30 C
New York
jeudi, juillet 18, 2024

Buy now

Prévisions de la récolte céréalière marocaine en 2023-2024: 31,2 Millions de Quintaux

24/05/2024 (Communique du Ministère de l’agriculture)

  • Une production prévisionnelle des céréales principales estimée à 31,2 Mqx

  • Bonnes performances des cultures maraichères et arboricoles

  • Le secteur de l’élevage maintient son équilibre

 

  • Production prévisionnelle des céréales principales 

La superficie semée en céréales principales au titre de cette campagne est de 2,47 Millions d’hectares contre 3,67 Millions d’hectares en 2022/23, soit une baisse de 33%. La superficie récoltable est estimée à 1,85 Millions d’hectares, soit près de 75% de la superficie semée.

Avec un rendement moyen prévisionnel au niveau national de 16,9 Qx/Ha, la production prévisionnelle des trois céréales principales au titre de la campagne est estimée à 31,2 Millions de quintaux contre 55,1 Millions de quintaux en 2022/23, en baisse de 43% par rapport à la campagne précédente. Par espèce, la production prévisionnelle est de :

  • 17,5 Millions de quintaux pour le Blé tendre ;

  • 7,1 Millions de quintaux pour le Blé dur ;

  • 6,6 Millions de quintaux pour l’Orge.

En terme de répartition régionale, trois régions participent à hauteur de 84% à la production nationale ; Fès-Meknès à hauteur de 37,1%, Rabat-Salé-Kénitra à hauteur de 28,9% et Tanger-Tétouan-Al Hoceima à hauteur de 18,2%.

Une bonne production des filières arboricoles et maraichères

S’agissant des cultures maraichères, le maintien du programme d’assolement à des niveaux satisfaisants malgré les conditions climatiques difficiles et les restrictions à l’irrigation dans certains périmètres d’irrigation, a permis de maintenir l’offre à des niveaux satisfaisants. En effet, la production maraichère au cours des saisons d’été, d’automne et d’hiver a permis de couvrir les besoins du marché national en légumes, notamment la tomate, l’oignon et la pomme de terre, avec une production de l’ordre de 5,6 millions de tonnes.

L’amélioration des conditions climatiques à partir du mois de février a coïncidé avec le stade de nouaison et de floraison, ce qui a permis de favoriser le développement des cultures arboricoles.

Les bonnes conditions climatiques du mois de mars auront des effets positifs sur les assolements du printemps et permettra d’assurer un approvisionnement normal et régulier du marché pour les mois prochains.

Des mesures de soutien au secteur de l’élevage et dispositions pour Aïd Al Adha

Globalement, le secteur de l’élevage maintient son équilibre grâce aux mesures prises par le Gouvernement et la mise en œuvre du programme de réduction de l’impact du déficit pluviométrique conformément aux orientations de Sa Majesté Le Roi, Que Dieu L’assiste. Ce programme porte sur la distribution de l’orge subventionné et de l’aliment composé subventionné au profit des éleveurs, ainsi que l’aménagement et l’équipement de points d’eau pour l’abreuvement du cheptel.

En outre, la suspension des droits de douane et de la TVA, en plus de la subvention de l’importation des ovins, ont permis un approvisionnement régulier du marché national en produits animaux.

Les mesures prises en perspective d’Aïd Al Adha, notamment la subvention aux importations des ovins, permettront de contribuer à assurer l’offre pour l’approvisionnement continu du marché. Le programme de préparation de l’Aïd Al Adha est décliné sur l’ensemble du territoire national.

Contribution du secteur agricole à l’économie nationale

En dépit des conditions climatiques difficiles, pour la troisième campagne consécutive, et du stress hydrique généralisé, le secteur agricole continue d’assurer un approvisionnement régulier du marché national grâce à la forte mobilisation des services du Ministère et des professionnels du secteur.

En parallèle à la poursuite des efforts de développement du secteur agricole dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie Génération Green, le ministère a pris une série de mesures et dispositions pour assurer le bon déroulement de la campagne agricole 2023-24 et renforcer le soutien du développement des filières agricoles dans les conditions climatiques très contraignantes et difficiles.

Ces mesures portent notamment, sur l’approvisionnement des facteurs de production (semences et engrais), le développement des filières agricoles, la gestion de l’eau d’irrigation, l’assurance agricole, le financement et l’accompagnement des agriculteurs.

Ainsi, près de 1.1 Millions de quintaux de semences céréalières certifiées ont été mises sur le marché à des prix subventionnés à hauteur de 210 dh/quintal pour le blé tendre et l’orge, et 290 dh/quintal pour le blé dur.

Et en droite ligne avec les Hautes Instructions Royales, le ministère a mis en œuvre un programme de réduction de l’impact du déficit pluviométrique, visant la sauvegarde du capital végétal et animal. A ce titre, une subvention financière a été mobilisée au profit des agriculteurs pour l’acquisition des engrais azotés, des semences et plants de tomate ronde, d’oignon et de pomme de terre, afin d’assurer l’approvisionnement normal et régulier des marchés en produits agricoles.

Par ailleurs, le département a poursuivi l’encouragement de l’investissement dans le secteur agricole à travers l’octroi des incitations dans le cadre du Fonds de Développement Agricole (FDA) et le lancement de nouvelles incitations dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie Génération Green.

Concernant l’assurance agricole, le programme a permis d’atteindre 1 million d’hectares de superficies couvertes de céréales, légumineuses et oléagineuses.

Des conditions climatiques difficiles ayant impacté les cycles de production des cultures

La campagne agricole 2023/24 s’inscrit dans le cadre d’une séquence climatique de cinq années très difficiles. La répartition temporelle des précipitations a été caractérisée par un retard des pluies entrainant une sécheresse longue au début de campagne affectant négativement le semis des cultures d’automne. Dans les zones semées, le stade de levée des céréales à partir du mois de novembre a été marqué par la rareté des pluies, ce qui a impacté la croissance et le développement des cultures mises en place. L’épisode des pluies enregistrées à partir du mois de février a par ailleurs favorisé le tallage et la montaison des céréales, notamment dans les régions nord des montagnes de l’Atlas et d’Oued Oum Rabii.

Par ailleurs, la variation importante des températures minimales et maximales qui ont marqué la campagne, a entrainé des perturbations des cycles de production des cultures. Ainsi, la hausse des températures durant le mois de novembre, conjuguée au manque de pluies, a accentué le stress hydrique dans plusieurs zones céréalières du Royaume et causé des pertes significatives dans les emblavements des céréales, notamment dans la région de Casablanca-Settat.

Le cumul pluviométrique national au 22 Mai 2024 est de près de 237 mm, en baisse de 31% par rapport à une campagne normale (349 mm) et une hausse de 9% par rapport à la campagne précédente (217 mm) à la même date. Le taux de remplissage des barrages à usage agricole à l’échelle nationale avoisine 31%, contre 30% la campagne précédente à la même date.

En dehors des régions du Gharb et du Loukkos où l’irrigation a été maintenue à un niveau correct, les autres grands périmètres ont subi des restrictions sévères ou même un arrêt de l’irrigation.

Activités du projet ConserveTerra

Articles à la une

error: