Amélioration de la productivité des races locales ovines par croisement

Les croisements au Maroc

La pratique du croisement dans l’espèce ovine est restée très timide voire limitée aux stations expérimentales des institutions de recherche et d’enseignement et dans certaines fermes de d’état. Ce n’est qu’à partir des années 1990, qu’un début d’intérêt pour le croisement industriel (bélier de la race améliorée x femelle de la race locale) a été observé chez les éleveurs pour la production de l’agneau précoce de qualité. Cependant, les croisements qui impliquent la race prolifique D’man, atout de l’élevage marocain pour augmenter la productivité numérique, sont encore méconnus des éleveurs. Alors que, partout dans le monde l’utilisation des races prolifiques en croisement pour augmenter, à la fois, le nombre d’agneaux et le poids commercialisé par brebis, a été très développée. De même, l’intérêt accordé à l’utilisation des races prolifiques a abouti à la création de nombreuses races synthétiques dans plusieurs régions du monde avec les retombées économiques favorables que l’on connaît.

Au Maroc, la valorisation des caractéristiques de reproduction exceptionnelles de la race prolifique D’man a suscité un intérêt considérable dès le début des années 1982. Les études significatives qui ont impliqué la race prolifique D’man ont été limitées au croisement (continus) diallèle et triallèle réalisés à l’Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II avec la race Béni Guil et la race Sardi. Cependant, les programmes de croisement (discontinus) impliquant simultanément les trois groupes de races: rustique, prolifique et améliorée du croisement terminal restent très limités et les résultats publiés sont rares. C’est pourquoi, une étude a été menée sur plusieurs années à la station expérimentale El Koudia de l’Institut Nationale de la Recherche Agronomique en partenariat, au départ, avec la direction de l’élevage du Ministère de l’Agriculture et de la Mise en Valeur Agricole.

Cette recherche s’est fixée pour objectif d’évaluer les performances zootechniques et la productivité obtenue entre races dans différents schémas de croisements: élevage en race pure, croisemen industriel simple bien connus des éleveurs marocains et le plan de croisement alternatif (croisement à double étage). Ces croisements ont été comparés et évalués dans les mêmes conditions d’alimentation et de management sur un effectif total de 1187 brebis, 1346 agneaux sevrés et 202 agneaux abattus pour étude de la qualité de la carcasse.

Les résultats exposés ici concernent les croisements impliquant la race rustique Timahdite, la race prolifique D’man et trois races améliorées (M) du croisement terminal: Ile de France, Mérinos Précoce et Lacaune rameau viande.

La comparaison sur plusieurs caractères de reproduction, de production et de qualité de la carcasse des agneaux produits dans les différents schémas, a mis en évidence les résultats et conclusions suivants.