25.2 C
New York
jeudi, juin 20, 2024

Buy now

Le figuier: Un patrimoine génétique diversifié à exploiter

Conduite technique de la culture

Sol: Le figuier est peu exigeant en matière de sol et s’accommode à tous les types. Il préfère ceux sablonneux profonds et fertiles. Les racines du figuier sont généralement traçantes, les travaux du sol doivent être limités à la couche superficielle. Le sol doit être maintenu propre par des travaux superficiels ou par l’utilisant chimique de défanant total. Avec le développement de la frondaison (4ème année) le couvert végétal réduit la concurrence des adventices.

Variétés: Le choix des variétés dépend du type de production (bifère, unifère ou les deux types), de l’époque de maturité et doit porter sur des génotypes de la gamme proposée. La caprifigation (pollinisation) est nécessaire pour assurer le développement des figues d’automne. Dans un verger, la plantation d’un caprifiguier suffit pour 20 arbres femelles. L’amélioration de la caprification peut se faire également par la suspension de colis contenant 5 profichis à l’approche de la réceptivité des figues femelles, soit au mois de mai environ.

Distances de plantations: varient selon la richesse du sol, de la hauteur pluviométrique annuelle et des possibilités d’irrigation, de 3 à 6 m sur le rang et de 5 à 7 mètres entre les lignes (250 à 400 plants/ha).

Besoins en eau: bien que cette espèce soit tolérante à la sécheresse, des arrosages copieux améliorent la production en quantité et en qualité. Ses besoins réels annuels sont de l’ordre de 600 mm, surtout au printemps et en début de l’été. Les arrosages doivent être espacés et copieux. Des pluies abondantes en période de maturité fragilisent l’épiderme et provoquent l’éclatement des fruits.

Forme de conduite: naturellement, le figuier pousse en cépée mais il peut être conduit en gobelet sur un tronc de 1 à 2 m, ce qui permet une rotation des charpentières grâce aux rejets de souche.

Taille: Il n’y a pas de taille de fructification proprement dite mais consiste à équilibrer les charpentières et à remplacer les branches dépérissantes. En raison de son bois tendre et creux et sa faible aptitude à cicatriser, les coupes doivent être effectuées au printemps à la montée de sève.

Travail de sol: Le système radiculaire étant traçant, les travaux du sol doivent être superficiels pour éliminer les mauvaises herbes et faciliter l’infiltration des eaux de pluie.

Nutrition: Le figuier ne requiert pas de fortes doses de fumure azotée. En sol irrigué et riche, on peut préconiser une fumure riche en potasse de type 1-2-2.5 (NPK). En sol pauvre, l’apport du fumier additionné à la potasse (200 unités) est préférable. La fumure doit être apportée loin du tronc et à l’aplomb du feuillage.

Ennemis et Maladies: Bien que ses ennemis soient nombreux (cochenille, mouche de la figue, teigne, chancre, mosaïque …), le figuier est un arbre rustique ne demandant pas de traitements particuliers. Un traitement d’hiver préventif au cuivre peut lui être suffisant.

Mise à fruit et rendement: La mise à fruit débute à partir de la 3ème année mais le rendement maximal (5t/ha en terrain sec à plus de 20t/ha en culture irriguée) est atteint à l’âge de 6 ans.

Dr Ahmed OUKABLIUnité de Recherche sur l’Amélioration des Plantes et Conservation des Ressources Phyto-génétiques INRA, Centre Régional de Meknès

Activités du projet ConserveTerra

Articles à la une

error: