Ravageurs et maladies de l’arachide: Identification et moyens de lutte

Les maladies (Tableau 4, voir fichier PDF)

Les fontes de semis

La lutte contre les agents de fontes de semis doit être basée sur l’utilisation de semences de bonne qualité et traitées aux fongicides. Le traitement fongicide assure la désinfection des semences (Aspergillus niger, Rhizopus stolonifer); alors que la bonne qualité de la semence assure une levée rapide de plantules vigoureuses pour échapper à l’attaque des champignons telluriques (Rhizoctonia solani, Pythium spp., Fusarium spp.).

Les fongicides Thirame, Captane, Manèbe et Oxyquinoléate de Cu sont appliqués à la semence sous forme de poudre à la dose de 200 g de matière active par 100 Kg de semences pour les trois premiers produits et de 60 g de matière active pour le dernier fongicide.

La cercosporiose

La lutte contre la cercosporiose se base sur l’utilisation de deux approches:

– Les méthodes culturales visent la réduction de la quantité d’inoculum dans le sol. Cette approche se base sur la pratique d’une rotation adéquate (2 à 3 ans) et sur l’enfouissement en profondeur des débris de la culture après la récolte.
– L’autre approche, qui est chimique, vise à ralentir le taux de progression de la maladie une fois celle-ci est apparue dans une culture. Les matières actives efficaces contre la cercosporiosesont: Benomyl (300 g m.a/ha); Thiophanate methyl (750 g m.a. /ha), Tébuconazole (125 g m.a/ha). La décision du traitement fongicide contre la cercosporiose est basée sur la détection des premières taches de la maladie pendant la floraison.

La pourriture noire du collet de l’arachide

Les pertes occasionnées par Aspergillus niger peuvent être réduites par l’utilisation de semences de qualité et traitées avec des fongicides.

La progression de cette maladie est favorisée par des périodes sèches, il est conseillé d’apporter les irrigations d’une manière régulière pour éviter un dessèchement prolongé du sol.

La pourriture sèche (Rhizoctonia solani)

La lutte contre Rhizoctonia solani se base essentiellement sur des méthodes culturales, à savoir la rotation et la bonne conduite de l’irrigation et de la fertilisation azotée. L’utilisation des céréales comme précédent peut réduire le niveau d’inoculum dans le sol. L’apport d’eau et d’azote doit être raisonné de manière à éviter un développement excessif des branches des plantes. Un tel développement crée des conditions favorables à l’extension de la maladie sur les branches latérales de l’arachide en conditions humides et chaudes.

La pourriture blanche (Sclerotium rolfsii)

La lutte contre S. rolfsii est de type cultural. Elle vise à réduire le taux d’inoculum dans le sol. Elle se base essentiellement sur la rotation et l’enfouissement en profondeur des résidus des cultures.

Les nématodes

La méthode de lutte la plus pratique contre les nématodes de l’arachide demeure la rotation des cultures. La présence de certaines cultures dans l’assolement, en particulier le maïs et le sorgho, réduisent les taux d’infestation des sols à des niveaux tolérables.

Prof. Brahim Ezzahiri
Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II
et Prof. Ahmed Sekkat
Ecole Nationale d’Agriculture de Meknès