Stratégie de gestion et coût d’utilisation du tracteur aux Domaines Agricoles du Gharb

Coût de main d’œuvre

Eu égard au salaire moyen versé aux conducteurs de tracteurs (60 à 70 Dh/j), le coût horaire moyen dans le contexte du Groupe des Domaines Agricoles du Gharb est d’environ 7 Dh, pour une journée moyenne de 9h.

La différence de coûts constatée n’est pas attribuable à un écart de salaire entre unités (qui reste globalement peu significatif), mais au nombre d’heures d’utilisation annuelle, plus important pour les tracteurs neufs (1.516 h/an) que pour les vieux tracteurs (810 h/an).

Carburant et lubrifiants

Rappelons que la consommation en carburant d’un tracteur dépend de sa puissance, du taux de charge du moteur (puissance effective/puissance nominale), lui même fonction de l’exigence des travaux auxquels l’engin a été affecté.

Du fait d’une activité générale, dominée essentiellement par les travaux légers (51 %) et le transport (34 %), la consommation en carburant sur les 3 dernières campagnes a été de 4,6 L/h pour les fruitiers, 6,1 L/h pour les 2RM et 12,7 L/h pour la grande puissance. Pour le Domaine Agricole de Merchouch, on cite des consommations de 4,0 L/h pour les 2RM et 9,3 L/h pour la grande puissance.

Le tableau 7 (voir fichier PDF) présente le coût moyen du carburant et des lubrifiants pour un prix de gasoil à la pompe de 5,78 Dh/L (à la date de la rédaction du présent bulletin).

Coût d’utilisation horaire

La synthèse des 3 dernières campagnes sur ce point est présentée dans le tableau 8 (voir fichier PDF). Que l’engin soit amorti ou non, ce coût est naturellement plus élevé pour une grande puissance que pour un 2RM ou un fruitier 4RM.

Ce coût est également plus élevé pour les tracteurs non encore amorti que pour les tracteurs déjà amortis du fait de la dotation aux amortissements.

Le Maroc ne produit ni carburant ni lubrifiants mais en importe au cours du marché mondial. Que le matériel soit amorti ou non, le carburant représente le premier poste important du coût d’utilisation du tracteur (entre 52,4 et 62,2%). Le reste est ensuite réparti entre:

– l’amortissement (22,9%), l’intérêt (8,5%), la main d’œuvre (8,4%), l’entretien/réparation (4,4 %), les lubrifiants (2,4%), et l’assurance (1 %), pour les engins non encore amortis;

– l’entretien/réparation (18,1%), la main d’œuvre (11,1%), les lubrifiants (6,2%), et l’assurance (2,4%), pour les engins amortis.

Le coût d’utilisation est étroitement lié au nombre d’heures de travail du tracteur, du fait de l’importance de l’amortissement dans la structure du coût total. Dans le contexte français, on cite des chiffres de coût de 60,5% de charges fixes, 22,2% de carburant, 11,8% de charges d’entretien/réparation et 5,5% de lubrifiants.