Gestion des grandes salles de traite au Maroc

Type de salle de traite

Génie civil

A l’instar des bâtiments d’élevage, la salle de traite est orientée est/ouest, perpendiculairement au vent dominant, afin d’éviter l’effet couloir du vent. Sa ventilation est surtout assurée par la brise marine sur le long pan et en cas d’appoint, par des ventilateurs installés à 2,5 m au dessus du plancher.

L’ensemble est conçu selon le chemin linéaire classique pour éviter le croisement entre les circuits des animaux et des déjections avec ceux de l’alimentation et des produits. De l’amont vers l’aval, la salle comprend une aire de 612 m2 (60 m x10,2 m), pour le tri et la contention en vue de la palpation, insémination, soins vétérinaires, … une aire d’attente de 486 m2, pour environ 300 VL, une fosse de 143,6 m2 (38m x 3,78 m x 1,05 m de profondeur), deux quais de 393 m2 pour 2 x 40 postes, deux couloirs de sortie des animaux d’une largeur de 3,78 m chacun.

La salle est ensuite prolongée par un bâtiment administratif et de surveillance de 170 m2 avec étage et double véranda pour visiteurs, qui abrite également un laboratoire + un local de service de 180 m2, et une laiterie de 72 m2. Sous ces 3 derniers locaux est aménagée une cave de 247 m2 pour la collecte et le transfert du lait, comprenant l’installation des compteurs à lait, de la pompe, du lactoduc de transfert, du magasin de stockage de pièces de rechange,….

Les autres normes d’implantation sont les normes usuelles spécifiques d’une TPA et les normes communes aux salles de traite d’une manière générale: pas de 0,71m, pente de 1% en fond de fosse, de 4% sur le quai, de 2,16 % pour l’évacuation générale des eaux blanches et vertes,… rainurage des couloirs de circulation et de service, du plancher de l’aire d’attente, carrelage antidérapant au sol, traitement à la résine époxydique du plancher de la laiterie, murs lavables et décontaminables, isolation phonique, respect des normes d’éclairage, …

Equipement de traite

Des différents systèmes de traite présents sur le marché (tandem, épi 30°, épi 60°, rotative, TPA, robot), à Mazaria, le choix a porté sur une salle de traite par l’arrière (TPA) de 2 x 40 postes, conçue en principe pour traire 2800vaches/j en régime de croisière.

Une TPA est une cage de traite dans laquelle les vaches se tiennent côte à côte dans des stalles, la croupe tournée vers la fosse et mises en position par une barre de poitrail de type rouleau. A partir de l’aire d’attente, les vaches entrent dans la cage en passant par un couloir d’entrée, formé par la barre de croupe d’un côté et les portes séquentielles fermées de l’autre. Lorsque la première vache arrive au dernier poste de traite, elle pousse la porte séquentielle et entre dans son poste. Les autres vaches font de même, avancent successivement, ouvrent les portes séquentielles et se positionnent dans les stalles jusqu’à la dernière.

Durant la traite, les vaches sont séparées entre elles par les portes séquentielles. Une fois la traite terminée, le trayeur actionne la barre rotative de poitrail; celle-ci tourne en faisant un angle de 180°, passant ainsi de rôle de barre de poitrail pour le blocage des animaux à la position horizontale haute (position 90°), pour libérer ceux-ci. Ensuite la cage termine sa demie-rotation (position 180°), se bloque et elle est de nouveau prête à recevoir un autre groupe d’animaux. Un mécanisme d’indexation permet au trayeur de faire reculer les vaches vers l’arrière pour mieux les positionner pour un meilleur accès aux mamelles.

La salle est équipée d’une série d’automatismes facilitant la tâche au trayeur dont la fermeture automatique de la porte d’entrée (détection par cellule…), la fermeture et l’ouverture semi-automatique de la lice de sortie, le système d’identification des animaux, d’enregistrement de la production laitière vache par vache, le décrochage automatique, le lavage automatique des tanks et du matériel de traite, le Step-Metrix pour la prévention des boiteries, le système à double porte pour le tri des vaches malades ou destinées à l’insémination.

A l’instar des autres salles de traite (tableau 2), la TPA n’a pas que des vertus, mais aussi des inconvénients. Eu égard au référentiel classique en épi, les principaux avantages de la TPA sont certainement (1) le nombre plus important d’animaux/unité de surface sur le quai et la sortie rapide et groupée des animaux en fin de traite grâce à la lice rotative, ce qui améliore la cadence de traite de 3 à 5 % par rapport à l’épi, (2) moins de déplacements en fond de fosse, donc un peu plus de confort pour les trayeurs, (3) moins de risques de coups de pattes au moment du trempage des mamelles ou de la pose/repose du faisceau trayeur, et (4) peu de piétinements de griffes en cas de décrochage intempestif.

Les inconvénients du système sont (1) l’investissement relatif plus important, (2) l’impossibilité d’identifier les animaux par le trayeur et par conséquent la nécessité de la pose d’un collier d’identification automatique, (3) une visibilité et une largeur d’accès à la mamelle plus réduites, (4) un risque de se salir les bras et de salir les gobelets plus grand si les pattes des animaux ne sont pas propres, et surtout (5) un temps de nettoyage plus important des quais et du matériel, du fait d’une largeur des couloirs de sortie plus importante.