23.1 C
New York
dimanche, juin 23, 2024

Buy now

Le croisement au service de la production ovine

Conditions de réussite du croisement terminal

Pour réussir le croisement terminal, certaines conditions doivent être satisfaites:

– Le croisement terminal consiste à produire des agneaux de boucherie qui pèsent entre 25 et 35 kg à l’âge de 3 à 5 mois. Pour y arriver, il est important que les brebis et leurs agneaux reçoivent une alimentation riche en concentré (à la lutte, fin de gestation et lactation). Cela suppose que le croisement terminal ne peut être pratiqué que par les éleveurs qui disposent d’une conduite intensive ou semi-intensive (alimentation, prophylaxie…).

– Les béliers de lutte doivent être de races à viande pour obtenir des agneaux de qualité. Quant aux brebis, il est préférable d’utiliser celles qui ont du sang D’man (comme la race synthétique DS) pour avoir un grand nombre d’agneaux.

– Lors de l’achat des béliers de lutte, il faut s’assurer qu’ils ont une bonne conformation, qu’ils possèdent de bons aplombs et un appareil génital intègre (les deux testicules sont présents et d’un développement égal).

– Les béliers de races à viande d’origine importée sont sensibles à la piroplasmose. Il est nécessaire de traiter souvent contre les tiques et d’éviter la sortie des béliers sur parcours.

– Pour enregistrer un taux de fertilité et un taux d’ovulation élevés, il est essentiel de faire une préparation à la lutte; 3 semaines pour les brebis et 2 mois pour les béliers avant le démarrage de la lutte. En dehors de cette période, les béliers doivent être mis à l’entretien afin qu’ils n’engraissent pas trop car ils peuvent devenir incapables de chevaucher les brebis.

– Il est prudent de séparer les béliers de races à viande (parfois sans cornes) des béliers de races locales (souvent avec cornes) car les bagarres peuvent provoquer des blessures mortelles surtout chez les premiers.
l Les antenaises de races locales ne doivent pas être lutées à des béliers de races à viande, surtout l’Ile de France, car cela peut résulter en des agnelages difficiles. Les primipares peuvent être lutées de préférence à des béliers plus légers (de races locales).

– Pour que les naissances ne soient pas étalées sur une longue période, la durée de la lutte ne doit pas dépasser 2 mois. Aussi, pour avoir un taux de fertilité élevé, le nombre de brebis par bélier ne doit pas excéder 30 brebis.

– Seules les brebis qui sont capables de mener à bien une nouvelle saison de reproduction doivent être introduites en lutte. Cela veut dire que les brebis et les béliers doivent être réformés régulièrement. Les principaux critères de réforme des brebis sont l’âge, la fertilité, l’état sanitaire et l’état de la mamelle. En outre, les antenaises ne doivent être mises en lutte que si elles ont atteint les 2/3 du poids adulte.

– L’agneau doit être sevré d’autant plus jeune que sa croissance est faible sous la mère. L’âge minimum à respecter est de 6 à 8 semaines, à la condition qu’il pèse alors le triple de son poids à la naissance.

Conclusion

L’utilisation du croisement terminal, incluant les brebis de race synthétique DS ou croisées D’man, est une voie prometteuse pour augmenter la production de viande ovine à l’échelle nationale. En effet, pour satisfaire les besoins de la population en viande, le système extensif basé sur l’élevage des races locales pures avec un seul agnelage par an n’est pas à lui seul suffisant pour répondre à cet objectif. Les services de développement sont interpellés pour prendre les dispositions nécessaires afin d’améliorer la production ovine au Maroc.

Prof. Ismaïl BOUJENANE

Département des Productions Animales
Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II, Rabat

Références citées

Boujenane I. 1996. The D’man. In: M.H. Fahmy (Ed.) « Prolific Sheep ». CAB International, Oxon, U.K., pp. 109-120.
Boujenane I. 2002. Development of the DS synthetic breed of sheep in Morocco: Ewe reproductive and lamb preweaning growth and survival. Small Ruminant Research 45 (1): 61-66.
Boujenane I., Berrada D., Mihi S. & Jamai M. 1996a. Production laitière des brebis de races Timahdite, Sardi et Béni Guil en race pure et en croisement. Actes Inst. Agron. Vet. (Maroc) 16 (3): 11-18.
Boujenane I., Berrada D., Mihi S. & Jamai M. 1996b. Performances d’engraissement et caractéristiques des carcasses des agneaux issus du croisement des brebis de races Timahdite, Sardi et Béni Guil avec les béliers de races à viande. Actes Inst. Agron. Vet. (Maroc) 16 (4): 29-38.
Boujenane I., Berrada D., Mihi S. & Jamai M. 1998. Reproductive performance of ewes and preweaning growth of lambs from three native Moroccan breeds mated to rams from Moroccan and improved breeds. Small Ruminant Research 27: 203-208.
Boujenane I. & Kansari J. 2002. Lamb production and its components from purebred and crossbred mating types. Small Ruminant Research 43 (2): 115-120.
Boujenane I., Roudies N., Benmira A., El Idrissi Z. & El Aouni M. 2003. On-station assessment of performance of the DS synthetic and parental sheep breeds, D’man and Sardi. Small Ruminant Research 49 (2): 125-133.
El Fadili M. 2002. Amélioration de la productivité des races locales ovines par croisement. Bull. Transf. de Technologie n°89.
Nitter G. 1978. Breed utilisation for meat production in sheep. Animal Breeding Abstracts 46: 131-143.

Activités du projet ConserveTerra

Articles à la une

error: