16.3 C
New York
mardi, mai 21, 2024

Buy now

5-8 juin 2023: Troisième Congrès africain sur l’agriculture de conservation (3ACCA) (IAV Hassan II, Rabat)

Le troisième Congrès africain sur l’agriculture de conservation (3ACCA)
sous le thème

“Construire un avenir résilient en Afrique par l’agriculture de conservation et la mécanisation durable”

5-8 juin 2023 à Rabat (IAV Hassan II)
Prof. Mohammed SADIKI, Ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts a présidé l’ouverture du 3ème congrès africain sur l’agriculture de conservation (3ACCA) organisé du 05 au 08 juin 2023 sous le thème “Construire un avenir résilient en Afrique par l’agriculture de conservation et la mécanisation durable”.
Le congrès est organisé en collaboration entre le Consortium National de Recherche Agricole (INRA-IAV Hassan II – ENA de Meknès), l’Office National du Conseil Agricole (ONCA), le Réseau africain de l’agriculture de Conservation (ACT), la Commission de l’Union africaine, l’Agence du NEPAD, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Centre international de recherche agricole dans les zones arides (ICARDA) relevant du Groupe CGIAR, la Banque Mondiale et d’autres partenaires nationaux (OCP, UM6P/ Al Moutmir, Crédit Agricole du Maroc, fondation AAA, AMAC).
Allocution de Mme Beth BECHDOL, Directrice générale adjointe de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO)
Allocution au nom de HE Amb. Mme Josefa Leonel Correia SACKO (Angola), Commissaire de l’Union Africaine à l’Agriculture et au Développement Rural
Allocution de Mr. Martin KROPFF, Directeur Général au groupe GCIAR

Allocution de Mr. Samba KANTÉ, Directeur Général SAED, Sénégal

Télécharger le programme

“3ACCA RABAT DECLARATION 2023”
DECLARATION OF THE THIRD AFRICA CONGRESS ON CONSERVATION AGRICULTURE
Rabat, Morocco, June 7, 2023

BACKGROUND
The Third Africa Congress on Conservation Agricul­ture (3ACCA), held in Rabat, Morocco, 5 – 8 June 2023, is in succession to the first and second Afri­can Congresses on Conservation Agriculture which were held in 2014 in Lusaka, Zambia, and 2018 in Jo­hannesburg, South Africa, respectively. The 3ACCA, which drew 557 people (155 female) from 63 coun­tries (32 from Africa), was a hybrid event that com­bined 246 in-person attendance with 311 virtual at­tendees, and presenters via live stream.
The 3ACCA (https://africacacongress.org/) was es­tablished with the goal of contributing to African countries’ agricultural productivity initiatives as a key component in the achievement of the Mala­bo Declarations’ Vision 25×25, Agenda 2063, and Sustainable Development Goals. Furthermore, the 3ACCA strengthens Africa’s position on Conserva­tion Agriculture (CA) and Sustainable Agricultural Mechanization (SAM) and improves effective par­ticipation at the 9th World Congress on Conser­vation Agriculture (9WCCA), which will be held in South Africa in July 2024.
The 3ACCA aimed to bring together experts, practi­tioners, and policymakers from various sectors and interest groups at all levels of agriculture develop­ment from the public, private, and civil sectors to share best practises and exchange knowledge and information in order to expand Africa-wide adop­tion of CA and SAM as the sustainable and regen­erative foundation for building resilience to climate change, rising food and energy prices, and disrup­tions in agrifood systems.
PREAMBLE
Recognising the importance of countries develop­ing or aligning policies with the SDGs, international norms, and African multilateral accords;
Recognising the dangers of future disruptions to agrifood systems due to extreme weather, climate change, land degradation, pest epidemics, geopoli­tics, and social upheavals;
Noting emerging digital, technology, and mechani­sation opportunities for all sectors, including agri­culture;
Noting the importance of strengthening effective pan-African national networks, partnerships, and methods of collaboration;
Given the pressing need to expand CA-based Cli­mate Smart Agriculture and SAM to achieve food security and sovereignty, sustainable incomes, and resilient communities;
Noting the importance of policy support for devel­opment finance and investments in Africa by imple­menting resilient agricultural system practices such as CA and SAM;
Recognising the need of increasing public and pri­vate sector investments and creating an enabling environment to promote CA and SAM;
Recognising the need for African manufacturers and service providers to scale CA and SAM;
Furthermore, noting the potential for CA as the best carbon farming solution to promote soil health, biodiversity and ecosystem functions;
Recognising the importance of fostering CA and SAM knowledge and innovation system manage­ment and its application for scaling, including the opportunities for youth and women as farmers, as well as equity for all agricultural workers;
Recognising the importance of expanding intergen­erational education and training for CA and SAM scaling in Africa;
THE RESOLVE
The Third Africa Congress on Conservation Agri­culture resolves that in order to achieve the scaling of CA and SAM in Africa in line with the Malabo Declaration and Agenda 2063:
1) Policymakers and stakeholders should be aware that to achieve sustainable intensification with real regenerative farming, the interlinked princi­ples of CA must be followed and supported by SAM.
2) The African Union (AU) is urged to operational­ize the Framework for Sustainable Agricultural Mechanisation in Africa (F-SAMA) in order to increase support from the UN and donor organ­isations and its adoption by African states.
3) Countries revitalise and/or establish joint CA and SAM institutional focal points, centres of ex­cellence, and network coordination to support locally relevant partnerships and innovation platforms that can engage with government, development partners, CA farmer organizations and the business sector.
4) Countries build data and financial literacy on CA and SAM at the enterprise, project, programme, and national levels to use in developing policy, business, investment plans for CA and SAM, as well as leveraging public, private, and civil soci­ety sources of investments for scaling CA and SAM.
5) CGIAR and national research entities working in Africa prioritise the development and shar­ing of CA and SAM findings and knowledge of initiatives to accelerate the adoption of resilient agricultural practices in Africa.
6) To achieve widespread implementation, coun­tries use CA and SAM agronomic research find­ings, and participatory on-farm knowledge, as well as simulation modelling that provide de­sired outputs and outcomes that meet farmers’ short-term economic aims while providing the longer-term social and environmental benefits.
7) Through CA and SAM, countries target and de­velop a new generation of women and youth agricultural entrepreneurs and managers.
8) Countries must set, verify, monitor, and report targets for CA and SAM areas for 2030 to cover areas for CA-based annual and perennial sys­tems;
9) Other nations in Africa to follow Morocco’s “Generation Green 2020-2030” strategy to have 1 million hectares under no-till systems by 2030, to lead and adopt CA for the multitude of benefits, inter alia, for carbon farming in order to reap benefits from carbon markets and certi­fications.
10) Agricultural universities throughout Africa cre­ate CA and SAM comprehensive curricula and deliver them for intergenerational teaching and learning that encompasses adult/continuous education, schools and colleges, and the univer­sity.
11) Countries formulate technical and professional training requirements for SAM to seek voca­tional training financing from governments and development partners in order to develop ca­pacities for SAM R&D, extension, education and training in each country.
12) Countries commit to contribute content and encourage the use of AfricaMechanize, a digital online platform for SAM, to support the scaling of CA and SAM in Africa.
13) ACT, FAO, NEPAD and AU are called upon to sensitise and enable governments and agricul­tural development stakeholders in the public, private and civil sectors on the value of sup­porting the implementation of the Malabo Dec­laration CSA Vision 25×25, the Initiative for the Adaptation of African Agriculture (AAA) and F-SAMA as a natural guide in the promotion of scaling of CA and SAM in Africa.

 

«DÉCLARATION 3ACCA RABAT 2023»
DECLARATION DU TROISIEME CONGRES AFRICAIN SUR L’AGRICULTURE DE CONSERVATION
Rabat, Maroc, 7 juin 2023

CONTEXTE
Le troisième congrès africain sur l’agriculture de conservation (3ACCA), qui s’est tenu à Rabat, au Maroc, du 5 au 8 juin 2023, succède au premier et deuxième congrès africain sur l’agriculture de conservation qui se sont tenus en 2014 à Lusaka, en Zambie, et en 2018 à Johannesburg en Afrique du Sud. Le 3ACCA, qui a attiré 557 personnes (155 femmes) de 63 pays (32 d’Afrique), était un événe­ment hybride qui combinait 246 participants en per­sonne avec 311 participants virtuels, et des présen­tateurs via un flux en direct.
Le 3ACCA (https://africacacongress.org/) a été organisé dans le but de contribuer aux initiatives de productivité agricole des pays africains en tant qu’élément clé de la réalisation de la Vision 25×25, de l’Agenda 2063 et des objectifs de développe­ment durable des Déclarations de Malabo. En outre, le 3ACCA renforce la position de l’Afrique sur l’ag­riculture de conservation (AC) et la mécanisation agricole durable (MAD) et améliore la participation effective au 9ème Congrès mondial sur l’agriculture de conservation (9WCCA), qui se tiendra en Afrique du Sud en juillet 2024.
Le 3ACCA visait à rassembler des experts, des prat­iciens et des décideurs de divers secteurs et groupes d’intérêt à tous les niveaux du développement agri­cole des secteurs public, privé et civil pour partager les meilleures pratiques et échanger des connais­sances et des informations afin d’étendre l’adop­tion à l’échelle de l’Afrique. de l’AC et de la MAD en tant que fondement durable et régénérateur pour renforcer la résilience au changement climatique, à la hausse des prix des denrées alimentaires et de l’énergie et aux perturbations des systèmes agroal­imentaires.
PRÉAMBULE
Reconnaissant l’importance pour les pays d’éla­borer ou d’aligner des politiques sur les ODD, les normes internationales et les accords multilatéraux africains ;
Reconnaissant les dangers des perturbations fu­tures des systèmes agroalimentaires dues aux conditions météorologiques extrêmes, au change­ment climatique, à la dégradation des terres, aux épidémies de ravageurs, à la géopolitique et aux bouleversements sociaux;
Constatant les nouvelles opportunités numériques, technologiques et de mécanisation pour tous les secteurs, y compris l’agriculture;
Notant l’importance de renforcer les réseaux na­tionaux panafricains efficaces, les partenariats et les méthodes de collaboration ;
Compte tenu du besoin urgent d’étendre l’agricul­ture intelligente face au climat et la MAD basées sur l’AC pour atteindre la sécurité et la souveraineté alimentaires, des revenus durables et des commu­nautés résilientes ;
Notant l’importance du soutien politique pour le financement du développement et les investisse­ments en Afrique en mettant en œuvre des pra­tiques de systèmes agricoles résilients telles que l’AC et la MAD ;
Reconnaissant la nécessité d’augmenter les inves­tissements des secteurs public et privé et de créer un environnement propice à la promotion de l’AC et de la MAD ;
Reconnaissant la nécessité pour les fabricants et les fournisseurs de services africains de mettre à l’échelle l’AC et la MAD ;
En outre, notant le potentiel de l’AC en tant que meilleure solution de séquestration du carbone pour promouvoir la santé des sols, la biodiversité et les fonctions des écosystèmes;
Reconnaissant l’importance de favoriser la gestion des systèmes de connaissances et d’innovation de l’AC et de la MAD et son application pour la mise à l’échelle, y compris les opportunités pour les jeunes et les femmes en tant qu’agriculteurs, ainsi que l’équité pour tous les travailleurs agricoles ;
Reconnaissant l’importance de développer l’édu­cation et la formation intergénérationnelles pour la mise à l’échelle de l’AC et de la MAD en Afrique ;
LA RÉSOLUTION
Le Troisième Congrès Africain sur l’Agriculture de Conservation décide que pour réaliser généraliser l’AC et la MAD en Afrique conformément à la Décla­ration de Malabo et à l’Agenda 2063 :
Les décideurs politiques et les parties prenantes doivent être conscients que pour parvenir à une in­tensification durable avec une véritable agriculture régénérative, les principes interdépendants de l’AC doivent être suivis et soutenus par la MAD.
L’Union africaine (UA) est invitée à opérationnaliser le Cadre stratégique pour une mécanisation agri­cole durable en Afrique (C-MADA) afin d’accroître le soutien de l’ONU et des organisations donatrices et son adoption par les États africains.
Les pays revitalisent et/ou établissent des points focaux institutionnels conjoints AC et MAD, des centres d’excellence et une coordination de réseau pour soutenir les partenariats et les plateformes d’innovation pertinents au niveau local qui peuvent s’engager avec le gouvernement, les partenaires de développement, les organisations paysannes et le secteur des entreprises.
Les pays renforcent les données et la documenta­tion financière sur l’AC et la MAD au niveau des en­treprises, des projets, des programmes et au niveau national à utiliser dans l’élaboration de politiques, d’affaires, de plans d’investissement pour l’AC et la MAD, ainsi que pour tirer parti des sources d’inves­tissement publiques, privées et de la société civile pour la mise à l’échelle de la AC et la MAD.
Le CGIAR et les entités nationales de recherche tra­vaillant en Afrique accordent la priorité au dévelop­pement et au partage des résultats de la AC et la MAD et des connaissances des initiatives visant à accélérer l’adoption de pratiques agricoles résilien­tes en Afrique.
Pour parvenir à une mise en œuvre généralisée, les pays utilisent les résultats de la recherche agronomique sur l’AC et la MAD, et les connais­sances participatives sur l’exploitation, ainsi que la modélisation par simulation qui fournissent les ex­trants et les résultats souhaités qui répondent aux objectifs économiques à court terme des agricul­teurs tout en fournissant les avantages sociaux et environnementaux à plus long terme.
Grâce à la AC et la MAD, les pays ciblent et dével­oppent une nouvelle génération de femmes et de jeunes entrepreneurs et gestionnaires agricoles.
Les pays doivent fixer, vérifier, surveiller et commu­niquer des objectifs pour l’adoption de l’AC et pour l’instauration d’une MAD pour 2030, y compris pour les systèmes pérennes basés sur l’AC ;
D’autres pays d’Afrique suivront la stratégie maro­caine “Génération verte 2020-2030” pour avoir 1 million d’hectares sous des systèmes sans labour d’ici 2030, pour diriger et adopter l’AC pour la mul­titude d’avantages, entre autres, pour la séquestra­tion du carbone afin d’en récolter les bénéfices des marchés du carbone et des certifications.
Les universités agricoles de toute l’Afrique créent des programmes complets d’AC et de MAD et les dispensent pour l’enseignement et l’apprentissage intergénérationnels qui englobent l’éducation des adultes/continue, les écoles et les collèges, et l’uni­versité.
Les pays formulent des exigences de formation technique et professionnelle pour la MAD afin de re­chercher un financement de la formation profession­nelle auprès des gouvernements et des partenaires de développement dans l’objectif de développer les capacités de R&D, de vulgarisation, d’éducation et de formation en MAD dans chaque pays.
Les pays s’engagent à contribuer au contenu et à encourager l’utilisation d’AfricaMechanize, une plate-forme numérique en ligne pour la MAD, pour soute­nir la mise à l’échelle de l’AC et de la MAD en Afrique.
ACT, la FAO, le NEPAD et l’UA sont appelés à sensi­biliser et à responsabiliser les gouvernements et les acteurs du développement agricole dans les sec­teurs public, privé et civil sur l’intérêt de soutenir la mise en oeuvre de la Déclaration de Malabo CSA Vision 25×25, l’Initiative pour l’Adaptation de l’Agri­culture Africaine (AAA) et C-MADA comme guides naturels dans la promotion de la mise à l’échelle de l’AC et de la MAD en Afrique.

Activités du projet ConserveTerra

Articles à la une

error: