Le greffage de l’arganier un challenge pour la multiplication clonale

Conditions écologiques optimales pour réussir le greffage chez l’Arganier

La maîtrise des conditions écologiques est une condition primordiale pour la réussite du greffage. En définitif, quatre stades sont déterminants pour le greffage: 1) Stade de préparation du matériel végétal, 2) stade de l’opération de greffage, 3) stade de contact et d’union de la greffe et 4) stade d’acclimatation des plants greffés.

Stade 1: Les préparatifs: Avant même de réaliser la coupe, l’hydratation des plants est conseillée car elle aide à la montée d’eau et permet d’éviter les échecs du greffage. Les greffons sont aussi maintenus hydratés (en sachet plastique ou dans l’eau) et l’ambiance de greffage doit être humide, fraîche et sans courant d’air. Un apport de fertilisants au niveau du porte greffe, 24 à 48 heures avant le greffage est fortement conseillé. On préconise d’apporter une fertilisation azotée de 2 g/l d’ammonitrate plus une pulvérisation d’engrais riche en oligo-éléments plus calcium. Ceci pour favoriser la croissance des cellules, donc pour activer la soudure, et prévenir tout affaiblissement causé par le choc de l’opération et aussi pour lutter contre la pourriture du greffon durant la phase de greffage.

Stade 2: La réalisation de la coupe: Cette pratique peut causer beaucoup de différence dans les résultats. La coupe doit être rafraîchie à tous les coups à l’aide d’une lame tranchante. Les symbiotes (greffons et porte greffes) ne doivent en aucun cas être joints sans s’assurer que leurs tissus sont encore gorgés d’eau. Souvent, si on ne fait pas attention, les greffons sont recoupés sur des tiges non hydratés et les cellules de la greffe se subérisent sans faire de contact ni d’union. Il est préférable de greffer tôt le matin, la nuit ou dans un frigo à une température de 8 à 15 °C.

Stade 3: La formation du ‘pont’ de greffage: C’est la phase de greffage lors de laquelle se forme la soudure de la greffe et d’union des vaisseaux vasculaires. Pour accomplir ce stade, les plants ont été laissés dans une chambre vitrée (90 x 90 x 80 cm) avec chauffage de fond. La température est maintenue entre 27°C et 32°C et l’humidité saturante entre 95 à 100% à l’intérieur de l’enceinte. Il faut veiller à conserver ces conditions sans trop de variations. La lumière est produite par des lampes fluorescentes, suspendues à 1 m de hauteur au dessus des plants. L’intensité lumineuse est maintenue entre 800 et 1000 lux. On évite l’apport d’eau durant cette période (c’est pour cela qu’une humidification copieuse du substrat est faite avant de procéder au greffage). La lutte contre la pourriture est réalisée tous les deux à trois jours à l’aide d’un traitement par un produit anti-cryptogamique.

Stade 4: L’acclimatation: De l’union de la greffe à la sortie aux conditions d’extérieur. C’est la phase dite d’acclimatation ou de sevrage. Cette phase est délicate, longue et progressive. Tout action hâtive résulte en la mort des greffons. Cette phase ne commence qu’après l’union définitive des tissus, en général trois semaines après le greffage. Durant cette phase, on revient à la température ambiante et on réduit l’humidité ambiante en 2 ou 3 étapes (tous les 3 à 4 jours). En dernier lieu, les plants sont maintenus en chambre climatisée pour une semaine environ, avant de les mettre à l’extérieur, sous une ombrière pour l’acclimatation durant un mois environ, avant leur transplantation définitive en plein champ.

Prof. Mokhtari Mimoun
Laboratoire d’Ecophysiologie Végétale
Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II, Agadir