Les ravageurs des arbres fruitiers: Le carpocapse des pommes et des poires

Types de dégâts

Attaques actives: entrées des larves avec défécations visibles de l’extérieur causant souvent la chute des fruits. Galeries en spirales sous l’épiderme évoluant profondément jusqu’aux pépins. Attaque du fruit par l’œil, surtout sur poirier;

tt Attaques tardives: pénétrations avec auréoles rouges, pas de sciure externe (fin août – septembre);

tt Attaques stoppées: taches brunâtres de 2 à 3 mm recouvrant une zone subérisée, pas de galerie interne;

tt Attaques cicatrisées: formation d’un tissu cicatriciel quelquefois proéminent à l’endroit d’une ancienne attaque arrêtée.

Biologie du carpocapse

L’activité des papillons, essentiellement crépusculaire, est fortement influencée par l’intensité lumineuse, la température ambiante, l’humidité atmosphérique et le vent. Les vols sont très importants durant les 20 minutes qui précèdent et suivent le coucher du soleil. La température favorable au vol se situe au-dessus de 13°C. Les pluies et les fortes humidités atmosphériques immobilisent l’insecte. La ponte, généralement crépusculaire, est interrompue lorsque la température est inférieure à 15°C ou le feuillage est mouillé, mais culmine aux environs de 25°C.

La fécondité d’une femelle est comprise entre 100 et 200 œufs pour une longévité proche de 15 jours. Le développement embryonnaire requiert 90 degrés-jours (seuil 10°C). La vitalité des larves néonées dépend étroitement de la température. Leur pénétration dans le fruit n’a lieu qu’au-dessus de 16°C. La durée du développement larvaire est aussi régie par la température, la prise de nourriture et la génération à laquelle appartiennent les larves. Si l’on prend 10°C comme seuil thermique, la quantité d’énergie nécessaire au développement des larves sans diapause est de 300 degrés-jours.

Les chenilles en diapause, forme d’hivernation du carpocapse, apparaissent à partir du 15 août et poursuivent leur formation jusqu’à la fin de la récolte. Elles passent l’automne et l’hiver à l’état de L5 dans un cocon blanchâtre, collé, à l’abri, dans les crevasses du tronc ou enfoui dans le sol. Lorsque leur diapause est levée, les chenilles muent progressivement en nymphes d’où émergeront des papillons durant tout le printemps (fin mars à fin juin).

Au sujet du cycle, les observations conduites à Oulmès, à Azrou et à Immouzzer fixent à deux générations complètes et une troisième partielle l’évolution du Carpocapse. La première se déroule entre début mai et fin juin, la seconde entre début juillet et 15 août. La troisième, incomplète, commence la deuxième quinzaine d’août et la presque totalité des larves L5 qui en sont issues entrent en diapause avant la récolte. Certains individus non touchés par la diapause peuvent engendrer une quatrième génération sans importance pour la culture.