L’Agriculture Biologique au Maroc: Situation actuelle et perspectives futures

Organisation du secteur

Au Maroc, bien que les professionnels de ce secteur soient encore peu nombreux, ils sont relativement bien organisés en comparaison avec d’autres secteurs. Deux associations ont vu le jour depuis 1998: L’Association des Professionnels de la Filière Biologique (APFB) dont le siège est à Casablanca et l’association Maghrebio dont le siège est à Marrakech. Les deux associations regroupent non seulement des producteurs mais aussi des conserveurs, des commerciaux, des scientifiques, des exportateurs, des conseillers, des agents de certification, bref tous les intéressés par le mouvement bio.

Ces deux associations ont fait preuve d’un dynamisme exemplaire pendant les deux dernières années. L’APFB, joue actuellement le rôle du porte-parle des producteurs et contribue efficacement à la promotion du secteur sur le plan technique, agronomique et commercial. Quant à Maghrebio, elle a le mérite d’être ouverte à une large frange de la société civile et intègre dans ses rangs aussi bien les amateurs que les professionnels.

Les instances officielles se sont également mises à l’œuvre récemment. Une cellule à la DPVCTRF du Ministère de l’Agriculture travaille depuis quelques mois sur la réglementation nationale en matière d’Agriculture Biologique. Sur ce point, le Maroc a accusé un retard de plusieurs année en comparaison avec des pays voisins comme la Tunisie et l’Egypte. L’absence d’une telle réglementation a des répercutions néfastes sur la production, la commercialisation et l’exportation des produits biologiques. L’un des aspects contraignants est observé au niveau de la certification et de l’inspection. Jusqu’à nos jours, ces deux activités clés pour la production biologique sont effectuées exclusivement par des sociétés étrangères.

Sur le plan académique, L’IAV Hassan II a lancé depuis 1997 des activités de formation, de recherche et de développement en Agriculture Biologique. Un cours d’initiation est dispensé aux élèves ingénieurs en 5ème année Horticulture. En plus, chaque année; et depuis 1999, trois candidats de l’IAV achèvent leur formation de troisième cycle en se spécialisant en Agriculture Biologique à l’Institut Agronomique de Bari (Italie). La recherche dans ce domaine n’est pas encore bien développée mais des programmes ont été initiés dans les deux campus de l’IAV à Rabat et à Agadir. Ces activités seront couronnées en octobre 2001 par l’organisation d’unsymposium international sur l’Agriculture Biologique qui sera précédé par un cours international sur le même thème. Plus d’informations concernant ces deux activités sont disponibles dans le site Internet www.biomaroc.ma, un portail crée par l’IAV Hassan II en janvier 2001.