Conduite technique et inventaire des variétés marocaines locales de figuier dans quatre principaux sites de production (Chefchaouen, El Jadida, Ouezzane et Taounate)

CONCLUSION

Si les productions du figuier dans la région de Doukala (Ouled Frej) sont en train de prendre un esssort considérable en matière de développement et de valorisation, en revanche, l’état du figuier dans les pôles historiques de production (Chefchaouen, Ouezzane et Taounate), semblent virer vers un déclin de plus en plus alarmant dont les causes principales sont:

  • Le vieillissement des plantations, notamment dans les régions de Chefchaouen et d’Ouezzane où le figuier a été délaissé au profit de la culture du cannabis considérée comme activité vivrière prioritaire depuis une quarantaine d’années.
  • Les périodes de sécheresse répétées à l’origine d’irrégularité de la production du figuier, une année sèche peut avoir des répercussions sur deux années successives de production. Le faible développement de la pousse d’une année aride a pour conséquence une faible production de la figue d’automne et un manque considérable de la fleur mâle pour l’année suivante même en conditions climatiques favorables.
  • Une absence d’infrastructures de valorisation du produit figue et d’un marché structuré, mis à part quelques initiatives engagées dans la région de Bouhouda (Taounate) en faveur de la valorisation de la figue séchée Nabout et l’unité de valorisation d’Ouled Frej. Les projets actuels du développement de figuier dans les régions de Chefchaouen et d’Ouezzane procurent beaucoup d’espoirs pour les producteurs.

Le souci majeur du développement des plantations du figuier réside actuellement dans le choix des variétés adaptées aux objectifs de production et de valorisation du produit dans son état frais ou sec.

Les variétés du groupe 1, représentées par les bifères, dans l’ordre d’importance qualitative, Messari, Fassi et Ghouddane sont des figues très appréciées pour leurs calibres et leurs qualités gustatives et très demandées sur le marché. Les variétés de ce groupe ont l’avantage d’assurer une productivité de la figue fleur et de la figue d’automne, destinée aussi au séchage.

Le groupe 2 regroupe les figues fleurs, les figues d’automne et les figues d’automne séchées. Pour les figues fleurs, deux variétés Ghani et Lamdar de haute valeur commerciale, calibre important et qualité gustative sans équivalent ont de bonnes aptitudes à la conservation et au transport. L’inconvénient relatif à ces variétés, c’est qu’elles sont peu productives pour la figue d’automne. D’ailleurs, dans la région d’Ouezzane, on évite la caprification afin de mieux favoriser la figue fleur de l’an prochain.

Pour les figues d’automne destinées au marché frais, on trouve Lassoune, Hamri, Aouad et Masfah, ayant des fruits de très bonne qualité. La variété Lassoune présente une maturation relativement plus tardive dans la saison.

Pour les figues d’automne séchées, les variétés Nabout et Koté, se classent en premier, leurs productions sont très demandées sur le marché et les prix sont très encourageants.

Enfin, il importe de préciser que la variété Ghouddane mérite d’être considérée avec beaucoup d’intérêt dans tous les types des projets. Elle a une très bonne réputation pour ses qualités de figues fraîches ou sèches. De plus, c’est une variété bifère qui n’a pas besoin d’être caprifiée, elle permet d’assurer, de ce fait, une production importante et assez régulière d’une année à l’autre.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

El Khaloui M. (2010). Valorisation de la figue au Maroc. Transfert de technologie en agriculture (Maroc), 186: 1-4.

FAOSTAT. (2014). Consulté le 04 17, 2017, sur http://www.fao.org/faostat/en/#data/TP.

MAPM. (2017). Ministère de l’Agriculture et de la Pêche Maritime, DDFP. (Rabat), variétés de figuier et de valorisation des figues.

Tayou A. (1985). Étude technique et économique da la culture du figuier dans la région de chefchaouen. Mémoire de fin d’étude, IAV Hassan II.

Vidaud J. (1997). Le figuier. France, Ed. Centre technique inter-professionel des fruits et légumes, 264 p.

Walali L.D., Skiredj A., El Attir H. (2003). Fiches Techniques: L’amandier, l’olivier, le figuier le grenadier. Transfert de technologie en agriculture (Maroc), 105: 1-4.

Fichier PDF