Installation précoce des cultures d’automne: Cas des céréales

LES DIFFÉRENTES VARIANTES DE SYSTÈMES DE TRAVAIL DU SOL

Les systèmes de préparation du sol à recommander pour l’installation précoce des céréales, découlent de l’intégration des exigences de toutes les composantes présentées ci-dessus en matière de travail du sol: Il faudrait donc s’attendre à plusieurs situations et donc à différentes modalités de préparation du sol.

Nous allons présenter des variantes selon des critères qui intéressent la production des céréales en milieu bour, comme la topographie, le précédent cultural et la texture du sol; tout en précisant que la «précocité» du semis impose la libération de la parcelle par le précèdent cultural avant les fortes chaleurs d’été pour l’entreprise du travail primaire précoce. En effet, la récolte du précédent se fait en mai ou en juin au moment où le sol garde encore une humidité suffisante qui l’éloigne de l’état cohérent et compact. Le travail primaire doit donc avoir lieu juste après la récolte du précédent. Une partie des chaumes (60 à 75%) peut être ramassée mécaniquement avant le passage de l’outil.

Variante I
Précèdent: légumineuse, fourrage ou jachère travaillée.
Type de sol: texture fine et intermédiaire (Tirs, Hamri, Dehs).
Topographie: terrain sans pente.

Le travail primaire (précoce) peut être réalisé par un chisel à dents rigides juste après la récolte du précédent en Juin. Le passage des dents crée des perturbations physiques localisées qui sont assez profondes: 15 à 25 cm selon le type de l’outil, sans retournement et avec des fissurations qui s’étendent dans les zones entre le passage des dents. La porosité profonde ainsi créée dans le profil, va réduire le ruissellement des eaux des premières pluies et aussi améliorer l’infiltration des eaux et la resserve en eau du sol.

Le volume du sol perturbé va subir l’effet du climat d’été et d’automne, qui se traduit par un éclatement des agrégats grossiers. Vers la fin d’Octobre, la reprise est faite par un vibroculteur ou une herse combinée à un rouleau, pour préparer le lit de semences. Le semis au semoir est réalisé au début de Novembre avec une dose de 150 à 200 kg/ha. Un traitement par des herbicides pré-levée facilite le contrôle des adventices et assure l’implantation de peuplement adéquat à la levée.

Dans le cas où l’état structural de la parcelle, après la récolte du précédent, est assez poreux “Bernicha” ou après un échec dans la conduite de la culture suite à la sécheresse, un travail précoce (Mai, Juin) n’est pas nécessaire, et le travail primaire est fait à la fin d’Octobre par un vibroculteur ou une herse combinée suivie par un rouleau. Le semis est réalisé en début de Novembre . L’utilisation des herbicides pré-et/ou post-levée, selon l’intensité de l’infestation de la parcelle, est nécessaire. Cependant, il faudrait éviter que la parcelle ne se tasse par le piétinement des animaux “Hsida” durant l’été et l’automne.

Variante II
Précédent: légumineuse, fourrage ou jachère travaillée.
sol: texture fine et intermédiaire (Tirs, Hamri ou Dehs).
Topographie: Terrain en pente (£12%). C’est le cas du Saïs, de Zaer et des collines pré-riffaines.

L’alternative I est utilisée avec en plus un passage avec une herse à dents verticales et pointues faisant suite au passage par un vibroculteur. Par son action, cette herse, va faire remonter en surface des agrégats relativement grossiers et enfouir les éléments fins. L’exposition en surface de cette structure grossière va permettre de diminuer le ruissellement le long de la pente et réduire l’impact des gouttes de pluies en évitant ainsi la dégradation des éléments structuraux et leur érosion hydrique. En général, il est aussi recommandé de laisser en surface des résidus organiques (au moins 30% = reste de la paille après ramassage mécanique y compris les racines), qui vont renforcer l’effet de la structure grossière en surface.

Variante III
Précédent: céréale ou jachère non travaillée.
Sol: texture fine et intermédiaire (Tirs, Hamri, Dehs).
Topographie: Terrain sans pente.

La monoculture des céréales qui n’est pas conseillée se retrouve souvent à cause de la non réussite d’un précédent céréale due à la sécheresse soit au début du cycle qui fait échouer l’installation, soit au cours ou à la fin du cycle causant ainsi une réduction importante des composantes reproductives du rendement.

Une parcelle libérée par un tel précédent céréale ou une jachère non travaillée, est généralement infestée de semences de mauvaises herbes surtout monocotylédones et une structure assez dense et peu aérée. Dans une telle situation et surtout en présence d’une accumulation importante de résidus de paille (monoculture sur plus de 2 années), il est conseillé d’utiliser la charrue à disques pour un travail primaire une fois chaque trois années. Cet outil va réaliser un retournement et un enfouissement de 60 à 70%, permettant en même temps de réduire le potentiel de levée des mauvaises herbes au début du cycle et de créer une porosité en profondeur utile pour une conservation de l’eau.

La reprise est faite en fin octobre par un vibroculteur ou une herse combinée à un rouleau. Le choix de l’un de ces outils dépend du résultat de l’action du climat durant l’été et l’automne sur la structure créée en début d’été par la charrue. En cas de la disponibilité d’un rotavateur, il peut être utilisé devant un rouleau comme outil de reprise suivi directement du semoir. Un tel outil permet de mieux broyer et mélanger superficiellement la paille (résidu). En sol à texture intermédiaire (Dehs), il est déconseillé d’utiliser le rotavateur surtout en sol battant sauf dans le cas où il y a suffisamment de résidus organiques en surface.

Variante IV
Précédent: céréales ou jachère non travaillée
Sol: texture fine et intermédiaire
Topographie: terrain en pente

La situation de monoculture céréalière se retrouve assez souvent dans le Saïs et les collines pré-rifaines surtout durant les quinze dernières années marquées par une insuffisance de pluies et par l’absence de cultures alternatives. Dans de telles conditions, et pour minimiser l’érosion hydrique et améliorer la conservation de l’eau, le chisel à dents rigides reste l’outil primaire préféré par excellence. Cet outil doit être utilisé en mai ou juin juste après la récolte du précédent céréale et avant que le sol ne se dessèche et ne devienne très cohérent. Il est déconseillé d’utiliser la charrue à disques. La reprise est réalisée en fin octobre à l’aide du vibroculteur ou de la herse combinée à un rouleau. L’utilisation des herbicides pré- et/ou post-levée est nécessaire pour minimiser la levée importante d’adventices en début du cycle. Le semis est alors entrepris durant la première semaine de Novembre.

Le même système d’installation et recommandé en sol à texture intermédiaire sous réserve de laisser en surface relativement des résidus organiques (environ 20 à 30%) pour minimiser les risques de formation de battance et de réduire le ruissellement et l’érosion hydrique.

Remarque

1- Le tournesol est un précédent cultural assez particulier:

  • Tout d’abord, il laisse un sol desséché et compact avec des résidus difficiles à incorporer. Les tiges sont généralement exportées pour être utilisées comme source d’énergie. Donc, un travail primaire relativement profond est nécessaire pour améliorer la structure dans les 10 premiers centimètres.
  • Ensuite, la récolte du tournesol qui se fait tardivement (plein ou fin été) au moment où le sol se trouve déjà desséché et cohérent, rend difficile une installation précoce des céréales En effet, le semis précoce d’une céréale (en bour) après un tournesol n’est généralement pas possible sans utilisation des charrues, de traction puissante et de multiples passages de reprise. Le résultat obtenu qui est généralement loin d’être adéquat, n’est pas toujours rentable.

2- L’installation précoce des céréales en milieu irrigué (intensif ou extensif) sera présenté dans une autre étude.

Par  Pr. M. Oussible (1) et Pr. E-H Bourarach (2)
(1)Département d’Agronomie et d’Amélioration des Plantes
(2)Département de Machinisme Agricole
Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II