Matériel de protection phytosanitaire des céréales: Choix, utilisation et sécurité

Le pulvérisateur à dos

Les pulvérisateurs à dos rencontrés sont de type à pression entretenue munis d’une pompe à piston. On distingue environ 20 marques provenant essentiellement d’Espagne et d’Italie.

Un pulvérisateur à dos, comparativement à d’autres matériels de traitement, est un appareil simple contenant un nombre réduit d’éléments. Il est porté sur le dos de l’opérateur et ne doit pas dépasser un poids total de 25 kg en raison des problèmes de confort. Les organes de base peuvent varier selon le type et la marque du pulvérisateur. Ces organes peuvent être scindés de la manière suivante:

La cuve: elle est généralement en matière plastique ayant une capacité de 15 à 20 litres, avec une forme adaptée au dos de l’opérateur. Elle doit être munie d’indicateur de niveau avec un maximum ne dépassant pas 95 % de son volume. La cuve est fixée sur le dos de l’opérateur grâce à des bretelles qui doivent être réglables, ayant un minimum de 5 cm de largeur.

La gâchette: la gâchette située au début de la lance contrôlant le passage de liquide vers la buse doit être étanche et offrir la possibilité d’être bloquée en position “arrêt”.

Les filtres: ils sont situés au niveau de l’orifice de remplissage, au niveau de la gâchette et au niveau de la buse.

La tuyauterie: elle est constituée d’un tuyau souple et d’une lance. Elle doit être posée de manière à éviter la contamination de l’opérateur et permettre la liberté des mouvements et la mise en position appropriée de la lance.

La pompe: elle doit être robuste et offrant une pression allant jusqu’à 4 bars. Le levier de la pompe doit avoir une longueur minimale de 40 cm et une amplitude de mouvement ne dépassant pas un arc de 40 cm. Le levier doit être conçu pour qu’il soit utilisé par les gauchers et les droitiers.

La buse: elle est généralement à chambre de turbulence à jet réglable. Ce type pose des problèmes de répartition surtout que l’agriculteur procède le plus souvent à un balancement de la main pour augmenter la largeur de travail. Actuellement, les buses à miroir sont de plus en plus utilisées en raison de la grande largeur qu’elles permettent. Cependant, elles ne sont recommandées que pour des traitements herbicides. D’autres dispositifs peuvent être rencontrées, telles que la rampe à deux ou à quatre buses.