Amélioration de la productivité des races locales ovines par croisement

La race “Ile-de-France” promet la production d’agneaux plus précoces avec une carcasse moins grasse et présentant un bon développement musculaire

De la comparaison des trois races du croisement terminal Ile de France, Mérinos Précoce et Lacaune nous notons que les agneaux issus de pères de la race Ile de France ont réalisé une croissance supérieure à celle des agneaux issus des pères des races Lacaune et Mérinos Précoce tous confondus de +12, +20 et +5 g/jour, respectivement pour le gain moyen quotidien entre 30 et 90 jours, le gain moyen à l’engraissement et le gain en poids de la carcasse. Ils ont aussi enregistré le meilleur indice de consommation (–0,56).

De même, les agneaux Ile de France ont réalisé à l’abattage un rendement en carcasse supérieur (+2%) et un dépôt de gras mésentérique plus faible (-200 g) avec la même tendance pour le gras de couverture. Leur carcasse a été plus dense (+1%), plus compacte (+1,2%) et elle a présenté une surface de muscle longissimus dorsi significativement supérieure de +1,38 cm², comparée à la carcasse des agneaux de pères Mérinos Précoce et Lacaune. La carcasse des agneaux de pères Ile de France a été plus conformée et de qualité meilleure. L’utilisation de la race Ile de France semble être plus efficiente et conviendrait mieux dans un système alimentaire intensif, comme race du croisement terminal, pour la production d’agneaux de bergerie précoces, plus lourds et sans excès de gras.