Eléments d’aide pour la réussite d’un projet d’agrumes

Choix du matériel végétal

Jusqu’à une date assez récente, la quasi-totalité des agrumes au Maroc étaient greffés sur bigaradier, ce qui représente une grave menace pour le patrimoine agrumicole du pays, en raison de la sensibilité de ce porte greffe à la tristeza. D’où la nécessité de nouveaux matériels de remplacement. Pour le moment, le seul porte-greffe tolérant sur lequel un minimum d’informations en verger existe, est le Citrange. Dans le Gharb, il a été prouvé que ce porte-greffe peut assurer des productivités très élevées de Marisol et de Nova (respectivement 79t/ha et 50t/ha), si le terrain est fertile et le verger bien conduit.

Pour les variétés, c’est la qualité en fonction du terroir qui doit entrer en ligne de compte pour opérer un bon choix. La station d’emballage est le lieu idéal pour comparer, sur ce plan, les terroirs les uns par rapport aux autres.

Hormis la W. sanguine et les risques de reverdissement de la Maroc Late dans la région, globalement, c’est dans le Souss qu’une gamme très large de variétés peuvent être produites sans trop de problèmes de qualité.

Pour les autres régions, le Gharb est la zone par excellence de la Marisol (forte productivité, fruit à peau lisse, très juteux), de la Salustiana (forte productivité), de la Sanguine (fruit de forme caractéristique et bien coloré), de la Maroc Late et même de l’Ortanique, à la condition pour cette dernière, d’être sur des terrains pas trop fertiles et plantée plutôt du côté du Beht et non dans le Gharb central. La meilleure qualité d’Ortanique est obtenue en pratiquant une taille moyenne et en rationnant l’irrigation et la fertilisation azotée, sinon l’arbre produit de “l’hors calibre” en forme de poire, à peau grossière non exportable.

En revanche, le Gharb central n’est pas le terroir indiqué pour la Navel de qualité et encore moins pour des variétés de clémentinier qui craignent le “water spot“ comme la Nour.

Les meilleures Navels sont obtenues dans l’Oriental, à Marrakech et à Béni Mellal, alors que la Marisol dans les deux dernières régions donne un fruit peu juteux et à peau rugueuse.

L’innovation en matière de variétés est fondamentale en agrumiculture et peut même bouleverser la rentabilité d’une entreprise. Mais on ne saurait conseiller à un nouvel investisseur de développer de nouvelles variétés ou de nouveaux clones en production, sans avoir été testés amplement dans des essais de comportement dans la région du projet. Des erreurs graves ont été déjà commises au Maroc en multipliant directement en verger des clones dont on a constaté à l’étranger, qu’ils sont la force de la concurrence. Introduits au Maroc, le résultat a été décevant. Le cas d’école à citer à ce sujet est celui de Fortune dans les années 90.

Traditionnellement, quand on travaille avec un cahier des charges engageant le Groupe d’Exportation dans des livraisons toute l’année, l’assortiment variétal prévoit un “télescopage” en variétés et en tonnage qui s’étale d’octobre à mai, avec plus ou moins une à deux semaines de décalage pour certaines variétés, selon que la campagne est précoce ou tardive: Marisol et carte noire à compter de mi-octobre, Navel, Clémentine, Nules à compter de mi-novembre, Salustiana à compter du début décembre, Nour et Nova à compter du début Janvier, W Sanguine et Afourer à compter de mi-janvier, Ortanique et NLL à partir du début février et Maroc Late à partir de mi-mars.