Conduite technique et inventaire des variétés marocaines locales de figuier dans quatre principaux sites de production (Chefchaouen, El Jadida, Ouezzane et Taounate)

Conduite technique et inventaire des variétés marocaines locales de figuier (Ficus carica L.) dans quatre principaux sites de production, provinces de Chefchaouen, El Jadida, Ouezzane et Taounate

A. EL HAJJAM, A. EZZAHOUANI, E.A. SEHHAR

Département Production, Protection, et Biotechnologie Végétale, Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II, Rabat

Résumé

Les objectifs du présent travail, mené dans quatre sites de production des figues relevant des provinces de Chefchaouen (Beni Ahmed), El Jadida (Ouled Frej), Ouezzane (Zoumi) et Taounate (Bouhouda) consistent en premier lieu à caractériser les variétés de figuiers plantées dans ces sites, à faire une typologie des exploitations, à décrire la conduite technique adoptée et à identifier les variétés potentielles pour les nouvelles plantations. Pour ce faire, nous avons réalisé des enquêtes sur un échantillon de 72 exploitations dans différents sites. La caractérisation variétale a été complétée par le prélèvement et l’analyse d’échantillons de fruits et de feuilles au laboratoire. Les résultats relatifs à la typologie montrent que les exploitations dont la SAU dépasse 5 ha représentent 20% à Ouled Frej, 11% à Bouhouda et à Beni Ahmed et seulement 5% à Zoumi. L’âge moyen des plantations est de 15 ans à Ouled Frej, 37 ans à Zoumi et Beni Ahmed, et 43 ans à Bouhouda. La conduite technique dans le site d’Ouled Frej se distingue par la pratique de l’irrigation des vergers et l’apport d’engrais et de produits phytosanitaires justifiés par la commercialisation basée sur la vente des figues fraîches. Dans les autres sites, la conduite est généralement traditionnelle, les figues sont vendues séchées à cause de l’enclavement. Le profil variétal se compose de 43 variétés dont 4 sont de type Smyrne, 18 de type Commun et 21 de type San Pedro. Le profil variétal par site est de 3 à Ouled Frej, 11 à Beni Ahmed, 11 à Bouhouda et 19 à Zoumi. Les analyses statistiques (ACP et CHA) ont montré un rapprochement entre certaines variétés qui portent des appellations différentes (synonymie). Les variétés recommandées par ordre de priorité, pour les programmes de développement futurs du figuier, sont Messari (Homran/ Lamtel/Mtioui), Fassi, Ghouddane, Ghani et Lamdar pour la production des figues fleurs fraîches, Messari, Ghouddane, Fassi, Lassoune, Masfah, Aouad et Hamri pour la production des figues d’automne à l’état frais et Nabout, Koté, Masfah, Messari, Ghouddane et Fassi pour la production des figues d’automne séchées.

Mots-clés: Figuier, variété, séchage, conduite technique, commercialisation, caprifiguier.

Orchard management and inventory of moroccan local varieties of fig (Ficus carica L.) in four main production sites, Chefchaouen, El Jadida, Ouezzane and Taounate provinces

Abstract

The present study conducted in four production sites belonging to the provinces of Chefchaouen (Beni Ahmed), El Jadida (Ouled Frej), Ouezzane (Zoumi) and Taounate (Bouhouda) aims to characterize the local fig varieties, to explore typology of farms, training orchard management and to identify varieties of value for future projects. To achieve these goals, we conducted a field survey and prospection on a sample of 72 farms in the sites considered. The characterization of varieties was supplemented by laboratory analysis of leaf and fruit samples. Results showed that farms having more than 5 ha represented 20% in Ouled Frej, 11% in Bouhouda and Beni Ahmed and only 5% in Zoumi. The age of fig-tree orchards averaged 15 years in Ouled Frej, 37 years in Zoumi, and Beni Ahmed and 43 years in Bouhouda. Orchard management is more intensive in Ouled Frej by the practice of irrigation and the use of fertilizers and other chemicals for plant protection because almost all fruit is destined for fresh market. However, in the other sites located in mountainous areas, figs are mostly marketed as dried fruit because orchards are landlocked. There were 43 varieties identified, 3 in Ouled Frej, 11 in Beni Ahmed, 11 in Bouhouda and 19 in Zoumi. The Principal component analysis (PCA) and agglomerative hierarchical clustering (AHC) have shown similarities between some varieties (synonymous). The varieties recommended for future fig tree development programs are Messari (Homran / Lamtel / Mtioui), Fassi, Ghouddane, Ghani and Lamdar for the production of the first crop fresh figs; Messari, Ghouddane, Fassi. Lassoune, Masfah, Aouad and Hamri for the production of fresh autumn figs and Nabout, Koté, Masfah, Messari, Ghouddane and Fassi for production of autumn dried figs.

Keywords: fig tree, variety, drying, cultural practices, marketing, common fig.

INTRODUCTION

Selon les statistiques de la FAO (2014), la majorité des superficies de figuier se trouvent dans la zone du bassin méditerranéen et du Moyen Orient. La plus grande superficie de figuier se trouve au Maroc avec 54 771 ha suivi par la Turquie avec 49 464 ha, l’Algérie avec 44 395 ha et l’Égypte avec 28 501 ha. Cependant, les données relatives à la production montrent que le Maroc se place en quatrième position (126 554 tonnes) alors que la Turquie se trouve en première position (300 282 tonnes) avec une production dépassant le double (2,37) de celle réalisée par le Maroc. Ceci est le résultat de rendements moyens de l’ordre de 6,07 t/ha en Turquie et 2,31 t/ha au Maroc. Notons que le rendement maximal, selon les statistiques de la FAOSTAT (2014), avoisinant 10 t/ha a été enregistré au Brésil.

Au Maroc, la majorité des plantations (85 % de la surface totale) se trouvent localisées au niveau de cinq provinces: Taounate (22 230 ha); Chefchaouen (7 050 ha) ; AI Hoceima (5 000 ha); Ouezzane (3 150 ha) et Tétouan (2 000 ha). Après une faible régression en termes de superficie entre 2007 et 2008 allant respectivement de 44 441 à 42 381 ha, la superficie ne cesse d’augmenter après le lancement du Plan Maroc Vert (PMV) pour atteindre une superficie avoisinant 69 000 ha en 2017. Le PMV englobe des projets de plantation du figuier et de valorisation des figues. Malgré les efforts déployés, certains vergers sont très âgés et conduits d’une manière traditionnelle d’où la nécessité de travaux de réhabilitation des anciennes plantations.

Une grande diversité variétale existe au Maroc et probablement beaucoup d’homonymies et/ou de synonymie d’appellation générant une situation extrêmement confuse dans la nomenclature du figuier. Certaines variétés sont communes à plusieurs régions, d’autres sont cultivées avec des noms différents et d’autres sont spécifiques à certaines régions. Comme exemple, 36 variétés/dénominations ont été dénombrées à Taounate, 29 à Ouezzane, 26 à Tétouan, 20 à Chefchaouen et 8 à Zerhoun, 3 à 5 variétés sont prédominantes dans chaque région. Certaines variétés se trouvent dans plusieurs régions, d’autres sont cultivées avec des noms différents et d’autres sont spécifiques à certaines zones (El Khaloui, 2010).

Le figuier produit une ou deux récoltes: variétés bifères à deux récoltes (figues fleurs et figues d’automne) et variétés unifères (figues d’automne) produisant une seule récolte (Vidaud, 1997). Au Maroc, les variétés bifères sont représentées essentiellement par Ournakssi, Ghouddane, El Khal, Embar El Khal, Fassi, Filalia, Jeblia, Hamra, Aounq El Hmam et Beida. Les variétés unifères concernent principalement: Embar Lebied, El Quoti Lebied, Hafer El Brhel, Chaari, Ferquouch Jmel, Nabout et Ferzaoui (MAPM, 2017). D’après l’étude de Tayou (1985) et Walali et al., (2003), six variétés sont cultivées à grande échelle au Nord du Maroc: El Messari ou Homrame ou Johri, Lembdar Labiad, Lembdar Lakhal, Rhouddane, El Koté et Aounq Hmam.

Au Maroc, de nombreux efforts ont été déployés pour développer la filière du figuier, surtout avec les projets pilier II du Plan Maroc Vert. À travers ces projets, l’État vise à augmenter la superficie des figuiers et à introduire des techniques de séchage plus performantes que le séchage traditionnel. Cependant, les variétés nationales plantées lors des réalisations de ces projets restent faibles par rapport à la diversité nationale des variétés de figuiers ainsi qu’un manque d’informations sur ces variétés et leurs caractéristiques qualitatives et quantitatives. En effet, Le souci majeur du développement des plantations du figuier réside actuellement dans le choix des variétés adaptées aux objectifs de production et de valorisation du produit dans son état frais ou sec. Les objectifs du présent travail, mené dans quatre sites de production relevant des provinces de Chefchaouen, El Jadida, Ouezzane et Taounate, consistent à identifier et caractériser les variétés de figuiers plantées dans ces sites; faire une typologie des exploitations et de la conduite technique dans chaque site; et répertorier les variétés potentielles pour les nouvelles plantations.

Fichier PDF