Fertilisation Minérale des Cultures Les éléments minéraux secondaires et oligo-éléments

Le bore (B)
Rôles physiologiques

Le bore est prélevé par la plante sous forme d’acide borique H3BO3 dans des sols ayant un pH inférieur à 9. Le bore joue un rôle dans:

tt La migration et l’utilisation des glucides et des assimilats;
tt La formation des ribosomes, la synthèse des protéines et la croissance méristématique;.
tt L’absorption du potassium, du phosphore, du magnésium et autres cations;
tt La stérilité ou la malformation des tissus reproductifs, en cas de carence en bore.

Déficience

La teneur moyenne des sols en bore varie de 1 à 2 ppm. Au dessous de 0,6 ppm, il y a risque de carence. L’assimilation du bore diminue quand le pH augmente. Il y a une corrélation négative entre le pH du sol et l’assimilation du bore, surtout pour des pH > 6,5.

Les symptômes morphologiques externes d’une déficience en bore sont comme suit:

tt Epaississement des bourgeons terminaux dans le cas d’une déficience grave; les jeunes feuilles sont déformées, ridées, épaisses de couleur vert-bleuâtre. Parfois une chlorose irrégulière se produit entre les nervures. Par la suite, les bourgeons terminaux et le point de croissance se dessèchent en brunissant ou en noircissant; les feuilles et les tiges deviennent rigides, cassantes et fragiles.

tt Sur le système racinaire, la carence en bore se caractérise par des racines épaisses, visqueuses et nécrosées. Chez la betterave sucrière, la déficience en bore est très souvent élucidée par la pourriture du cœur des betteraves. Les jeunes feuilles sont frisées et rabougries, se dessèchent et noircissent. Des taches brunes apparaissent sur la partie supérieure du pétiole avec des craquelures transversales. La majorité des feuilles dépérissent; les points de croissance meurent et se nécrosent; la couronne de la betterave commence à pourrir; le centre de la betterave se creuse et noircit.

tt La formation des plages liégeuses internes et externes est un symptôme qui caractérise la carence en bore chez plusieurs plantes, entre autres, la tomate, le choux-fleur, les citrus et le pommier.
Les dicotylédones sont plus sensibles à la présence de bore que les monocotylédones. Chez les arbres fruitiers, la sensibilité à la carence en bore diffère selon l’espèce et la variété. On classe les espèces fruitières selon leur réponse à la déficience en bore comme suit:

Pommier > Poirier > Pêcher > Cerisier

Le symptôme le plus typique de la carence en bore rencontré sur les fruits de pommier et de poirier se manifeste sous forme de taches liégeuses à l’intérieur du fruit et sur la robe. Le tableau 6 (voir fichier PDF) classe les plantes selon leur sensibilité à la déficience en bore.

Correction

La carence en bore peut être corrigée soit par l’apport au sol ou par pulvérisation foliaire. Les apports au sol des fertilisants boratés en mélange avec les autres engrais sont souvent pratiqués pour corriger la déficience en bore sur les cultures annuelles tandis que la pulvérisation foliaire est surtout appliquée sur les cultures en pleine croissance ou sur les cultures pérennes. Les principales sources de bore sont résumées dans le tableau 7 (voir fichier PDF).

Les légumineuses et certaines plantes racines ont besoin de 2 à 4 kg/ha de bore. Concernant la betterave à sucre, la dose recommandée est de 2 à 3 kg/ha, assurant une amélioration du rendement et de la qualité technologique des racines. Pour les autres cultures, les doses optimales sont illustrées dans le tableau 8.