Valorisation de la figue au Maroc

La figue est le fruit du figuier, un arbre de la famille des Moracées, qui est l’emblème du bassin méditerranéen où il est cultivé depuis des millénaires.

La production mondiale de figues toute nature s’élève à environ 1 million de tonnes, dont plus de 90% proviennent du bassin méditerranéen et du Moyen-Orient. Dans ce secteur, la Turquie arrive en tête avec environ 23% de la production mondiale. Le Maroc occupe le cinquième rang avec environ 6% de la production. Dans la plupart des pays, la production est consommée sur place. En 2007, les exportations représentent environ 50.000 tonnes de figues sèches et 10.000 tonnes de figues fraîches.

Télécharger

Le figuier au Maroc

La superficie totale occupée par le figuier (Ficus Carica domestica) est d’environ 56.000 ha pour une production de figues qui a atteint 82.600 tonnes en 2005. Il existe cinq grandes zones de production de figues: Taounate (22.230 ha), Chefchaouen (7.050 ha), Al Hoceima (5.000 ha), Ouezzane (3.150 ha), Tétouan (2.000 ha) et Zerhoun (150 ha). D’autres plantations sont réparties entre les régions de Taza, Nador et Béni Mellal. Le rendement moyen national est de 2,5 tonne à l’hectare en comparaison avec les 5 à 8 tonnes pour les vergers modernes. De 2003 à 2007, la production moyenne nationale de figues est d’environ 70.000 tonnes.

Des enquêtes réalisées dans les régions de Taounate et de Zerhoun de 2007 à 2010 ont montré que le figuier contribue pour 22 à 40 %, selon les douars, dans le revenu des agriculteurs à Zerhoun et dépasse 50% dans certains douars de Taounate où le figuier est la principale activité agricole.

Cependant, à cause de la sécheresse qu’a connue le Maroc durant les 30 dernières années, on note une régression des plantations de figuier en zones non irrigués. Ceci est, en partie, du à la multiplication qui se fait toujours par bouturage et les plants ne résistent pas aux températures estivales. Par ailleurs, les agriculteurs possèdent de petites parcelles dispersées et éloignées les unes des autre; ce qui ne facilite pas la synchronisation des techniques culturales et de la récolte.

Le figuier est associé à d’autres arbres fruitiers tels que l’olivier, le caroubier, le noyer et la vigne sans aucun raisonnement de la plantation. Comme l’olivier a une longévité et une vigueur plus importante que le figuier, avec le temps, celui-ci agit négativement sur la croissance et la productivité du figuier.

La culture du figuier est une activité arboricole pratiquée essentiellement dans les zones montagneuses difficiles d’accès et non irriguées. Des figuiers existent aussi en zones de petite irrigation associés à des cultures maraîchères et fourragères.

En général, la conduite culturale du figuier est faite d’une manière traditionnelle. Le travail du sol est réalisé à l’aide d’araires ou des pioches. Parfois, les légumineuses sont utilisées comme cultures intercalaires. Pour la fertilisation, on utilise le fumier, s’il existe, et très peu d’engrais. La taille et les traitements phytosanitaires ne sont plus pratiqués.

Actuellement, des vergers modernes de figuier commencent à voir le jour à proximité des centres urbains (Meknès, Marrakech, Sefrou) pour satisfaire la demande croissante en figues des confiseries et marchés extérieurs.