L’utilisation du centre pivot pour l’irrigation – Expérience des Domaines Agricoles au Maroc

Durée de vie d’un pivot et entretien

Ce sont les conditions générales de climat de la zone, les conditions d’utilisation et d’entretien du pivot qui déterminent sa longévité. D’après la présente étude, la durée de vie objective du pivot dans le contexte marocain, est de 10 à 15 ans. Passée cette limite, le pivot est encore utilisable durant quelques années, mais au prix de pannes préjudiciables à la production et d’un coût d’entretien/ réparation élevé.

Les organes les plus fragiles d’un pivot sont paradoxalement les tubes en acier, qui sont en contact avec l’eau d’irrigation et l’injection des engrais et des pesticides, suivis ensuite des moto-réducteurs. De toutes les régions du Maroc concernées par la présente étude, c’est dans les conditions corrosives de Dakhla (humidité, vent de sable, eau artésienne chargée en soufre), que les tubes et la structure ont montré une moins bonne longévité. Le même constat est également fait dans les zones où le pivot est régulièrement utilisé pour l’injection des engrais azotés et phosphatés (en particulier l’ammonitrate et le MAP).

L’une des causes graves qui peuvent écourter la vie d’un pivot, c’est la fréquence des accidents et de chute de la machine par terre, par suite du désalignement lors de la descente en forte pente ou dans les ornières, particulièrement par temps venté. L’âge de la machine, l’état des tubes (corrosion) de la triangulation de soutien, la longueur du pivot lui-même et sa charge en eau, sa position par rapport à la direction de la tempête, sont autant de facteurs aggravants des risques d’accidents.

Le nombre de tubes pouvant être abîmés ou tordus peut être de 1 à 3. Ils sont généralement non réparables et non récupérables. Comme il faut du temps pour remettre en état un pivot accidenté, l’impact sur les cultures d’été comme le maïs, peut être énorme, particulièrement en sol à faible capacité de rétention et si l’arrêt de l’irrigation coïncide avec la floraison.

En général, il est recommandé d’arrêter le pivot par vent très fort pour éviter sa chute, d’autant plus que la qualité de l’arrosage est mauvaise (évaporation, irrégularité, verse mécanique des céréales sous le poids de l’eau). A la fin de chaque récolte, le pivot doit également être orienté dos au vent dominant et fixé aux buses d’assainissement s’il y’en a, au moyen de cordes.

Comme entretien préventif régulier sur la machine, il faut se plier au programme routinier du fabricant. Ce programme assez simple consiste entre autres, chaque année, à vidanger la structure des dépôts de boue en enlevant le bouchon du porte-à faux, à vérifier l’état général de la station de pompage (grilles, filtres, pompes, accessoires), à graisser le joint d’articulation du pivot, à contrôler l’état et la pression des pneus, les arbres de transmission et les protège-cardans, purger les boîtes d’engrenage pour en éliminer l’eau des condensations et faire la mise à niveau d’huile, changer les arroseurs défectueux, contrôler le tableau électrique et la boulonnerie. Un boulon non serré est un point de cisaillement garanti source d’accident, en particulier dans les terrains en pente.

D’autre part, au bout de chaque 2 ou 3 campagnes, vidanger les motoréducteurs et remettre de l’huile neuve. La capacité de chaque tour est d’environ 3 gallons (11,36 L) pour la boîte d’engrenage du moteur et les 2 boîtes d’engrenages des deux roues.