Système agroforestier à cacaoyers en Côte d’Ivoire: Connaissances existantes et besoins de recherche pour une production durable

BESOINS DE RECHERCHE SUR LES SYSTÈMES AGROFORESTIERS à CACAOYERS EN CÔTE D’IVOIRE

Productivité du cacao dans les systèmes agroforestiers à cacaoyers

Malgré les pratiques agroforestières très anciennes en Côte d’Ivoire, les relations directes entre les systèmes agroforestiers et la productivité du cacao n’ont pas été véritablement établies. Seules les études (Tano, 2012) ont permis de montrer une corrélation positive entre des superficies cultivées, l’accroissement des revenus et la satisfaction des besoins essentiels (alimentation, santé, éducation) du paysan dans le Sud-ouest de la Côte d’Ivoire. Il est aussi démontré que l’utilisation des arbres fixateurs d’azote comme ombrage des cacaoyers, entraîne une amélioration très rapide de la fertilité du sol au bout de 3 à 4 ans, au lieu de 10 à 15 ans pour des jachères naturelles (Kouadio et al., 2011). Par ailleurs la productivité a été évaluée en fonction des techniques de régénération cacaoyère (Assiri et al., 2012) qui sont l’application des «bonnes» pratiques culturales en cacaoculture: gestion intégrée des déprédateurs comprenant les travaux d’entretien recommandés, la lutte intégrée contre les maladies et les insectes nuisibles du cacaoyer, la fertilisation minérale. Cependant, ne faudrait-il pas se demander les impacts de la densité de l’ombrage sur la production réelle des fèves de cacaoyer ? Même les ONGs de certification qui prônent le maintien de la diversité végétale dans les plantations, sont pour le moment, restées indifférentes quant à l’évaluation de la production liée à l’adoption ou pas des systèmes agroforestiers à cacao. Pourtant, les avantages tirés des systèmes agroforestiers (maintien de l’humidité du sol, conservation de la biodiversité, diversité des produits pour les paysans, baisse de la quantité des intrants, etc.), ont certainement des impacts sur la production cacaoyère ou sur les revenus annuels des producteurs.

Services écosystémiques dans les systèmes agroforestiers à cacaoyers

La notion de service écosystémique comme étant le lien entre les écosystèmes et le bien-être humain, est relativement récente (Ash et al., 2011). Son évaluation complète dans les systèmes agroforestiers de la Côte d’Ivoire est presqu’inexistante. Des données pouvant faire référence aux services écosystémiques d’origine végétale, existent. En effet, de nombreuses recherches (Adou Yao, 2005; Koulibaly, 2008; Djézou, 2009; Piba, 2009; Cissé, 2013) ont permis de mettre en relief la diversité des espèces végétales dans les plantations de cacaoyers et les usages qui en sont faits par les populations locales. A l’analyse des recherches effectuées, les seuls véritables services écosystémiques mis en relief sont quelques éléments des services culturels, des services d’approvisionnement et à un degré moins, la régulation (piégeage de dioxyde de carbone, lutte contre les mauvaise herbes). En effet, les valeurs patrimoniales ou emblématiques des espèces dans les systèmes agroforestiers, éléments essentiels des services culturels, ont été rarement mises en relief. L’on peut citer l’exemple des systèmes agroforestiers dans la Forêt classée de Monogaga (Sud-ouest) où la richesse en espèces à statut particulier (endémismes, rareté et menace d’extinction) y est presqu’égale à celle des forêts denses environnantes (Adou Yao et N’Guessan, 2006; Adou Yao et Roussel, 2007). Parmi ces espèces à statut particulier, certaines comme Milicia spp, Ricinodendron heudelotii, considérées comme célèbres et attrayantes car très bien connues des indigènes, peuvent permettre d’éveiller ou d’augmenter la prise de conscience du maintien de l’environnement.
Concernant les services écosystémiques d’approvisionnement abordés, des recherches de Herzog et Bachman (1992), Herzog (1994), Piba (2009) sur les systèmes agroforestiers dans la cacaoculture ivoirienne, montrent que le planteur épargne des espèces végétales qui sont des ligneux à usages multiples. Ces espèces, en plus d’être utilisées dans l’alimentation, l’artisanat, la pharmacopée, la construction etc., ont souvent une importance économique. A Oumé (Centre-ouest) par exemple, les paysans peuvent tirer profit de la vente de certains produits tels que le vin de palme, vendu à 100 Francs CFA (0,15 €) le litre, la poignée de main des amandes de Irvingia gabonensis et de Ricinodendron heudelotii vendues à 25 Francs CFA (0,04 €) et la noix de Cola nitida vendue à 25 Francs CFA (0,04 €) l’unité (Piba, 2009).
En plus de la diversité des espèces végétales ainsi que leurs usages, l’on a assisté récemment à une ébauche d’évaluation du taux de carbone dans les systèmes agroforestiers à cacao, dans le département de Lakota (Centre-ouest ; Vroh et al., 2015). Dans cette zone, les arbres matures dans les systèmes agroforestiers ont une biomasse aérienne variant de 195,4 (plantations jeunes) à 751,2 Kg.ha-1 (plantations âgées).
L’on remarque donc que les études scientifiques réalisées jusqu’à ce jour n’ont pas directement abordé la notion de service écosystémique dans sa totalité, dans les systèmes agroforestiers à cacao en Côte d’Ivoire. Même si généralement ces systèmes agroforestiers à cacao n’égalisent pas les forêts primaires en termes de services écosystémiques (Oke et Odebiyi, 2007), ils peuvent être dotés chacun de structures et de fonctions propres, assurant certains de ces services (Dalliere et Dounias, 1998). De même, des études d’estimation de la valeur économique des services écosystémiques sont inexistantes dans la littérature. Ces études sont nécessaires si l’on veut connaître les valeurs économiques totales des différents systèmes afin de promouvoir l’un ou l’autre auprès des cacaoculteurs.

CONCLUSION, PERSPECTIVES ET RECOMMANDATIONS

La présenté étude a fait le diagnostic des facteurs pédoclimatiques, d’évolution du front pionnier et des systèmes de production de cacao en Côte d’Ivoire. Depuis son introduction en 1888 en Côte d’ivoire, le front pionnier est passé progressivement du Sud-est au Sud-ouest, après une transition au Centre-ouest du pays. L’étude a permis également de caractériser les systèmes agroforestiers de culture cacaoyère selon des pratiques paysannes et des recommandations des scientifiques.
L’analyse montre que le processus du «verdissement de l’industrie cacaoyère» ivoirienne bien qu’étant encore une vision des politiques a été pendant longtemps la volonté des paysans qui ont toujours associé aux cacaoyers, des arbres exotiques et indigènes dans toutes les zones de production. Du point de vue agronomique et économique, les raisons de ces associations, selon les perceptions paysannes, sont nombreuses et diffèrent quelquefois de celles issues des recherches scientifiques.  Pour arriver à un compromis sur le choix des espèces à associer, les recherches devraient confirmer et ou infirmer ces perceptions empiriques issues de pratiques traditionnelles. C’est à travers des résultats de telles recherches que le gestionnaire du territoire ou l’agriculteur pourra être en mesure de prendre des décisions éclairées quant au choix des espèces présentes afin d’optimiser le rendement du système agroforestier.
Dans la littérature, tous chercheurs comme paysans prônent les agroforêts à cacao. Cependant il existe divers systèmes agroforestiers et il serait judicieux de faire le choix de celui pouvant conduire à une production durable véritable. Avant d’en arriver à une implantation de l’un au l’autre des systèmes à l’échelle nationale, plusieurs éléments restent à évaluer scientifiquement. Des recherches devront répondre à plusieurs questions parmi lesquelles : quels sont les services et quelles sont les valeurs économiques y afférent dont bénéficieront les paysans, de ces systèmes agroforestiers ? En d’autres termes, quel est le système qui en associant le maximum de biodiversité aux cacaoyers, pourrait compenser éventuellement l’improductivité ou la baisse du rendement des paysans ? Il s’agit donc de trouver des compromis entre production de cacao et services écosystémiques; ce qui permettra de démontrer définitivement, que les systèmes agroforestier à cacao s’inscrivent bel et bien dans un cadre de développement durable.
Comme recommandations, l’initiative de la promotion des systèmes agroforestiers à cacao, devrait prévoir soit un paiement direct aux agriculteurs, pour la conservation de la biodiversité ou la certification des produits tirés, comme ménageant la biodiversité ou l’environnement. Aussi, l’introduction/la promotion d’arbres dans les exploitations agricoles, présente également de nombreux inconvénients pour l’agriculteur, non des moindres la compétition avec les cacaoyers. Des mécanismes de dédommagement ou des primes aux agriculteurs pour tous les produits et services qu’offrent les arbres associés, sont indispensables pour encourager l’utilisation des systèmes agroforestiers.

Ficher PDF

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Adou Yao C.Y. (2005). Pratiques paysannes et dynamique de la biodiversité dans la Forêt Classée de Monogaga (Côte d’Ivoire). Thèse de Doctorat MNHN, Paris. 232pp.
Adou Yao C.Y., N’Guessan K.E. (2006). Diversité floristique spontanée des plantations de café et de cacao dans la forêt classée de Monogaga, Côte d’Ivoire. Schweiz. Z. Forstwes., 157: 31-36
Adou Yao C.Y., Roussel B. (2007). Forest management, farmers’ practices and biodiversity conservation in the Monogaga protected coastal forest in southwest Côte d’Ivoire. Africa, 77: 63-85.
Adou Yao C.Y. (2010). Pratiques paysannes, biodiversité en forêt de Monogaga, Côte d’Ivoire: Impacts des pratiques de gestion des populations locales Wanne et Bakwe et de la SODEFOR sur la forêt classée de Monogaga. Éditions Universitaires Européennes, Sarrebruck, Allemagne. 232pp.
Adou Yao C.Y., Kpangui K.B., Vroh B.T.A., Ouattara D. (2016). Pratiques culturales, valeurs d’usage et perception des paysans des espèces compagnes du cacaoyer dans des agroforêts traditionnelles au centre de la Côte d’Ivoire. Rev. d’ethnoécol., 9: 1-17.
Adou Yao C.Y., Vroh B.T.A. (2014). Etude de base des indicateurs du programme de promotion des filières agricoles et de la biodiversité (PROFIAB) au Sud-ouest de la Côte d’Ivoire. Rapport final, Vol. 2, Etude biologique. GIZ, Abidjan. 147pp.
Adou Yao C.Y. (2011). Production durable du cacao ivoirien: caractérisation, évaluation des performances et valeur de conservation pour la biodiversité des agroforêts à cacao du Centre-Ouest de la Côte d’Ivoire. Projet PASRES. 25 pp.
Agroforestry Systems. (1982). Editorial-What is Agroforestry? Agrof. Syst., 1: 7-12.
Aké-Assi L. (1998). Impact de l’exploitation forestière et du développement agricole sur la conservation de la biodiversité biologique en Côte d’Ivoire. Le flamboyant, 46: 20-21.
Aké-Assi L. (2001). Flore de la Côte d’Ivoire 1, catalogue, systématique, biogéographie et écologie. Genève, Suisse: Conservatoire et Jardin Botanique de Genève (Suisse); Boisseria, 57: 396pp.
Aké-Assi L. (2002). Flore de la Côte d’Ivoire 2, catalogue, systématique, biogéographie et écologie. Genève, Suisse: Conservatoire et Jardin Botanique de Genève (Suisse); Boisseria, 58: 441p.
Altieri M., Pengue W. (2006). GM soybean: Latin America’s new coloniser. Seedling (Jan.): 13-17.
Angoulvant G. (1916). La pacification de la Côte d’Ivoire (1908-1915): Méthodes et résultats, Emile Larose, Paris. 395pp.
Asare R. (2006). A review on cocoa agroforestry as a means for biodiversity conservation. In: Centre for Forest, Landscape and Planning Denmark, World Cocoa Foundation Partnership Conference. Brussels. 16pp.
Ash N., Bennett K., Reid W., Irwin F., Ranganathan J., Scholes R., Tomich T.P., Brown C., Gitay H., Raudsepp-Hearne C., Lee M. (2011). Les écosystèmes et le bien être humain. Oisland Press, Washington. 301pp.
Assiri A.A. (2007). Identification des pratiques paysannes dans la conduite des vergers de cacaoyers en Côte d’Ivoire. Mémoire de Diplôme d’Études Approfondies, UFR STRM, Université de Cocody, Abidjan, Côte d’Ivoire. 56pp.
Assiri A.A. (2010). Étude de la régénération cacaoyère en côte d’ivoire : impact des techniques de réhabilitation et de replantation sur le développement et la productivité des vergers de cacaoyers (Theobroma cacao L.) en relation avec l’état du sol. Thèse de Doctorat Unique, UFR STRM, Université de Cocody, Abidjan, Côte d’Ivoire. 170pp.
Assiri A.A., Kacou E.A., Assi F.A., Ekra K.S., Dji K.F., Couloud J.Y. (2009). Les caractéristiques agronomiques des vergers de cacaoyer (Theobroma cacao L.) en Côte d’Ivoire. Journal of Animal and Plant Sciences 2: 55- 66.
Assiri A. A., Kacou E.A., Assi F.A., Ekra K.S., Dji K.F., Couloud J.Y., Yapo A.R. (2012). Rentabilité économique des techniques de réhabilitation et de replantation des vieux vergers de cacaoyers (Theobroma cacao L.) en Côte d’Ivoire. Journal of Animal & Plant Sciences, 14 : 1939-1951.
Avenard J. M. (1971). Aspects de la Géomorphologie. In : Avenard J.M., Eldin E., Girard G., Sircoulon J., Touchebeuf P., Guillaumet J.-L., Adjanohoun E., Perraud A. (eds). Le milieu naturel de la Côte d’Ivoire. ORSTOM, Paris. 7-72pp.
Babin R. (2009). Contribution à l’amélioration de la lutte contre la miride du cacaoyer Sahlbergella singularis Hagl. (Hemiptera: Miridae). Influence des facteurs agro-écologiques sur la dynamique des populations du ravageur. Thèse de doctorat d’Université Montpellier III – Paul Valéry. 202pp.
Barima Y.S.S., Kouakou A.T.M., Bamba I., Sangne Y.C., Godron M., Andrieu J., Bogaert J. (2016). Cocoa crops are destroying the forest reserves of the classified forest of Haut-Sassandra (Ivory Coast). Global Ecology and Conservation, 8: 85-98
Beer J. (1987). Advantages, disadvantages and desirable characteristics of shade trees for coffee, cacao and tea. Agroforestry Systems, 5: 3-13.
Bhagwat S.A., Willis K.J., Birks J.H.B., Whittaker R.J. (2008). Agroforestry: a refuge for tropical biodiversity? Trends in Ecology and Evolution, 23: 261pp.
Bidzanga N., Fotsing B., Agoumé V., Madong B., Awana N.O., Zapfack L. (2009). Mycotrophie et connaissances paysannes des essences fertilitaires dans les agroforêts à base de cacaoyers du sud Cameroun. Cameroon Journal of Experimental Biology, 5: 79-86.
Camara A. Dugué P. Cheylan JP. et Kalms JM. (2009). De la forêt naturelle aux agroforêts en Guinée forestière. Cahier Agriculture, 18: 425-432.
CEPRASS. (2002). Les pratiques de travail dans la production de cacao en Côte d’Ivoire. IITA/BIT, Côte d’Ivoire. 108pp.
Cissé A., Aka J.C.K., Kouamé D., Vroh B.T.A., Adou Yao C.Y., N’Guessan K.E. (2016). Caractérisation des pratiques agroforestières à base de cacaoyers en Zone de forêt dense semi-decidue: cas de la localité de Lakota (Centre-ouest, Cote d’Ivoire). European Scientific Journal, 12: 50-69.
Cissé A. (2013). Caractérisation phytoécologique et estimation de la biomasse des espèces arborescentes des agroforêts à base de cacao du Département de Lakota (Centre-Ouest, Côte d’Ivoire). Mémoire de Diplôme d’Études Approfondies de Botanique de l’Université Félix Houphouët-Boigny. Abidjan. 64 pp.
Conseil Café Cacao (2015). Manuel du planteur de cacao. Ed. FIRCA-CNRA, Abidjan. 90pp.
Convention sur la Diversité Biologique (2010). Plan stratégie pour la diversité biologique et les objectifs d’Aichi 2001-2020. CDB/PNUE. 2pp.
Dalliere C., Dounias E. (1998). Agroforêts caféières et cacaoyères des Tikar (Cameroun central) structures, dynamiques et alternatives de développement. Séminaire FORAFRI Session 3, Produits de la forêt. Libreville. 26pp.
de Planhol X. (1947). Le cacao en Côte d’Ivoire, étude de géographie régionale. L’information géographique, 11: 50-57.
Deheuvels O. (2011). Compromis entre productivité et biodiversité sur un gradient d’intensité de gestion de systèmes agroforestiers à base de cacaoyers de Talamanca, Costa Rica Thèse de doctorat, École Doctorale Systèmes Intégrés en Biologie, Agronomie, Géosciences, Hydrosciences, Environnement, Montpelier, France. 185pp.
Deheuvels O., Avelino J., Somarriba E., Malezieux E. (2012). Vegetation structure and productivity in cocoa-based agroforestry systems in Talamanca, Costa Rica. Agriculture, Ecosystems and Environment, 149: 181-188.
Djézou K. (2009). Impact de la cacaoculture sur la flore et la végétation en zone de forêt dense sémi-décidue: cas du département d’Oumé en Côte d’ivoire. Mémoire de DEA, Université de Cocody-Abidjan. 50pp.
Doumbia S., Bamba V., Aman S.A., Zaghai H.S. et Tra B.T. (1990). Points de la recherche et du développement de l’agriculture en couloir en Côte d’Ivoire. Communication présentée à la deuxième assemblée générale annuelle des Membres du Réseau de Recherche sur Agriculture en couloir pour l’Afrique tropicale. Ibadan, Nigéria.
Entwistle P.F. (1972). Pests of Cocoa. Longman Group Ltd, London. 779pp.
FAO. (2006). Sécurité alimentaire, Note d’information n° 2, juin, publié par la Division de l’économie agricole et du développement (ESA) de la FAO, avec le concours du programme de partenariat FAO-Pays-Bas et du Programme de sécurité alimentaire CE-FAO.
Gnahoua G.M., Ouallou K., Balle P. (2012). Les légumineuses à croissance rapide comme plantes d’ombrage dans la replantation des cacaoyers en zone de forêt semi décidue de Côte d’Ivoire. INAFORESTA symposium, Cocoa based Agroforestry: Sustainability and Environment. Yaoundé. 21-22pp.
Guillaumet J.L., Adjanohoun E. (1971). La végétation de la Cote d’Ivoire. In Le milieu naturel de Côte d’Ivoire. Mémoires ORSTOM 50: 161- 263.
Guillaumet J.L. (1967). Recherche sur la végétation et la flore de la région du Bas Cavally (Côte d’Ivoire). Mémoire ORSTOM 20. Paris. 145pp.
Hergoz F. et Bachmann M. (1992). Les arbres d’ombrages et leurs utilisations dans les plantations de café et de cacao dans le sud du V-Baoulé, Côte d’Ivoire. Schweiz. Z. Forstwes., 143: 149-165.
Herzog F. (1994). Multipurpose shade trees in coffee and cocoa plantations in Côte d’Ivoire. Agroforestry system, 27: 259-267.
Konaté Z., Assiri A.A., Messoum F.G., Sekou A., Camara M., Yao-Kouamé A. (2015). Antécédents culturaux et identification de quelques pratiques paysannes en replantation cacaoyère en Côte d’Ivoire. Agronomie Africaine, 27: 301-314.
Kouadio K.K.H., Doudou D.T., Tschannen A., Dao D. et Girardin O. (2011). Techniques agroforestières à base de Gliricidia sepium à l’Est de la Côte d’Ivoire: impacts et perspectives. Journal of Animal & Plant Sciences 11: 1374-1379.
Kouakou K.A., Barima Y.S.S., Kouakou A.T.M., Sangne Y.C., Bamba I., Kouamé N.F. (2015). Diversité végétale post-conflits armés de la Forêt Classée du Haut-Sassandra (Centre-Ouest de la Côte d’Ivoire). J. Anim. Plant Sci., 26: 4058-4071.
Kouamé F.N., Kouadio K.E., Kouassi K., Poorter L. (2004). Floristic diversity of closed forests in Côte d’Ivoire. In: Poorter L., Bongers F., Kouamé F.N. et Hawthorne W.D. (eds). Biodiversity of West African forests. An ecological atlas of woody plant species. CABI Publishing, UK. 53-59pp.
Kouamé N.F.et Zoro B.I.A. (2010). Nouveau découpage de la zone de forêt dense humide de la Côte d’Ivoire. Sciences et Nature 7: 177 – 194.
Koulibaly A.V. (2008). Caractéristique de la végétation et dynamique de la régénération, sous l’influence de l’utilisation des terres, dans des mosaïque forêts-savanes, des Région de la Réserve de Lamto et du Parc National de la Comoé, en Côte d’Ivoire. Thèse de Doctorat, UFR Biosciences, Université de Cocody-Abidjan. 137pp.
Lachenaud P. (1987). Etude comparative de l’influence de deux modes de conduite sur les facteurs du rendement d’une cacaoyère. Café, Cacao, Thé, 29: 21-29.
Léonard E. et Ibo J. (1994). Appropriation et gestion de la rente forestière en Côte-d‘Ivoire : la nature et l’homme en Afrique. Politique Africaine, 53: 25-36.
Mangenot G. (1955). Étude sur les forêts des plaines et plateaux de la Côte d’Ivoire. Études éburnéennes, 4: 5-61.
Monnier Y. (1983). Carte de la végétation de la Côte d’Ivoire. In : Vennetier P., Laclavère G. (eds). Atlas de Côte d’Ivoire. 2e éd., Jeune Afrique, Paris. 72pp.
N’Dao Y. (2012). Rationalités, changements de pratiques et impacts des standards durables sur les petits producteurs: le cas de la certification Rainforest Alliance dans le secteur du cacao en Côte d’ivoire. Mémoire de recherche, Université Montpellier 1. France. 91pp.
N’Go Y.A., Goné D.L., Savané I., Goblé M.M. (2005). Potentialités en eaux souterraines des aquifères fissurés de la région d’Agboville (Sud Ouest de la Côte d’Ivoire): caractérisation hydroclimatique et physique. Afrique Science, 1: 127-144.
Nair P.K.R. (1993). An Introduction to Agroforestry (Dordrecht: Kluwer Academic Publishers).
Oke D.O., Odebiyi K.A. (2007). Traditional cocoa-based agroforestry and forest species conservation in Ondo State, Nigeria. Agriculture, Ecosystems and environment, 23: 305-311
Padi B., Owusu G.K. et Kumah N.K. (1996). A record of Desplatsia dewevrei (De Wild et Th. Dur.) (Tiliales: Tiliaceae) as an alternative and potential breeding host plant for the cocoa mirid Sahlbergella singularis Hagl. Actes de la 12ème Conférence Internationale sur la Recherche Cacaoyère, Brésil. 31-37 pp.
Piba S.C. (2009). Apport de la flore naturelle dans la vie de la population d’une région cacaoyère en côte d’ivoire: cas du département d’Oumé. Mémoire DEA Botanique, Université Cocody-Abidjan. 54pp.
Ravinder K.K., Harminder P.S., Daizy R.B., Shibu J. (2008). Ecological Interactions in Agroforestry: An Overview. In Daizy R.B., Ravinder K.K., Shibu J., Harminder P.S.; Ecological basis of agroforestry: 3-14 pp.
Rice R.A., Greenberg R. (2000). Cocoa Cultivation and the Conservation of Biological Diversity. AMBIO: A Journal of the Human Environment, 29: 167-173.
Roose E.J., Godefroy J. (1977). Pédogenèse actuelle comparée d’un sol ferralitique remanié sur schiste sous forêt et sous une bananeraie fertilisée de basse Côte d’Ivoire: 1968 à 1973. Cahier ORSTOM, série Pédologie, 15: 409-436.
Ruf F., Schroth G. (2004). Chocolate Forests and Monocultures: A Historical Review of Cocoa Growing and Its Conflicting Role in Tropical Deforestation and Forest Conservation. In Schroth G, da Fonseca G.A.B., Harvey C.A., Gascon C., Vasconcelos H.L. et Izac A.-M.N. Agroforestry and Biodiversity Conservation in Tropical Landscapes. Island Press, 1718 Connecticut Avenue, N.W., Suite 300, Washington, DC. 107-134pp.
Ruf F. (2011). The myth of complex cocoa agroforests: the case of Ghana. Hum. Ecol., 39: 373-388.
Ruf F. (1991). Les crises cacaoyères: La malédiction des âges d’or ? Cahiers d’études africaines, 31: 83-134.
Ruf F. (1995). Booms et crises du cacao. Les vertiges de l’or brun. Ed. Karthala. 464pp.
Sangne C.Y., Barima Y.S.S., Bamba I., N’Doumé C.T.A. (2015). Dynamique forestière post-conflits armés de la Forêt classée du Haut-Sassandra (Côte d’Ivoire) », VertigO, 15(3).
Schroth G., Lehmann J., Rodrigues M.R.L., Barros E., Macêdo J.L.V. (2004). Plant-soil interactions in multistrata agroforestry in the humid tropics. Agrof. Syst., 53: 85-102.
Somarriba E. (1992). Revisiting the Past: an Essay on Agroforestry Definition. Agrof. Syst., 19: 233-240.
Somarriba E., Beer J. (2011). Productivity of Theobroma cacao agroforestry systems with timber or legume service shade trees. Agroforestry Systems, 81: 109-121
Sonwa D.J., Bernard A., Nkongmeneck A., Weise F., Tchatat M., Akin A.A., Janssens M.J.J. (2007). Diversity of plants in cocoa agroforests in the humid forest zone of Southern Cameroon. Biodivers. Conserv., 16: 2385-2400.
Sonwa D.J., Weise S.F., Ndoye O. et Janssens M.J.J. (2003). The promotion of cocoa agroforest in west and Central Africa. Voluntary paper presented during the XII World Forestry Congress on Forests, Source of life. Quebec city. 8pp.
Tano A.M. (2012). Crise cacaoyère et stratégies des producteurs de la sous-préfecture de Méadji au Sud-Ouest ivoirien. Doctorat de l’Université Toulouse 2 Le Mirail. 261pp.
Tondoh J.E., Kouamé F.N., Guéi A.M., Sey B., Koné A.W., Gnessougou N. (2015). Ecological changes induced by full-sun cocoa farming in Côte d’Ivoire. Global Ecology and Conservation, 3: 575-595
UICN (2016). International Union for Conservation of Nature Red List of Threatened Species. www.iucnredlist.org. Date de consultation: janvier 2017.
Vroh B.T.A, Cissé A., Adou Yao C.Y, Kouamé D., Koffi K.J, Kpangui K.B., Koffi B.J.C. (2015). Relations entre la diversité et la biomasse aérienne des espèces arborescentes dans les agroforêts traditionnelles à base de cacaoyers: cas de la localité de Lakota (Côte d’Ivoire). African Crop Science Journal, 23: 311-326.
Vroh B.T.A., N’Guessan K.E., Adou Yao C.Y. (2017). Trees species diversity in perennial crops around Yapo protected forest, Côte d’Ivoire. Journal of Horticulture and Forestry, 9: 98-108
Wessel M., Quist-Wessel P.M.F. (2015). Cocoa production in West Africa, a review and analysis of recent developments. NJAS – Wageningen Journal of Life Sciences, 74-75: 1-7

Ficher PDF