16.8 C
New York
mercredi, mai 25, 2022

Buy now

Développement des Cultures Fruitières Tropicales au Maroc

L’Ananas (Ananas comosus)

Le choix de la culture d’ananas est surtout lié à sa facilité de conduite et d’entretien et à sa rentabilité. Les interventions culturales et la main d’œuvre engagée sont limitées, et le prix de vente est intéressant. La substitution au bananier a aussi été avancée comme argument au niveaux de certaines exploitations enquêtées, du fait de la baisse de la rentabilité de cette culture enregistrée ces dernières années.

Divers types de tunnels sont utilisés par les producteurs. Le profil variétal est dominé par ‘Cayenne lisse’ et ‘Queen (Tahiti)’; la première étant caractérisée par son feuillage peu épineux et par des fruits de gros calibre, alors que la seconde produit des fruits plus parfumés et ses feuilles sont épineuses. Les extensions ont eu lieu à partir des vitroplants, initialement introduits de l’étranger et ultérieurement produits localement, ou bien à partir des rejets produits sur place ou achetés.

Les densités de plantation sont variables, et se situent généralement entre 20 et 40.000 plants/ha. Le paillage plastique est utilisé au niveau de plusieurs exploitations et l’irrigation localisée est généralisée. Exception faite des infestations par les nématodes, les attaques parasitaires sont quasi absentes.

Les producteurs avisés procèdent, généralement, à une lutte préventive contre les nématodes. Les rendements sont variables (20-35 T/ha) et restent très inférieurs au potentiel de la culture (50-90 T/ha). La première récolte a lieu après 18 mois et la seconde après 12 mois. Les prix de vente sont variables (15-27 Dh/Kg), et sont fonction de la qualité et du calibre des fruits, ainsi que de la période de production.

Parmi les entraves au développement de l’ananas figurent le facteur thermique (basses et hautes températures), la non maîtrise de l’induction florale, les nématodes et les difficultés de conservation et/ou de commercialisation des fruits. Certains de ces facteurs ont contribué directement à la réduction des rendements en particulier et de la production en général. Il est à noter que la difficulté de contrôle de la floraison de cette espèce se traduit par une hétérogénéité dans le développement des fruits et un échelonnement de la production. Ceci rend difficile la gestion technique de la culture et handicape la commercialisation en cas de vente en masse de la production.

Activités du projet ConserveTerra

Articles à la une

error: