L’utilisation du centre pivot pour l’irrigation – Expérience des Domaines Agricoles au Maroc

Investissement

C’est l’importance de la superficie équipable qui détermine en première approximation l’investissement global à engager dans un projet de pivots. Le coût du projet peut être influencé par de nombreux facteurs parmi lesquels la configuration du terrain (d’un seul tenant ou morcelé, biscornu ou non, plat ou en pente,…), l’éloignement de la source d’eau (coût élevé du PVC et de la pompe), de l’électricité (coût de la ligne et frais des peines et soins à verser à l’ONE), la présence d’obstacles physiques à déplacer (bâtiments, pistes publiques,…).

Ramené à l’ha, le coût le moins cher est obtenu lorsque le projet est réalisé sur de grandes étendues d’un seul tenant (économie d’échelle), sans obstacles intrinsèques (pas d’aménagement préalable), avec la source d’eau et d’électricité à côté. Et le coût le plus élevé correspond le plus souvent à des projets réalisés sur des terrains avec d’importantes contraintes. C’est l’exemple du projet Tazeroualt dans le Tadla où il a été nécessaire de déplacer la ligne de haute tension (surcoût de 20%) ou de celui de Louata ou il a fallu construire une exhaure très coûteuse avec des conduites d’amenée sur plusieurs km, réalisées en partie avec de l’acier, en plus d’une série de bassins de régulation et de transfert disposés en étages (+ 35 % de la valeur initiale du projet).

Dans les années 80-85, un pivot de 50 ha (pompage et conduite non compris) coûtait environ 500.000 à 600.000 Dh, soit environ 10.000 Dh/ha. Ce coût d’investissement a tout naturellement évolué de façon sensible depuis 25 ans. Le tableau 6 présente un exemple d’offre récente faite à une entreprise du nord du Maroc en vue d’équiper une ferme de 450 ha, spécialisée dans le maïs ensilage et les autres cultures fourragères.

Dans ce projet, le meilleur arrangement de matériel proposé par le fournisseur consulté, compte tenu des contraintes intrinsèques de la ferme (1 route en longueur, 3 pistes + un talweg en largeur) est celui de:

bullet5 pivots fixes plein cercle pour irriguer 182 ha (3 pivots de 42 ha chacun + 2 pivots de 28 ha);

bullet1 pivot secteur (un demi-cercle) pour irriguer 21 ha;

bullet16 enrouleurs + 1 petite rampe basse pression pour irriguer les 175 ha de «chutes» échappant aux pivots.

Ce qui correspond à une superficie équipable de 84 % pour un investissement total de 6.311.900 et à un coût/ha moyen de 16.610 Dh.

Si on met de côté les nombreux commentaires techniques défavorables que suscite ce projet (armada d’enrouleurs, 15 % de la superficie restée non irriguée, gestion de matériel devant exiger beaucoup de main d’œuvre, …), en termes d’investissement, le pivot revient nettement moins cher que le l’aspersion intégrale (40.000 Dh/ha) ou le goutte à goutte monté en lignes jumelées (35.000 Dh/ha) et plus cher que l’aspersion mobile (9.000 Dh/ha).