16.8 C
New York
mercredi, mai 25, 2022

Buy now

Développement des Cultures Fruitières Tropicales au Maroc

Culture et principales entraves au développement des espèces présentées

L’analyse des résultats des enquêtes et études effectuées au niveau des principales régions de production des espèces fruitières tropicales a permis de prendre connaissance des principaux critères de choix de ces cultures tels qu’ils ont été présentés par les producteurs et des itinéraires techniques adoptés. Les principaux problèmes entravant le développement de ces cultures ont aussi été recensées.

L’avocatier (Persea americana)

Les principaux critères avancés par les producteurs enquêtés quant au choix de cette culture sont:

– la facilité de conduite et d’entretien de la culture et la limitation, voir l’absence, des attaques parasitaires. Ceci se traduit par une réduction des interventions et des charges (main d’œuvre, produits phytosanitaires, etc.);

– le prix de vente généralement intéressant surtout pour les productions tardives (Fuerte et surtout Hass);
– la demande croissante en avocats;

– la possibilité de conservation des fruits après leur récolte, pour une durée acceptable et sans investissement supplémentaire, ce qui permet une meilleure gestion des ventes.

Le profil variétal est dominé par Zutano, Fuerté, Bacon et Hass, greffées sur des plants issus de semis, et plantées en association (types A et B). Concernant ce dernier point, les dispositifs de plantation adoptés restent très variables d’une exploitation à l’autre. Les densités pratiquées sont de l’ordre de 150-280 arbres/ha.

Du fait du développement important de l’avocatier, il est nécessaire de procéder, avec l’âge, à des arrachages et ce dans le cas des plantations à fortes densités. Les interventions culturales se limitent essentiellement à l’apport de fumures organique et minérale, au travail du sol et à l’irrigation localisée. Certains producteurs adoptent déjà la fertigation. Les tailles sont très limitées et les attaques parasitaires sont quasi absentes.

La récolte est généralement soignée de crainte d’altérer la qualité des fruits. Les rendements obtenus sont variables et sont de l’ordre de 10-12 T/ha en année ‘plus’. Ces niveaux restent inférieurs au potentiel de production de l’ordre de 18-19 T/ha et les efforts sont à déployer pour atteindre 22 T/ha.

Parmi les problèmes recensés figurent l’alternance de la production, l’hétérogénéité des plantations, la rareté de données expérimentales locales sur le choix des dispositifs de plantation appropriés et sur la pratique raisonnée de l’irrigation et de la fertilisation, la limitation du profil variétal testé localement. Aussi, le grand développement des arbres avec l’âge, non accompagné d’une taille appropriée, rend difficiles les opérations culturales, notamment la récolte et occasionne l’ombrage de la plantation.

Des dégâts de salinité ont également été notées par endroits et l’utilisation de porte-greffe tolérants s’avère nécessaire dans cette situation.

Activités du projet ConserveTerra

Articles à la une

error: