Le greffage de l’arganier un challenge pour la multiplication clonale

L’Arganier est une espèce endémique du Maroc. Sa répartition est limitée à une zone interface entre un courant d’air chaud et sec (venant de l’intérieur) et un autre d’air humide et frais (venant de la mer). Ainsi, il bénéficie d’un microclimat unique avec des nuits à humidité saturée. Les déficits hydriques causés par le manque de pluies, les vents de chergui, provoquent souvent un dessèchement partiel ou total des arbres.

Le recouvrement ou la tolérance au stress hydrique, se fait différemment chez les différents individus, même sous un microclimat identique. L’existence de sujets plus résistants que d’autres suscitent leur préservation. A ce potentiel écologique viennent s’ajouter des intérêts vivriers et paysagers variés: L’arganier présente une grande diversité de formes de feuilles,de troncs et de rameaux, et de fruits. Pour que ces caractères soient exploités (dans un but de protection et de domestication de l’arbre), ils doivent être tout d’abord reproduits par multiplication végétative.

Télécharger

Le greffage, s’adapte à l’arganier beaucoup mieux que le bouturage et le marcottage car, en plus de sa faisabilité pour conserver les performances des greffons (clones sélectionnés), il permet de garder les avantages du semis (racines longues permettant à l’arganier d’épuiser l’eau en profondeur).