de grande puissance.

Pour le Groupe des Domaines Agricoles du Gharb, la première mesure pour éviter le suréquipement inutile, est d’exclure les unités d’agrumes des commandes de la grande puissance dont elles n’ont besoin que de temps à autre pour le sous solage ou le buttage, à l’occasion d’un nouveau projet de plantation. Ce besoin pouvant leur être assuré par les unités de grande culture dans le cadre du jeu d’échange de matériel instauré entre fermes.

L’autre principe stratégique pour le choix du matériel est de “n’être” ni mono-marque (pour ne pas être dépendant d’un seul fournisseur) ni dispersé entre trop de marques différentes (afin de garder un poids minimum et être mieux écouté au moment des négociations des prix, de la commande de la pièce de rechange et du service après vente).

Le parc constitué depuis les années 80 (période concernée par cette étude), est ainsi réparti essentiellement entre 4 maisons de grande réputation ayant fait leurs preuves dans le contexte local qui sont Ford/New Holland (40,7%), Massey Fergusson/Landini (33,3%), John Deere (14,8%); le petit complément restant étant réparti entre Iseki (5,6%) et Deutz (5,6%).