Le figuier: Un patrimoine génétique diversifié à exploiter

La figue est un fruit très anciennement connu dans le monde. Cité dans la “Sourat Attine” du Coran, il est probablement originaire du Moyen Orient et naturalisé dans plusieurs régions et surtout celles du pourtour du bassin méditerranéen. Ce dernier fournit l’essentiel de la production mondiale, estimée à un million de tonnes, dont 27% est produit par la Turquie.

Origine et répartition géographique

Cet arbre, au passé mythique et nommé Ficus carica, a un qualificatif générique qui signifie verrue pour Ficus (le lait du figuier pour soigner la verrue) et carica fait allusion à une région en Turquie. L’arbre est probablement originaire du sud Arabique où le figuier sauvage et les caprifigues se retrouvent encore.

Cette espèce a été cultivée par les Phéniciens, les Syriens, les Egyptiens et les Grecs dans tout le bassin méditerranéen au point où l’on pense que c’est une plante indigène à ces milieux. Elle appartient au genre Ficus qui comprend 700 espèces, reconnaissables toutes par la présence d’une figue on sycone et dont certaines sont à usage ornemental. La seule espèce cultivée pour ses fruits comestibles est Ficus carica.

L’intérêt que l’homme a porté au figuier a entraîné sa dispersion dans plusieurs régions du monde, prouvant ainsi sa grande faculté d’adaptation et ses affinités avec les climat chauds. Cette espèce possède une étonnante capacité de régénération végétative et de production de fruits sans production de fleurs visibles. Sa production est de deux types: figues de première récolte ou figues fleurs (El-bacor) et figues de 2ème récolte ou figues d’automne (Karmouce). Les figues fleurs sont formées sur les rameaux défeuillés de l’année précédente. Elles passent l’hiver au stade ‘grain de poivre’ pour reprendre leur développement au printemps. L’évolution des figues fleurs ne nécessite pas de pollinisation et se fait d’une manière parthénocarpique.

Les figues d’automne (figues non retardées) sont formées à l’aisselle des feuilles des rameaux en croissance. Il existe, chez le figuier domestique, des variétés qui ne produisent que les figues d’automne et sont appelées ‘unifères’. D’autres donnent en plus une production de figues fleurs et sont de type ‘bifère’. Un décalage de quelques semaines est toujours observé entre les époques de maturité de ces deux types de production. Les fruits de ces dernières exercent, l’un sur l’autre, une compétition chez les variétés bifères. Ainsi une forte production en figues d’automne mène à un avortement plus élevé de la récolte de figues fleurs de l’année suivante.

Utilisation des figues

La figue est un fruit chargé de symboles et les significations sont diverses associant des conseils de gastronomie, de rareté, de sagesse, de fertilité sexuelle et bien d’autres. Le figuier se caractérise par la présence d’un lait blanc appelé latex. La figue peut être consommée en frais, comme aliment très nourrissant, ou servie comme produit industriel.

La figue est très énergétique, riche en vitamine et en éléments minéraux (tableau 1, voir fichier pdf).

Ce fruit qui a aussi des propriétés laxatives et diurétiques, peut être séché et transformé de plusieurs manière. L’industrie accorde actuellement une grande importance à ce fruit pour ses utilisations diverses (confiture, eau de vie, sirop…).

Les feuilles du figuier peuvent être également utilisées comme aliment de bétail. Le latex, séché et poudré, est utilisé pour la coagulation du lait. Il sert aussi pour l’isolation d’une enzyme digestive de protéines. Les cultures cellulaires de figues sont également évaluée comme une source de protéases. Plusieurs autres utilisation médicinales des produits de la figue sont rapportées.