Fertilisation foliaire potassique des agrumes: Effet sur la production et la qualité du clémentinier “Cadoux”

Introduction

Le secteur des agrumes joue un rôle important dans l’agriculture marocaine. Avec une superficie de 85.000 ha et une production de 1.300.000 T, il procure directement ou indirectement plus de 21 millions de journées de travail et une importante recette en devise. Sur le plan social, ce secteur constitue la source principale de revenus pour 13.000 familles de producteurs. Il assure l’approvisionnement et le maintien en activité d’une importante industrie de transformation et de conditionnement. Le secteur agrumicole exporte 500.000 T/an pour une recette annuelle de 3 milliards de dirhams.

Cependant, le rendement moyen national reste faible en comparaison avec d’autres pays producteurs, soit environ 17 T/ha. Plusieurs contraintes sont à l’origine de cette faible productivité: le vieillissement d’une grande partie du verger national; non maîtrise des techniques de production; l’insuffisance des ressources en eau et les pertes dues aux maladies et aux ravageurs.

Devant l’exigence du marché mondial d’agrumes en matière de qualité des fruits frais et le libre échange des produits agricoles dans le nouveau contexte de la mondialisation, l’émergence d’autres pays producteurs d’agrumes notamment l’Egypte, l’Inde, la Turquie, etc., le Maroc est appelé à revoir sa stratégie de production dans ce secteur afin d’améliorer la compétitivité du produit marocain.

Le Plan Maroc Vert a considéré le secteur agrumicole comme un des secteurs pilotes de cette politique et le contrat programme avec la profession agrumicole prévoit notamment un plan de renouvellement des vieux vergers et la généralisation de la micro-irrigation.

L’augmentation des exportations agrumicoles se heurte très souvent au manque de fruits répondant aux normes de qualité imposées par les marchés étrangers, c’est pourquoi nos stations de conditionnement enregistrent des taux d’écarts de triage très élevés. Plusieurs facteurs sont à l’origine de ces écarts de triage: marbrures, dégâts de maladies et ravageurs, nutrition minérale, etc.

Chez les clémentiniers et les mandariniers, c’est surtout le petit calibre qui est considéré comme étant la cause principale des écarts de triage. Plusieurs techniques sont utilisées pour remédier à ce problème: application d’hormones de croissance, taille etc. Le calibre final du fruit dans une campagne donnée dépend de plusieurs facteurs dont notamment la charge de l’arbre en fruits, les précipitations, le programme de fertilisation, la taille et la combinaison variété/porte-greffe.

De tous ces facteurs, les pratiques de la fertilisation sont probablement les plus faciles à ajuster. En outre, il est connu que la qualité du fruit est très sensible à la fertilisation potassique.

La qualité du fruit destiné au marché du frais, c’est le cas des exportations marocaines, est jugée par le calibre du fruit, la grosseur et la texture de sa peau. Une carence en potassium conduit à la production de fruits de petit calibre avec une peau mince, alors qu’un excès de potassium a pour conséquence une production en fruits à gros calibre avec une peau épaisse et une texture grossière.

En ce qui concerne la qualité du jus, l’excès en potassium induit une acidité élevée. La fertilisation potassique est un outil important pour optimiser la qualité du fruit et du jus des agrumes.

Jusqu’à récemment, les pratiques de fertilisation étaient essentiellement orientées vers l’obtention de rendements importants et ce n’est que récemment que l’on s’intéresse aux effets positifs des apports minéraux sur la qualité de la production, plus particulièrement dans le cas du phosphore et du potassium. La fertilisation foliaire à base de potassium est une des pratiques culturales qui permet aujourd’hui d’atteindre ces objectifs: des rendements élevés et une production de qualité.

Les résultats de recherche présentés dans ce bulletin concernent l’amélioration de la production et de la qualité du fruit du clémentinier Cadoux en réponse à une fertilisation foliaire potassique, par l’application du nitrate (KNO3) ou du sulfate de potassium (K2SO4) à différentes doses et fréquences.