Stevia rebaudiana, une nouvelle plante sucrée au Maroc – Exigences, techniques culturales et potentialités

Economie et Marché de la stévia

Il existe peu de données sur le coût de production de la stévia. Mais les données existantes montrent que le coût de production est très élevée en première année de culture en raison du coût de production des plantules en pépinière (jusqu’à 60 % du coût total). En culture pérenne, le coût de production est réduit et le bénéfice net se trouve amélioré, notamment en deuxième et troisième années de production. Les coûts d’extraction et de raffinement des extraits de la stévia ne sont pas disponibles.

Au Maroc, les essais sont en cours pour évaluer le coût de production de la stévia. Selon les résultats préliminaires, on peut estimer le coût de production à 81.385 Dh/ha en première année dont 34 % sont dû au coût d’installation de l’infrastructure nécessaire à la production des plants en pépinière et 31 % destinés à l’installation du système d’irrigation goutte à goutte. En deuxième et troisième années de production, le coût devient seulement 27.060 Dh/ha. La rentabilité de la stévia serait donc faible en première année et très élevée en années suivantes (2ème et 3ème années).

Les prix des extraits de la stévia sont très variables selon les pays en fonction de la nature et de la qualité des produits. Le prix des feuilles sèches varie de 1,6 $US/kg à 2,85 $US/kg et celui des stéviosides varie, en fonction du type d’emballage, de 145 $US/kg pour les paquets en vrac jusqu’à 615 $US/kg pour les petits paquets de 15-60 mg. Sur la base du pouvoir sucrant, les prix de la stévia sont souvent supérieurs de 25 % à ceux du sucre et sont presque similaires à ceux des édulcorants synthétiques.

Le marché mondial de la stévia est dominé par le Japon qui commercialise à lui seul 40 % des édulcorants issus de la stévia. Mais les décisions récentes de son approbation aux USA et en Australie augmenteraient davantage sa demande, notamment par les grandes compagnies internationales. Le marché de la stévia est également très croissant en Inde et en Chine avec l’augmentation du nombre de diabétiques et de personnes obèses suite à une sur-consommation en sucre de canne.

Perspectives futures

Au vu de tous ses atouts, la stévia pourrait constituer une culture alternative au Maroc pour le développement des régions où le climat et le sol répondent aux exigences de cette culture et où l’irrigation est possible. Le marché de la stévia est également très croissant en Inde et en Chine avec l’augmentation du nombre de diabétiques et de personnes obèses. Les résultats des expérimentations en cours dans la région d’Essaouira (Sud-Ouest) sont satisfaisants et encourageants.

Toutefois, il ya encore un besoin en matière de recherche scientifique pour combler certaines lacunes en matière de connaissances additionnelles sur cette culture, notamment dans les domaines suivants: (i) développement de variétés produisant des graines à taux de germination élevé, (ii) amélioration des techniques de multiplication et d’installation, (iii) développement de variétés à teneur élevée en stéviols glycosides, (iv) développement de techniques culturales intégrées associant l’optimisation de la production, la qualité du produit et le respect de l’environnement et la santé humaine, (v) développement de techniques de récolte, de séchage et de transformation efficientes produisant un produit naturel de haute qualité. Le développement de ce paquet technologique complet permettra à la stévia d’être une culture socialement acceptable, économiquement viable et écologiquement durable.