Techniques de production du piment rouge (Niora) au périmètre irrigué du Tadla

Entretien des plants en pépinière

Il faut veiller à ce que les racines trouvent un endroit humide sans excès. Pour cela, il faut apporter de légères et fréquentes irrigations (6 litres/m2/2 jours). La température de l’eau doit être voisine de 12°C. Les besoins en eau sont surtout importants à partir de la 4ème ou 5ème feuille.

Pour obtenir des plants sains à partir des semences désinfectées, il est indispensable qu’ils ne soient contaminés en pépinière, d’où la nécessité d’effectuer des traitements chimiques en post-levée pour lutter contre les larves de noctuelle, les pucerons et les rongeurs.

Transplantation

La meilleure période de transplantation est en mi-printemps pour que la récolte soit en fin d’été. Lors de la transplantation, les plants doivent être au stade de 6 à 8 feuilles et avoir environ 15 cm en hauteur. Les plants doivent être transplantés, dans les bords des billons à une profondeur de cinq cm. On préconise une plantation pas très profonde, le collet légèrement au-dessus du sol car la plante est très sensible à un certain nombre de maladies du collet.

Les écartements adoptés sont de l’ordre de 60 à 90 cm entre les lignes et 20 à 30 cm entre les plants. La densité résultante varie de 50 000 à 80 000 pieds/ha. La possibilité d’utiliser de petites distances est limitée car cela peut produire l’ancrage de la plante, affecter l’absorption de l’eau et des nutriments, induire la synthèse de certaines phytohormones, donnant un changement dans le développement des racines et une diminution de la qualité des fruits ou la productivité des plantes.

L’opération de transplantation de la pépinière aux champs est très délicate, du fait qu’elle conditionne la bonne reprise des plants et leur précocité. Aussi, doit-elle être menée avec le maximum de soins. En vue d’habituer progressivement le jeune plant à son nouveau milieu de vie, on doit procéder à un durcissement des plants une semaine environ avant la plantation.

Le durcissement consiste à habituer les plants à une température et une humidité plus basses que celles dans lesquelles ils ont été élevés ce qui permet de réduire le choc physiologique lors de la transplantation. Cette pratique de pré-conditionnement ou acclimatation est normalement conçue pour les plants élevés en pépinière à l’abri, où ils seraient exposés à des conditions du milieu différentes à celles de la pépinière. La pratique adoptée pour les semis de la Niora est de retirer l’approvisionnement en eau au cours d’une phase particulière de la croissance dans les pépinières.

Le pré-conditionnement des plants nutritionnellement est une autre procédure qui a été utilisée avec succès pour durcir les plants de poivron. Cela implique l’arrêt de l’administration de certains éléments nutritifs comme l’azote et le phosphore pour ralentir la croissance avant le moment de transplantation. La pratique recommandée est de durcir continuellement les plants par des arrêts d’irrigation durant les deux dernières semaines (semaines 7 et 8) avant la transplantation afin d’assurer une croissance uniforme dans le temps et l’espace.

L’opération de plantation est réalisée en présence d’une dose d’irrigation qui dépasse souvent 100 mm pour les plants à racines nues (Fig. 3 A). Mais lorsque les plants sont issus d’une pépinière dont les semences sont entretenues dans des bacs de germination, il est préférable de les transplanter sur un sol sec. Juste après, il faut les arroser (Fig. 3B). Les manquants doivent être remplacés immédiatement après la reprise.