Les ravageurs des arbres fruitiers: Le Psylle du poirier

Surveillance du Psylle du poirier

Il n’existe ni piège, ni phéromone qui permettent de surveiller la présence ou l’activité du Psylle. Le contrôle repose entièrement sur l’observation des feuilles et des rameaux. Pour déceler la présence du Psylle adulte, on procède par frappage, c’est à dire qu’on heurte les branches avec un bâton et on recueille les insectes qui en tombent dans un plateau destiné à cet effet. Les périodes décisives pour procéder à cet échantillonnage varient d’une région à l’autre et d’une année à l’autre.

En début de saison

Il est conseillé de récolter périodiquement des échantillons de lambourdes dès fin février afin d’évaluer la pression éventuellement qu’exercera le ravageur sur le verger. Il est recommandé de noter aussi le moment où commence la ponte et le moment d’éclosion des premiers œufs. Pour déceler l’activité des adultes, il y’a lieu de prélever au moins deux échantillons vers la fin de février afin d’avoir une idée du niveau de la population qui a survécu à l’hiver.

L’importance de la population est estimée par le nombre d’individus recueillis par frappage. On considère que la population est faible s’il y a moins de 1 Psylle/coup de bâton, moyenne s’il y en a 1-2 et élevée s’il y en a plus de 3. Vingt-cinq coups de bâtons par variété, à raison d’un coup par arbre, permettent de se faire une bonne idée de la population du ravageur.

Les œufs sont pondus entre début et mi-mars, voire plus tôt, et n’éclosent généralement que vers début avril. Le contrôle des œufs permet de vérifier l’activité de ponte et l’apparition des nymphes. Un minimum de 25 lambourdes et pousses terminales par variété (1 lambourde par arbre) fournissent de bonnes indications sur les stades présents. Prélever au moins 10 lambourdes dans la partie centrale du verger et le reste sur sa périphérie. Les œufs nouvellement pondus sont blanc crème et deviennent jaunes puis orangés avant l’éclosion.

Au fur et à mesure que le feuillage se déploie, le Psylle pond ses œufs sur les feuilles et les pétioles tendres des pousses. En général, les œufs sont rassemblés à la base des feuilles le long de la nervure principale. Il s’agit, dès l’apparition du feuillage, de prélever des pousses terminales pourvues de 4-6 feuilles et d’évaluer les insectes présents dans les 5 dernières feuilles des pousses.

De mai à la récolte

La surveillance des populations estivales se fait par échantillonnage des pousses terminales et les pousses adventives dans la partie centrale de l’arbre. À la mi-juin, la majorité des feuilles sont adultes, limitant l’activité des Psylles essentiellement aux pousses adventives et aux pousses terminales encore tendres.

Pendant cette période, l’échantillonnage par observations visuelles et frappage répétés (25 coups par variété pour chaque date d’échantillon) demeure utile si l’on veut dénombrer les formes présentes (oeufs, nymphes, adultes).

L’échantillonnage hebdomadaire constitue le meilleur moyen de vérifier efficacement l’évolution des populations de Psylles. L’idéal est de commencer l’échantillonnage dès mi-février et de le poursuivre jusqu’à la récolte.

Activités du projet ConserveTerra

Articles à la une

error: