L’abricotier Une diversité génétique à exploiter pour relancer la culture

Principales pratiques culturales

Fumure

La fumure dépend du niveau de fertilité du sol et du niveau de production (exportation du bois et des fruits, perte). Des analyses du sol et des feuilles pourraient permettre de définir avec précision les quantités des éléments à apporter. Il est cependant utile de préciser que l’abricotier est plus exigent en calcium qu’en phosphore.

La fumure de fond consiste à apporter une quantité de fumure organique de l’ordre de 30 à 60T/ha selon les disponibilités et la nature du sol. On doit aussi apporter au moins une quantité d’éléments majeurs (NPK) équivalente aux besoins annuels d’un verger adule. Ces besoins sont estimés pour une fumure d’entretien pour un verger de 500 arbres par ha, à 120U de N, 50U de P, 90U de K et 75U Ca, soit l’équivalent des exportations annuelles.

La fumure azotée doit être fractionnée au moins en deux apports dont le premier est effectué au débourrement sous forme de sulfate d’ammoniaque et le deuxième lors du grossissement des fruits sous forme d’ammonitrate. Il est souhaitable de fractionner la fumure azotée en plusieurs apports.

Taille et formes de conduite

Productions de l’abricotier: le bois d’un an constitue le principal support de production chez l’abricotier. Le rameau mixte, qui porte à la fois des bourgeons à bois et des boutons floraux, la chiffonne qui est un rameau grêle (5 à 10 cm) ne portant que des boutons à fleurs sauf à son extrémité et le bouquet de Mai (1 à 5 cm) portant 2 à 5 boutons floraux, sont les rameaux fructifères de l’abricotier. La chiffonne en est le support le plus fréquent.

Conduite en Gobelet: L’arbre est constitué d’un tronc solide sur lequel sont réparties, à différents niveaux, des bronches charpentières (3 à 5). L’arbre prend une forme ronde et creuse, ce qui facilite les travaux de récolte et de taille. Cette forme simple et facile à conduire, est adoptée avec des distances de plantation de l’ordre 5x4m.

A la plantation, le scion est rabattu à 40 – 60 cm de hauteur selon la vigueur du plant. Les anticipés sont coupés à 2 yeux. Au printemps, on procède déjà au choix des futures charpentières, les autres pousses sont éliminées. Les 3 ou 4 charpentières les mieux placées autour du tronc sont rabattues à 50 – 60 cm au cours de l’hiver de la deuxième année.

Au troisième hiver, les prolongements des charpentières sont sélectionnés et rabattus à un niveau permettant de les renforcer (40 à 50cm) et on choisit les sous charpentières qui sont renforcées par des rabattages à des niveaux dépendant de leur vigueur. Généralement, on garde deux sous charpentières dans des directions différentes.

Taille de fructification: Elle consiste à provoquer des renouvellements à partir des rameaux mixtes et des rameaux à bois, équilibrer entre la végétation et la fructification, et dégager l’intérieur de l’arbre de manière à permettre à la lumière d’atteindre les rameaux fructifères.

Les rameaux sont taillés de la manière suivante:

Rameau à bois: taillé à 2 yeux ou rabattu à ras.

Gourmand: Ne conserver que pour renouveler une charpentière ou une sous – charpentière.

Rameau mixte: On le taille à deux yeux pour préparer des remplacements, le conserver pour sa production ou l’éliminer en cas de nombre élevé.

Chiffonne (brindille): On le conserve entièrement ou on l’ampute à sa base en cas de surnombre.

Bouquets de mai: Aucune taille n’est pratiqué sur le bouquet.

Taille en vert: La taille en vert, quant elle est pratiquée assez tôt, permet d’éliminer les pousses mal placées et celles en surplus pour permettre un bon développement du reste des rameaux et une bonne aération de l’ensemble de l’arbre. En été, l’intervention consiste surtout à pratiquer des pincements sur les pousses qui seraient éliminées en hiver. C’est une anticipation de la taille de l’hiver suivant.

Eclaircissage: C’est une opération qui vise l’amélioration du calibre des fruits en réduisant la charge de l’arbre en année de forte production et par la même occasion lui évitant d’entrer dans un cycle d’alternance. Chez l’abricotier, cette opération n’est pas aussi nécessaire que chez d’autres espèces telles que le pommier et le pêcher.

Pour une bonne sécurité, l’opération est pratiquée manuellement et consiste surtout à éclaircir les fruits supportés par les chiffonnes en laissant 3 à 5 fruits par branche et 1 à 3 par bouquets de Mai. L’éclaircissage des rameaux mixtes consiste à laisser un fruit par 15 feuilles.

Activités du projet ConserveTerra

Articles à la une

error: