La résistance aux anthelminthiques chez les ruminants: Situation actuelle et mesures de contrôle

Mesures classiques pour contrôler les résistances

Elles font appel aux mesures suivantes:

Au niveau de l’animal
  • Appliquer une posologie adaptée en évitant tout sous dosage. Avec des produits à fort index thérapeutique, il convient de calculer la dose sur la base du poids de l’animal le plus lourd et l’administrer par un matériel approprié (pistolet doseur au lieu de seringue);
  • Bien appliquer les traitements: L’anthelminthique doit être administré en arrière de la langue par un pistolet doseur.
Au niveau du troupeau
  •  Réduire au minimum la fréquence d’utilisation des anthelminthiques, ce qui permet de contrôler les parasites sans pour autant viser leur éradication;
  •  Ne traiter que lorsque les infestations parasitaires sont maximales et dès qu’elles risquent d’interférer avec les performances zootechniques et la santé des animaux;
  •  Procéder à une rotation lente «annuelle» des antiparasitaires à mode d’action différents;
  •  Utiliser des produits associés à mode d’action différents;
  •  Lorsque la résistance à un anthelminthique est confirmée, il faut immédiatement stopper l’utilisation non seulement de cette substance en particulier mais également de toutes celles qui ont un mode d’action similaire pour favoriser une éventuelle réversion vers la sensibilité;

Associer les pratiques thérapeutiques aux mesures de conduite des troupeaux:

  •  Eviter le sur-pâturage, qui ne peut que déboucher sur un recyclage important des parasites résistants;
  •  Procéder à la rotation des parcelles à un rythme hebdomadaire;
  •  Eviter de pâturer les ovins et les caprins sur la même parcelle, car ces derniers pourraient constituer des réservoirs de vers résistants;
  •  Favoriser l’alternance bovins/ovins sur les mêmes surfaces au cours d’une même saison de pâturage. L’alternance des hôtes permet en effet de diminuer la charge parasitaire car les nématodes sont assez spécifiques;
  •  Afin d’éviter l’introduction de nématodes résistants dans l’élevage, déparasiter tout animal nouvellement introduit dans le troupeau, de préférence par une produit autre qu’un benzimidazole et de lui faire subir une quarantaine de quelques jours. Généralement, ce sont les géniteurs qui sont incriminés dans l’introduction des résistances.

De nouvelles solutions pour un contrôle durable des nématodes chez les ruminants

Un projet de recherche international financé par l’union européenne (FP6) portant le nom de PARASOL (www.parasol-project.org) et dans lequel l’IAV Hassan II est partenaire, traite des nouvelles méthodes pour un contrôle durable des antiparasitaires chez les ruminants. Le projet a pour ambition le développement de méthodes de Traitements Ciblés et Sélectifs (TST Targeted Selective Treatments) réservés aux seuls animaux qui expriment des signes cliniques du parasitisme ou une baisse des performances. Ces méthodes permettront de réduire le risque de résidus dans les aliments et l’environnement, le maintien d’une population parasitaire en refuge chez les animaux non traités et par là limiter le développement de la résistance aux anthelminthiques.

Le projet fournira aux éleveurs, vétérinaires et aux conseillers d’élevage, un guide pratique des procédures de diagnostic et de traitements anthelminthiques pour une gestion durable des parasites à faibles intrants chimiques.

Prof. BERRAG Boumadiane
Professeur Vétérinaire
Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II, Rabat