Eléments d’aide pour la réussite d’un projet d’agrumes

Eléments sur l’investissement

Le volume d’investissement dans un projet agricole est fonction de sa taille. Dans le contexte marocain, il n’y a pas eu d’études spécifiques à notre connaissance, pour déterminer la taille optimale dans le cas d’un projet d’agrumes. L’expérience de quelques sociétés montre cependant que pour des projets isolés de moins de 50-100 ha, on perd les avantages de l’économie d’échelle et l’investissement ramené à l’ha devient un peu plus élevé.

Un projet sur une ancienne ferme déjà en partie équipée, coûte tout naturellement moins qu’un projet sur un terrain vierge où il faut tout réaliser depuis les pistes, les clôtures, les bâtiments, l’électrification, les forages, …

Le coût peut également être différent selon les choix technologiques retenus et selon qu’il s’agit d’un projet clé en main ou réalisé en partie en interne.

Une foration au Rotary coûte le double d’une foration au battage (3500 Dh /ML contre 1500 Dh). Un buttage à l’aide d’un adosseur traîné au tracteur de grande puissance coûte trois fois moins cher qu’un buttage à la niveleuse hydraulique louée aux sociétés du Génie Civil (1500 Dh/ha contre 4500 Dh/ha). L’expérience accumulée dans le Souss montre que la géomembrane (et encore moins le béton armé), n’est pas indispensable pour assurer l’étanchéité d’un bassin d’accumulation ou d’une bache de reprise pour l’irrigation. Un bassin en déblai ou en remblai, avec des talus doux de 1H/2.5B, pour éviter les glissements, étanché en plastique noir épais de 500 microns suffit.

En micro-irrigation, si la double rampe apporte un plus en terrains légers, rien ne prouve son efficacité par rapport à une rampe simple en sols lourd à forte diffusion latérale de l’eau par succion.

Dans un projet d’agrumes, de nombreux chantiers n’exigeant pas une grande technicité comme les clôtures, les pistes, la confection des buttes, le montage du goutte à goutte (sauf pour la partie automatismes),… peuvent être réalisés à un plus faible prix en interne, à condition d’être équipé en engins et d’avoir du personnel habitué à ce genre de travaux.

A la date de la rédaction de ce bulletin, voici à titre indicatif l’ordre de grandeur des coûts à prendre dans le contexte du Maroc pour la réalisation des différents travaux et pour l’achat des équipements:

En interne, les pistes coûtent environ 1500 Dh/ha, les clôtures 1000 Dh/ha, les bâtiments 2000 Dh/m2 couvert. L’électrification coûte 250.000 Dh lorsque la ligne de moyenne tension est à moins de un Km, le goutte à goutte simple rampe, y compris le petit bassin de reprise et la station de tête 22.500 Dh/ha, la préparation du sol et le buttage au tracteur 4300 Dh/ha.

Pour le matériel agricole, il faut compter 210.000 Dh pour un bon tracteur fruitier et un tracteur par 30 ha, 130.000 Dh pour un atomiseur de la nouvelle génération et une machine par 50 ha, 30.000 Dh pour une remorque multi usages avec essieu avant pivotant et une remorque par 30 ha.

Le tableau 3 (voir fichier PDF), donne un ordre de grandeur de la dépense d’investissement (hors somme immobilisée pour l’entretien du verger durant les 3 premières années), pour réaliser une plantation de 150 ha dont la moitié en petits fruits et la moitié en oranges, avec 3 scénarios de dépense d’investissement différents:

rr Une variante basse, correspondant à un investissement initial global d’environ 9.750.000 Dh et un investissement/ha d’environ 65.000 Dh. Ce scénario suppose l’hypothèse d’un promoteur chanceux qui récupère une ferme avec toute l’infrastructure encore en bon état, dont la réhabilitation ne demande qu’une dépense modeste d’entretien, soit respectivement 150.000 Dh pour les bâtiments, 50.000 Dh pour l’électrification et 50.000 Dh pour les forages.

rr Une variante intermédiaire, avec un investissement initial global qui s’établit à environ 11.300.000 Dh et un investissement/ha proche de 75.000 Dh. Ce scénario suppose, en plus d’une dépense substantielle de rénovation des bâtiments (300.000,00 Dh), l’investissement pour électrifier la ferme (250.000.00 Dh), réaliser des forations (450.000.00 Dh), le bassin de reprise pour les eaux des forages (300.000.00 Dh) et enfin la confection des buttes en utilisant un simple adosseur tracté (225.000.00 Dh).

rr Une variante haute, avec un investissement initial global qui s’établit à environ 14.700.000 Dh et un investissement/ha proche de 98.000 Dh. Ce dernier scénario suppose un projet réalisé sur un terrain vierge où il faudrait tout réaliser avec en plus, la contrainte supplémentaire d’un sous sol fragile qui nécessite de forer au Rotary, un nombre plus grand de 6 forages, dû au faible débit de la nappe, conduisant à une dépense totale pour l’eau de 2,1 millions de Dh, et enfin la confection des buttes en faisant appel à une société de génie civil (750.000.00 Dh).