Les cultures alternatives: l’Amarante

L’AMARANTE: une culture potentielle pour le Maroc

Introduction

Le nom Amarante vient du grec amarantos qui signifie “qui ne flétrit pas”. C’est l’une des rares fleurs à avoir donné son nom à une couleur. D’origine tropicale, cette plante porte des inflorescences de couleur rouge-pourpre, ressemblant à de longues queues, d’où le nom de “queue de renard” qui lui est souvent donnée (Amaranthus caudatus). Elle peut également porter des fleurs verdâtres (Amaranthus graezizans) ou vert pâle, presque blanches (Amaranthus albus). Il en existe une soixantaines d’espèces, parmi lesquelles l’amarante queue-de-renard, A. hybridus et A. tricolor.

Télécharger

L’amarante est originaire d’Amérique Centrale et du Sud. La plus ancienne variété aurait été découverte dans la région de Veracruz (Mexique), et elle serait connue depuis plus de 4000 ans.

L’Amarante jouit d’un regain de popularité en Amérique du Nord. Elle est vendue dans les magasins d’aliments diététiques, surtout quant elle est cultivée en biologique.

La graine d’amarante est riche en protéines (surtout en lysine), lipides et en fécule. Elle était cultivée par les civilisations Mayas, Aztèques et Incas pour ses propriétés nutritives. Les graines sont aussi utilisées dans la fabrication de cosmétiques, et de colorants.

L’amarante est expérimentée dans le cadre du projet BAFI/BYU-IAV Hassan II depuis l’automne 2001 à l’ITA de Ben Khlil, Khénifra. Un matériel diversifié constitué de 14 variétés a été testé localement. La semence multipliée a été distribuée au niveau de trois douars de la commune rurale de L’hri. Cette espèce alternative offre un grand potentiel d’adaptation.

Valeur nutritionnelle de l’amarante

L’amarante est utilisée comme une céréale. Sa saveur est légèrement épicée. La farine d’amarante rend les pâtisseries plus humides et plus sucrées. L’amarante complète bien les céréales et les légumineuses, elle contient deux fois plus de fer et quatre fois plus de calcium que le blé dur.

La feuille jeune d’amarante se consomme en légumes verts, comme les épinards. Les graines sont consommées grillées et éclatées comme du maïs soufflé, ou cuites à l’eau salée.

La farine d’amarante ne lève pas toute seule et est ajoutée à six ou huit parts de farine de blé ou de maïs pour obtenir une farine riche et nourrissante au goût de noisette.

L’amarante est exempte de gluten, elle est riche en vitamines A et B, en acide folique, en vitamine C et en minéraux tels que calcium, fer, cuivre, magnésium et phosphore. Elle est riche en protéines et contient toute la gamme des acides aminés essentiels.

Culture de l’amarante

L’amarante est une plante annuelle. Elle se caractérise par une durée de floraison allant d’août à novembre et par la beauté de ses fleurs. Les fleurs, très petites, forment parfois de longs plumets très serrés, groupés en panaches retombants. Les bractées, de couleur amarante entourant la fleur, gardent leurs fraîcheurs une fois coupées. Les tiges sont dressées ou couchées, à rameaux ascendants, glabres, de hauteur dépassant 1 mètre. Les feuilles sont alternes, à longs pétioles, glabres, à limbe clair et à bords ovales ou lancéolées.

La culture d’amarante convient particulièrement aux pays pauvres car elle est résistante à la sécheresse et facile à cultiver à la main. Le rendement peut atteindre 30 quintaux/ha. Un demi kilo de graines suffit pour ensemencer 1 ha.

L’amarante pousse bien sous la plupart des climats. Elle est particulièrement recommandée pour les régions sèches, les zones de mousson et les hautes terres tropicales. L’une des raisons qui font que l’amarante pousse bien sur des sols pauvres et infertiles est qu’elle possède des racines profondes qui lui permettent de bien explorer les différents horizons. L’amarante a aussi très peu de problèmes avec les insectes et les maladies.

L’amarante préfère être cultivé sur un terrain plat. Le lit de semence doit être bien ameubli pour bien réussir la levée. Pour un bon rendement, le sol doit aussi être maintenu humide pendant le stade jeune plantule.

Au semis, les graines peuvent être mélangées au sable et déposées le long de sillons très peu profonds. Les graines semées sont ensuite recouvertes d’une épaisseur d’un centimètre de terre. La lutte contre fourmis et termites est souvent nécessaire pendant la période de semailles (printemps – été). Au stade 5-6 feuilles, un éclaircissage de 10 à 15 centimètres entre pied permet de réduire les effets de compétition. Quand la culture est en cours d’établissement, un sarclage soigneux est recommandé. A un stade avancé, les plantes d’amarante dominent et empêchent les mauvaises herbes de pousser.

L’amarante peut atteindre jusqu’à 1 à 2 mètres de hauteur, parfois plus. Elle préfère les journées ensoleillées et chaudes où elle produit davantage de graines. L’amarante cesse de croître lorsque la température descend en dessous de 8 °C. Seule Amaranthus caudatus tolère des températures plus froides.

L’amarante est récoltée 4 à 5 mois après son installation, un peu plus tard en régions froides. L’amarante est prête pour la récolte lorsque ses graines commencent à tomber par terre.
A la récolte, les extrémités de la plante sont coupées et déposées sur une bâche pour sécher au soleil ou dans un endroit sec. Après quelques jours, les inflorescences sont secouées pour séparer les graines de la tige. Ensuite, un léger battage et le fanage permet de séparer les graines des enveloppes.

Prof. O. BENLHABIB
Département d’Agronomie et d’Amélioration des Plantes IAV Hassan II – Rabat