Le néflier du Japon

Les techniques culturales

Le sol doit être maintenu propre par un cover-cropage en automne et deux à trois binages au printemps-été. Les fumures pratiquées dans la région de Meknès pour des arbres en production sont de 120 unités d’azote, 70 unités de P205 et 120 unités de K20/ha. L’azote est apporté en deux fois, 60 U/ha avant la floraison et 60 U après la récolte.

Des symptômes de carence en zinc et en fer sont parfois observés et sont corrigés par l’apport de l’élément déficient. Bien que tolérant à la sécheresse du climat méditerranéen, le néflier demande d’être irrigué pendant la période de floraison et de grossissement du fruit. Ses besoins sont de l’ordre de 600 à 800 mm/ha/an.

La taille de formation consiste à sélectionner trois à quatre charpentières distantes entre-elles de 10 à 15 cm et de constituer ainsi l’ossature de l’arbre au cours des trois premières années de sa vie.

La taille de fructification, réalisée juste après la récolte, vise à élaguer légèrement les branches qui s’entrecroisent et des rameaux dépérissants.

Après la nouaison, l’éclaircissage consiste à supprimer les extrémités des grappes, ne laissant que 6 à 8 fruits par grappe. L’éclaircissage chimique est aussi pratiqué.

Le néflier du Japon est autofertile et ne nécessite pas de pollinisateur. Néanmoins, la présence d’abeilles à la floraison permet d’obtenir un maximum de fruits.