22 C
New York
mercredi, septembre 22, 2021

Buy now

Mieux fertiliser le tournesol en irrigué: Nouvelles normes pour la région du Gharb

Synthèse des résultats des essais

Réponse du tournesol à la fertilisation azotée

La réponse du tournesol à l’apport d’azote a été testée sur 13 des 14 essais réalisés. La culture a répondu positivement à l’ajout d’azote dans 7 essais (site 1 en 1999, sites 1, 5, 9, 11, 12 et 13 en 2000) (Tableau 3, voir fichier PDF). Pour les essais qui ont répondu, l’ampleur de la réponse est variable d’un essai à un autre. En effet, le coefficient de réponse (CR) varie de 12 % (site 1) à 57 % (site 11) et le rendement relatif (RR) se situe entre 63,6 % (site 11) et 89,2 % (site 1).

RR= (Rdt Témoin / Rdt max) x 100

CR = [(Rdt max – Rdt Témoin) / Rdt Témoin] x100

La recherche de relation entre les indicateurs de la fertilité azotée des sols (MO et Nmin) et la réponse de la culture est négative. En effet, il n’y a aucune corrélation significative entre la teneur en matière organique (MO) ou la teneur en azote minéral initial (Nmin) et le CR ou le RR. De même, le rendement du témoin (sans apport d’azote) n’est corrélé ni à la teneur en matière organique, ni à l’azote minéral initial. Ces résultats montrent que pour les essais réalisés il n’est pas possible de prédire la réponse du tournesol à l’apport de l’azote en se référant aux analyses de la MO ou de l’Nmin initial du sol en irrigué dans le Gharb.

Doses optimales d’azote

La détermination des doses optimales d’azote peut être faite pour les essais dans lesquels le tournesol a répondu positivement à l’apport d’azote. Le calcul se base sur l’ajustement des courbes de réponse et le calcul des marges brutes dégagées par la production. La dose optimale correspond à la quantité d’azote qui procurera à l’agriculteur le profit maximal et non pas le rendement maximal. Elle correspond à la dérivée première de la courbe de réponse.

Des exemples de courbes de réponse du tournesol à l’apport d’azote en termes de profit (marge brute) sont présentées dans les figures 1 et 2, voir fichier PDF. Les doses permettant le maximum de rendement et celles optimales permettant le maximum de gain sont présentées dans le tableau 4, voir fichier PDF.

La dose optimale d’azote est variable d’un site à l’autre. Elle est située entre 115 et 240 kg N/ha. Le rendement permis par la dose optimale est également variable d’un site à l’autre. Il est important de remarquer qu’il n’y a pas de relation directe entre la dose optimale et le rendement optimal. Par exemple, dans le site de la parcelle P1 de l’INRA, la culture a besoin de seulement 115 kg N/ha pour réaliser un rendement optimal de 59,2 qx/ha. Par contre, dans le site 9 de la parcelle 11 des Domaines, la culture du tournesol a besoin de 240 kg N/ha pour réaliser un rendement de seulement 48 qx/ha. La dose optimale permettant le gain maximal est toujours inférieure ou égale à la dose maximale.

Fourniture du sol en azote

Elle correspond à la quantité d’azote absorbée par la culture non fertilisée en azote. En fait, la fourniture du sol en azote (par minéralisation), durant tout le cycle de la culture, peut être beaucoup plus importante que ce qui est absorbé par la culture en raison de l’asynchronisme entre la fourniture du sol et les besoins de la culture. La fourniture moyenne du sol en azote effectivement absorbé par la culture varie de 44 à 202 kg N/ha. Cette quantité fournie est indépendante des teneurs en matière organique et en azote minéral initial. Par contre, la fourniture du sol en azote est proportionnelle au rendement réalisé:

Fourniture (kg N/ha) = 3,534 Rdt Témoin (qx/ha) + 2,14

Sans apport d’azote, le rendement réalisé a varié entre 12,6 et 49,7 qx/ha. Cela veut dire que si la culture est bien conduite (peuplement, irrigation, traitements phytosanitaires et herbicides adéquats), il est possible de réaliser un rendement assez élevé pouvant atteindre 50 qx/ha. Cependant, en considérant tous les sites, le rendement moyen des témoins sans apport d’azote est de 30 ± 14,5 qx/ha. Avec ce rendement, la fourniture moyenne, calculée en utilisant la relation précédente, est de 108 kg N/ha. On peut donc conclure que les sols du Gharb sur lesquels les essais ont été installés sont capables de libérer des quantités importantes d’azote par minéralisation pour répondre aux besoins de la culture du tournesol.

D’un autre coté, il est à noter que le rendement moyen des témoins obtenu dans cette étude est largement supérieur à la moyenne des rendements réalisés par les agriculteurs dans la région du Gharb (8 qx/ha). La différence est à rechercher au niveau de la réussite du peuplement et les possibilités d’irrigation, si on considère que le problème de l’attaque des grains par les moineaux est réglé.

Efficience d’utilisation de l’azote

L’efficience d’utilisation moyenne de l’azote par la culture du tournesol varie de 3,11 à 4,00 kg N/quintal de grains produit, avec une moyenne générale de 3,47 kg N/quintal. Il n’y a pas de corrélation entre l’EUN et le rendement réalisé.

Coefficient d’utilisation apparente de l’azote

Le CUA de l’azote varie dans une gamme très large, allant de pratiquement 0 à 53 %. Il est plus élevé pour la dose la plus faible d’azote apporté (N100). La moyenne étant de 26 %. Ce faible CUA de N peut être attribué à la grande capacité des sols du Gharb à minéraliser l’azote du sol en conditions d’irrigation durant le cycle de croissance et de développement du tournesol (Mars à Juillet). En effet, il est un fait connu que l’humidité apportée par l’eau d’irrigation et les températures élevées durant le printemps et l’été permettent une forte minéralisation de l’azote du sol.

Etant donnée que les sols ont une grande capacité de fourniture d’azote, et pour ne pas inutilement apporter des quantités importantes d’azote, nous pouvons retenir comme CUA de N la valeur maximale obtenue qui est de 53 % (site 1, INRA P1).

Activités du projet ConserveTerra

Articles à la une

error: