16.8 C
New York
mercredi, mai 25, 2022

Buy now

Développement des Cultures Fruitières Tropicales au Maroc

Conseils pratiques aux producteurs

Les visites et enquêtes effectuées ont révélé que les productions obtenues restent généralement en dessous du potentiel des cultures et que la qualité des produits est moyenne à faible. La non adaptation des cultures, le choix inadéquat des cultivars et des porte-greffes, la non maîtrise de la conduite de la culture, surtout pendant les premières années d’introduction sont parmi les principales causes de ces faibles résultats, se traduisant par un important manque à gagner. Aussi, nous recommandons vivement aux producteurs et amateurs, intéressés par l’introduction de nouvelles espèces ou cultivars, la démarche suivante:

1- se renseigner, au préalable, sur les caractéristiques des espèces choisies, leurs exigences pédo-climatiques précises, les techniques de culture adoptées, la possibilité de conservation des fruits, et sur les possibilités de commercialisation et les marchés potentiels;

2- vérifier si les conditions locales répondent bien aux exigences des cultures concernées, et dans quelle mesure il serait possible de remédier aux facteurs défaillants sans altération de la production et de la qualité et sans charges excessives.

Afin de réussir votre projet, n’hésitez pas à consulter la documentation spécialisée, à approcher les experts dans le domaine et à prospecter les échecs/réussites des autres. Aussi, n’oubliez pas qu’il est généralement difficiles et/ou coûteux de remédier aux défaillances dues à un choix non raisonné des espèces et/ou des cultivars, dans le cas des plantations fruitières.

3- se renseigner sur la disponibilité en plants de qualité et sur les prix pratiqués pour effectuer les commandes à temps, en fonction du calendrier de plantation;

4- prospecter le marché et faire une estimation approximative des besoins;

5- déterminer la superficie minimale à planter et établir un calendrier de travail et d’approvisionnement en matériel nécessaire.

6- dans le cas de cultures arboricoles, envisagez la possibilité de mettre en place des cultures associées lors des premières années de non production. Ceci permettrait d’équilibrer les dépenses engagées pendant cette phase non productive. Les cultures associées doivent être à cycle court, rentables et compatibles avec la culture en place.

7- et dans la mesure du possible, mettre en place des essais de comportement collectifs, par groupes de producteurs, et/ou contribuer au financement des travaux de recherche appliquée dans ce domaine. L’association de producteurs permettra aux affiliés d’échanger l’information, de produire et/ou d’importer les plants et de se partager les frais communs, tels que la documentation, les essais de comportement, les consultations d’experts et les charges publicitaires.

Afin d’améliorer le secteur des cultures fruitières tropicales, nous recommandons, enfin, ce qui suit:

1- d’optimiser la production des cultures en place et d’améliorer la qualité de leurs produits par un choix judicieux des cultivars et par une maîtrise des différents facteurs de production;

2- de mieux valoriser les productions existantes, notamment en intégrant la transformation de certains fruits pour la production du jus et/ou de conserves (en fonction des besoin du marché; en cas d’excédents), et en valorisant certains sous-produits;

3- d’œuvrer pour encourager la consommation des fruits tropicaux via une campagne publicitaire bien étudiée, mettant l’accent sur les avantages nutritionnels, diététiques et médicales de ces produits.

Il est à noter que d’autres cultures peuvent aussi convenir au Maroc mais à condition de prendre les mesures d’accompagnement nécessaires à la réussite de leur développement, notamment la mise en place des procédés et des structures de transformation correspondants, et la plantation de superficies minimales garantissant le fonctionnement de ces unités.

Prof. Abdelhadi ABOUSALIM
Département d’Horticulture, IAV Hassan II

Activités du projet ConserveTerra

Articles à la une

error: