29.2 C
New York
dimanche, juin 23, 2024

Buy now

La pollinisation des arbres fruitiers

2- Rosacées à noyaux
a- Cerisier

La grande majorité des variétés de cerises douces sont auto-incompatibles. L’association de variétés est nécessaire pour la pollinisation. Certaines associations comme Van et Early Van Compact, Summit et Canada Giantt Sumgita sont inter-incompatibles.

L’autofertilité existe chez certains cultivars comme Lapins, Sunburst, Sweetheart, Sumtare, Celeste, Sumpaca, Sumesi, Sumleta, Glacier et leur utilisation en verger monovariétale n’est pas limitante. Cependant, même dans le cas de cultivars autofertiles, la présence d’insectes vecteurs (abeilles principalement) reste indispensable car le pollen est trop lourd pour être transporté par le vent.

b- Amandier

L’amandier est une espèce, à l’origine, auto-incompatible et l’association de plusieurs variétés ayant les mêmes époques de floraison est nécessaire pour la fructification. Les variétés standards comme Marcona, Fournat de Breznaud, Ferragnès et Ferraduel sont auto-incompatibles et sont toujours associées dans un même verger pour la pollinisation. Une répartition de 1 rangée (variété pollinisatrice) sur 2 (variété de fond) constitue un dispositif adéquat pour optimiser la pollinisation.

Les nouvelles variétés comme Madaline, Laurane et Tuono, proposées à la culture, sont autofertiles et fructifient en verger monovariétal. Cependant leur association avec d’autres variétés est souhaitable pour un complément de pollinisation.

c- Pêcher et Abricotier

Le pêcher est en général autocompatible à l’exception de certaines variétés qui sont mâle stériles comme J. H. Hale.

Pour l’abricotier, bien qu’il est autofertile, plusieurs variétés sont rapportées être auto-incompatibles. Parmi 123 variétés et sélections d’origine européenne et américaine testées, 58% se sont révélées autocompatibles. Cette situation découle d’un important brassage génétique qui fait appel à des génotypes de différentes origines géographiques. La variété Canino qui est la plus répandue en culture est autocompatible. De même, l’abricotier local en culture est également autofertile.

La pollinisation chez ces deux espèces ne pose pas donc de problème.

d- Prunier

Si la variété de séchage Stanley est autofertile, les variétés de table Angelino et Black Amber sont partiellement auto-compatibles. Elles doivent être associées à la variété Friar qui est elle-même autostérile.

Activités du projet ConserveTerra

Articles à la une

error: