Fiche technique : La culture du tournesol

Récolte

Ne pas perdre des quintaux de graines en récoltant sur-maturité
  • Pour limiter les pertes par égrenage ou par dégâts d’oiseaux, il ne faut pas retarder la récolte.
  • Le stade optimum de récolte est atteint lorsque l’humidité des graines est de 9 à 12 %. Ce stade peut être repéré visuellement à travers:
  • Le dos du capitule qui vire du jaune au brun;
  • Les fleurons qui tombent d’eux-mêmes.
Respecter les réglages de la moissonneuse-batteuse
  • Rechercher un égrenage complet avec des capitules découpés en 2 ou 3 morceaux au maximum derrière la machine;
  • Vitesse du batteur: 300 à 500 tours/mn;
  • Ouverture entre batteur et contre-batteur: 25 à 30 mm;
  • Ventilation : réduire de 10 % par rapport au blé (position moyenne);
  • Grille supérieure: si la grille est réglable, l’ouverture doit être de 15 mm. Dans le cas de grilles à trous ronds: 14 mm de diamètre.
  • Grille inférieure: si la grille utilisée est à trous ronds: 10 à 12 mm de diamètre.
  • Dans tous les cas, il est conseillé de consulter le catalogue d’utilisation de la moissonneuse-batteuse.
Une règle à respecter: incorporer au sol les résidus de la récolte
  • Les résidus de récolte de tournesol contiennent une grande partie des éléments minéraux absorbés par la culture, soit 87 % de K2O, 4 % en N et 15 % en P2O5.
  • La restitution au sol des débris de récolte permet d’entretenir la fertilité du sol contrairement aux pratiques chez la majorité des agriculteurs qui exportent les résidus pour des fins domestiques.
  • Pour avoir une meilleure décomposition des résidus (tiges et capitules), il est conseillé de les broyer et les incorporer au sol au moment du labour. À défaut de broyeur, l’utilisation d’un cover crop fermé peut être recommandé pour fragmenter les tiges.

Par INRA-CETIO-ASPOT