Gestion des grandes salles de traite au Maroc

Au Maroc, plusieurs élevages laitiers avec d’importants effectifs allant de 500 à 2000 têtes ont été crées depuis que l’Etat marocain a décidé, en 2005, de confier la remise en valeur des grandes fermes étatiques au secteur privé, dans le cadre d’un projet de partenariat signé entre les deux parties.

Télécharger

De telles unités de production constituent un important changement d’échelle auquel peu d’éleveurs au Maroc sont habitués. Et peu de données sont disponibles sur ce genre d’élevage dans le contexte local, notamment en matière de gestion des grandes salles de traite.

Ce bulletin a pour but de mettre à la disposition des nouveaux grands projets, en cours de réalisation, les particularités de gestion que soulèvent les grandes salles de traite dans le contexte local, à travers une étude effectuée sur une salle utilisée pour traire un troupeau de 2000 têtes de Holstein.

Type d’étable et de troupeau laitier étudié

L’étable concernée dans cette étude est située à la ferme de Bargha, près de Larache, au nord ouest du Maroc. Elle gère un jeune élevage laitier de 2000 vaches de Holstein dont environ la moitié a été importée des USA et l’autre moitié d’Europe. Sur les 2000 têtes présentes au moment des observations (juin 2009), 1.786 sont traites, dont 56 % sont des primipares et 44% des vaches en seconde lactation.

L’élevage est conduit en stabulation libre dans deux bâtiments complètement ouverts, en charpente métallique haute, d’une capacité de 1000 têtes chacun. La superficie totale de chaque bâtiment, aire d’exercice comprise, est d’environ 5 ha (360 m x 136 m). Sa partie couverte comprend:

  • deux couloirs de circulation des animaux (un central de 7,50 m et un périphérique de 5m);
  • un couloir central d’alimentation de 5,64m avec muret équipé de barres de garrot et une mangeoire de chaque côté;
  • un couloir bétonné raclé au tracteur de 4,25 m et une aire de couchage large de 8,11 m de chaque côté;
  • une aire d’exercice non couverte, d’une largeur de 47,50 m de chaque côté;
  • des abreuvoirs style grand bac en béton, placés entre l’aire de couchage et l’aire d’exercice.

Chacun des deux bâtiments est constitué de 4 paddocks d’environ 250 têtes, modulables de l’intérieur au moyen des séparations métalliques de type montage/démontage rapide, afin de faciliter la gestion de l’allotement (Tableau 1).

L’étable comprend également une salle de traite, trois bâtiments de même taille et de même conception que les précédents pour les génisses, une aire réservée aux niches, des centres annexes dont une maternité, un centre pour les besoins spéciaux, un centre d’alimentation, un atelier d’entretien du matériel, un bassin de sécurité pour l’eau d’abreuvement de 3000 m3, des aires de stockage pour l’ensilage, la paille, le foin de luzerne et d’autres produits. Le projet est également doté de bassins pour la protection de l’environnement.

Le type d’alimentation des vaches laitières est la ration totale mélangée, distribuée 5 fois /jour sur toute l’année, à base d’ensilage de maïs produit sur place, de foin de luzerne, de la paille de céréales, de l’aliment composé standard (type 1 kg d’aliment pour 2,5 litres de lait), du tourteau de soja, de la mélasse, de la pulpe sèche de betterave, en plus d’un complément minéral vitaminé.

L’élevage est géré par une jeune équipe composée de 2 ingénieurs, 5 techniciens, 2 inséminateurs, un agent de bureau et une cinquantaine d’ouvriers. Il est également encadré par deux vétérinaires dont l’un est chargé de la reproduction et de la médecine préventive, et l’autre du suivi sanitaire. Au stade actuel (projet encore à son début), le temps moyen d’astreinte calculé est d’environ 16,8 minutes/vache.

La production laitière annuelle globale est de 15,6 millions de kg (contre 18 millions comme objectif à moyen terme) et la lactation standard réalisée à 305 j, est d’environ 7800 kg (contre 9000 comme objectif).