5.2 C
New York
lundi, avril 22, 2024

Buy now

L’analyse du sol: Un outil incontournable de gestion de la fertilité des sols

L’analyse du sol: Quelle importance?

Au Maroc, où le ciel sourit à la terre et où la terre sourit à l’homme, nous relevons une prise de conscience par les agriculteurs à améliorer leurs cultures, à suivre les démarches scientifiques dictées par les lois de la nature, à admettre que livrés à eux seuls avec des outils traditionnels et des méthodes empiriques, ne peuvent s’en sortir. En fait, pour assurer les besoins alimentaires des animaux ou des hommes, l’agriculture ne peut se contenter de semer et de récolter.

Certes, le sol n’est pas un simple amassement d’un certain nombre de micro et macro-nutriments. Il est comparable à la peau humaine. Il enveloppe la terre entière d’une épaisseur de 20-30 cm et plus. Utilisé par le passé comme simple support pour la culture ou comme filtre conditionnant la qualité de l’eau, le sol est enfin reconnu comme étant un milieu vivant qu’il importe de préserver pour l’avenir.

Dorénavant, le sol doit être vu et jugé comme une entité vivante. Celui qui veut alors cultiver le sol doit nécessairement connaître sa fertilité dans son propre terrain afin de pouvoir le cultiver au mieux. Car, la fertilité ne peut guère être obtenue par des moyens extérieurs.

Dans le travail pratique avec le sol, il faut tout d’abord se poser les questions suivantes: quelle est la fertilité naturelle de mon sol et que faut-il y ajouter? Que puis-je attendre de mon sol et de quelle manière dois-je l’améliorer? Vraiment, seule l’analyse du sol peut contribuer aux réponses.

C’est qu’à travers l’analyse, nous pouvons connaître les qualités et les défauts du sol, y remédier par l’apport d’engrais et d’amendements convenables et choisir des espèces végétales adaptées.

Un des points essentiels de l’importance et l’utilité des analyses du sol: c’est le besoin des plantes en fertilisants. En effet, celles-ci ont besoin pour se développer d’au moins seize éléments nutritifs essentiels pour accomplir leur cycle de croissance. Ces éléments sont l’Azote (N), le Phosphore (P), le Potassium (P), le Zinc, le Manganèse (Mn), le Cuivre (Cu).. Les plantes utilisent N, P et K en quantités importantes. Les réserves du sol en ces éléments doivent être périodiquement réapprovisionnées afin de maintenir une bonne productivité.

L’analyse du sol vise ainsi à donner une image exacte de la nature, la quantité, la concentration et des possibilités de dissémination des éléments nutritifs dans le sol, et une image exacte de la gravité de la pollution et les dangers de mise en contact avec des plantes et animaux ainsi que le risque de pollution éventuelle des eaux de nappes phréatiques. D’autant plus, elle permet d’obtenir les informations sur le comportement à adopter avec les sols affectés de salinité: « Genre de récoltes pouvant être attendu, moyens de lutte contre la salinité… ». Ce qui détermine le type de culture ainsi que le type et la fréquence d’irrigation à pratiquer, pour une bonne gestion des eaux.

Et là, nous soulignons que dans bon nombre de parcelles, les apports d’engrais se font malheureusement d’une façon hasardeuse et empirique, autrement dit, en l’absence de toute démarche scientifique et de normes adaptées aux vraies conditions de chaque culture. Cet état de choses est bien de nature à se traduire:

– Soit par des apports insuffisants et par conséquent on enregistre une carence en un ou plusieurs éléments entraînant chez les végétaux des malformations, un jaunissement du feuillage, un arrêt de croissance….

– Soit par des apports excessifs, car, l’agriculteur pense qu’en doublant ou en triplant l’apport d’engrais, il va obtenir une bonne culture en quantité et en qualité. Ce qui est tout à fait faux; ce travail augmente le coût et réduit la productivité de la culture à cause des risques de salinité, de déséquilibre….

Par exemple, un excès d’azote peut interférer et empêcher l’absorption par la plante d’un autre nutriment, exposer le végétal aux ravageurs et favoriser la formation des feuilles au détriment des fruits. Et oui, faire analyser son sol épargne de nombreuses expériences lors de la reprise ou de l’installation d’une culture. L’analyse est également très utile pour connaître le taux d’acidité puis d’ajuster ce paramètre en conséquence, selon les besoins spécifiques des végétaux.

Activités du projet ConserveTerra

Articles à la une

error: