Figuier de barbarie

LE FIGUIER DE BARBARIE

Importance et aire de culture

A l’exception des zones sahariennes et des montagnes, le figuier de Barbarie est largement représenté dans le paysage rural marocain. On le trouve principalement dans le Rif, les plateaux et plaines atlantiques et du Centre, dans le Tensift, dans la région de Moulay Driss près de Meknès et à Beni Smir près de Oued Zem où une collection de cactées de 500 ha a été installée dès 1944.

Exigences agro-écologiques

Le Figuier de barbarie est résistant au froid et peut supporter des gelées de l’ordre de -5°C. Ses besoins en chaleur sont importants et se situent entre 15 et 25°C durant la phase de croissance du fruit. Il est résistant à la sécheresse et des températures moyennes annuelles de 15 à 18°C lui conviennent parfaitement.

L’espèce présente une large faculté d’adaptation avec une préférence pour les sols très perméables, sableux ou caillouteux et à faible taux d’argile (20%). Il redoute les sols lourds et mal drainés. Il supporte aussi bien les sols acides que les sols très calcaires, voire salins (moins de 70 moles de NaCl/m³).

Les variétés

Au Maroc, les espèces de Cactus les plus largement répandues sont: Opuntia ficus indica, O. dillenii, O. vulgaris et O. compressa. Les fruits de Cactus sont présents sur le marché de juillet à fin septembre. Il existe de nombreuses variétés qui se distinguent en deux groupes: (1) les Cactus inermes souvent domestiqués et cultivés sur des surfaces limitées et (2) les Cactus épineux qui sont les plus répandus car ils résistent à la destruction par le bétail. Dans la nature, on trouve tous les intermédiaires entre les formes épineuses et inermes.

Multiplication du figuier de barbarie

Traditionnellement, la multiplication est réalisée par bouturage de raquettes, en laissant sécher au préalable les sections pendant deux semaines et parfois plus. Il est conseillé de conserver ces raquettes dans un endroit ombragé et aéré pour stimuler la subérisation de la zone coupée. A la plantation, la raquette est placée sur les 2/3 de sa hauteur contre le sol et inclinée. Le sol est alors tassé autour de la raquette.

Les distances de plantation sont variables en fonction de la pluviométrie et du degré d’intensification de la culture. En zone aride et semi-aride (150 à 400 mm de pluie), les densités de plantation sont de 1200 à 2000 raquettes à l’hectare. Quand la pluviométrie dépasse 400 mm, ces densités peuvent être de 3200 à 5000 raquettes à l’hectare. La culture par graine ainsi que la multiplication in vitro ont aussi été pratiquées.