Potentialités des cultures oléagineuses hivernales en bour et dans les périmètres irrigués

Développement des cultures oléagineuses d’hiver

Au niveau de cette partie, nous présentons les principaux résultats d’une expérimentation qui a pour objet l’étude de l’effet sur le rendement de l’avancement du semis du tournesol en irrigué. Sur le même site, nous avons également testé l’effet du retard du semis du colza sur le rendement.

L’essai a été conduit à la Ferme d’Application de l’IAV Hassan II à Moghrane (FAG) sur la parcelle S1, située à proximité de l’Oued Sebou. La campagne agricole 1998/99, durant laquelle l’expérimentation a été réalisée, a totalisé une pluviométrie de 246 mm entre Septembre et Juillet.

Matériel végétal et dispositif expérimental

Trois variétés de tournesol ont été choisies pour couvrir une gamme contrastée dont les différences sont à la fois génotypiques et phénotypiques. Parmi celles-ci, une nouvelle variété population adaptée au semis d’automne (MANAR) a été comparée à une autre variété population (KARIMA) et une variété hybride (FLORASOL). Au niveau de la précocité, KARIMA est précoce, FLORASOL est semi-tardive et MANAR est tardive. Pour le colza, deux variétés ont été choisies dont une précoce (KABEL) et une semi-précoce (PACTOL).

Deux dates ont été retenues: Semis d’hiver (D1: 25 Décembre 98) et Semis de printemps (D2: 25 Mars 99). Le dispositif expérimental adopté pour les deux cultures est un Split-plot avec quatre répétitions, les dates de semis sont en grande parcelles et les variétés en petites parcelles.

Avancement du semis et rendement du tournesol

L’analyse de la variance du rendement grain du tournesol a montré des différences très hautement significatives pour le facteur variété. Pour le facteur date de semis et son interaction avec les variétés, l’analyse statistique n’a donné lieu à aucune différence (Tableau 5, voir fichier PDF). Sauf que, du point de vue économie de l’eau, les semis d’hiver ont l’avantage d’économiser de l’eau d’irrigation du fait de leur plus grande efficience d’utilisation de l’eau.

Sans irrigation, on doit s’attendre à la supériorité, du point de vue rendement grain, des semis d’hiver. Les rendements des semis d’hiver du tournesol peuvent dépasser de 2 à 6 fois ceux des semis de printemps.

La comparaison entre les variétés nous donne des moyennes de rendement (deux dates confondues) de 37 qx/ha pour FLORASOL suivie par la variété KARIMA avec 33 qx/ha et enfin la variété MANAR avec un rendement de 29 qx/ha.

Bien que l’effet date ne soit pas statistiquement significatif, on note une légère augmentation du rendement en D2 avec 34 qx/ha contre 32 qx/ha en D1. Pour l’interaction des deux facteurs, date de semis et variété, une certaine relation entre ces deux facteurs se dessine. La variété MANAR a donné un rendement en D1 supérieur à celui obtenu en D2 avec respectivement 31 qx/ha et 26 qx/ha, tandis que les variétés FLORASOL et KARIMA ont réalisé des rendements meilleurs en D2 respectivement 39 qx/ha et 36 qx/ha contre 35 qx/ha et 30 qx/ha en D1.

On peut donc noter que les génotypes tardifs seraient bien adaptés au semis d’hiver, alors que les génotypes précoces seraient adaptés au semis de printemps. Cette constatation a été vérifiée en conditions pluviales.

Activités du projet ConserveTerra

Articles à la une

error: