Eléments d’aide pour la réussite d’un projet d’agrumes

Démarche pratique pour la réalisation d’un projet d’agrumes

La décision d’investir étant prise, la suite doit être de:

1- Choisir le marché et la stratégie commerciale;

2- Choisir l’assortiment variétal compatible avec la stratégie retenue;

3- Déterminer les zones de production de ces variétés, compte tenu des niveaux de productivité et de qualité recherchés;

4- Vérifier que ces zones sont convenables et répondent bien au besoin du marché et au cahier des charges des clients;

5- Vérifier qu’il ne s’agit pas de site à risque élevé du point de vue climatique (zone gélive, Chergui fréquent, zone trop ventée);

6- Contacter les services de l’Hydraulique et de s’assurer des ressources hydriques (débit permanent) et de la qualité physico-chimique et microbiologique de l’eau (charge en matières fines, salinité, pollution);

7- Fixer le choix des terrains qui seront affectés au projet (engager éventuellement une première discussion préliminaire avec le propriétaire en cas de location);

Mais aucun contrat de location ou de partenariat ne doit être signé avant d’avoir vérifié la qualité des terrains.

8- Réaliser l’étude de base pour s’assurer de la qualité des terrains (accessibilité, réseau d’assainissement, texture, salinité, hydromorphie, autres contraintes);

9- Vérifier qu’il n’y a pas d’autres contraintes au projet comme les litiges sur les titres, les problèmes sociaux, l’indisponibilité de main d’œuvre;

Si tous les éléments ci-dessus sont favorables, la seconde étape consistera à:

10- Elaborer l’étude de faisabilité technique du projet et à vérifier qu’il n’y a pas de contrainte insurmontable qui risque de rendre la réalisation du projet impossible;

11- Elaborer l’étude de rentabilité du projet, compte tenu des choix opérés et des contraintes rencontrées;

12- Faire vérifier l’étude par un bureau spécialisé;

13- Faire un rapprochement entre les ressources financières disponibles (fonds propres, emprunts) et le coût de l’investissement (dans le doute revoir le projet ou s’abstenir);

Si les ressources financières ne sont pas une contrainte, il faut alors:

14- Engager les études de foration, de génie civil, d’irrigation, d’électrification,… afin d’avoir les devis définitifs;

15- Vérifier que les offres ne sont pas entachées d’erreurs quelconques qui risquent de conduire aux litiges avec les entreprises par la suite.

16- Contactez les pépinières pour le programme de livraison des plants;

Mais ne rien engager comme dépenses avant d’avoir vérifié que les débits des forages ou des puits, la qualité de l’eau sont bien ceux prévus par l’étude hydraulique.

Si les ressources en eau s’avèrent valables, la dernière étape consistera alors à:

17- Etablir le planning de réalisation du projet en tenant compte des possibilités techniques et financières de l’entreprise (d’après l’expérience, 100 ha/an constituent un maximum raisonnable, même pour un chantier mené tambour battant, au delà risque de bâcler le travail);

18- Organiser le projet par chantier en tenant compte des moyens disponibles (MO, matériel, véhicules, …);

19- Vérifier constamment l’état d’avancement des travaux et comparer les écarts avec le planning de départ;

20- S’assurer à chaque fois auprès de la pépinière que le programme de production de plants se déroule comme prévu et qu’il n’y aura pas de retard de livraison ou de problème technique quelconque.

Aït Houssa A., Qaous K., Benbella M., El-Midaoui M.
Département d’Agronomie, Ecole Nationale d’Agriculture de Meknès – Maroc