Comment les producteurs de tomate ont défié le TYLC: Etat des lieux et perspectives d’amélioration

La maladie des feuilles jaunes en cuillère de la tomate “Tomato Yellow Leaf Curl Virus” (TYLCV) introduite au Maroc, était à l’origine d’importantes pertes enregistrées depuis 1998 dans la région du Souss Massa. La maladie est transmise selon le mode persistant par Bemisia tabaci; un insecte Homoptère de la famille des Aleurodidae, appelé communément “mouche blanche”.

Télécharger

L’apparition soudaine de cette épidémie peut être attribuée à l’introduction du biotype Q de cette mouche capable de se reproduire sur plusieurs hôtes, d’acquérir et transmettre rapidement le virus et de présenter une résistance aux insecticides appliqués. Le vecteur a suscité donc un intérêt économique particulier; il a rendu au départ les producteurs inquiets et perplexes dans le choix d’un insecticide de qualité aussi parfaite que possible pour lutter contre sa pullulation, raison pour laquelle certains d’entre eux traitaient systématiquement plusieurs fois par semaine avec une ou plusieurs spécialités selon un calendrier pré-établi. Le producteur devait donc choisir entre une production soumise aux menaces du TYLCV et celle d’une autre excessivement traitée. Dans les deux cas il était en face de deux choix, le meilleur d’entre eux est pire.

Conscients de ces excès d’interventions et de leur conséquence néfaste sur le consommateur et l’environnement, les producteurs de la région ont déployé tous leurs efforts et ont imaginé tous les scénarios possibles pour faire face à ce problème.

Le présent bulletin relate les résultats d’une série d’enquêtes menées auprès des producteurs sur toutes les mesures de lutte conçues dans la région du Souss Massa en vue de retenir une situation de référence “optimale” qui permettrait d’épargner la production de tomate en présence du TYLCV.

L’enquête était réalisée sur la base d’un échantillonnage qui a concerné des domaines agricoles et exploitations représentatifs de la région. Le principal outil est constitué par les listes d’agriculteurs, établies par l’Association des Producteurs Exportateurs des Fruits et Légumes (APEFEL) et par l’ORMVASM. L’enquête a porté sur une centaine d’interviews (Agriculteurs, gérants ou techniciens…) contactés sur place en compagnie d’un membre de l’APEFEL et/ou d’un ingénieur agronome appartenant à l’une des deux subdivisions de l’ORMVASM.

La fiche d’enquête fut établie sous forme d’un questionnaire et de tableaux en rapport avec tous les éléments d’information sur les mesures entreprises par les producteurs contre le TYLCV et son vecteur: Superficie, cultures, part de la tomate, équipements (Type de serres, et de filets, faîtières, portes SAS, date de semis, type de pépinière (Locale, agréée…), plantation (date, densité, variété..); destination de la production; données sur le TYLCV (date d’apparition, taux d’infestation et d’arrachage…; piégeages; paillage, calendrier de tous les traitements et opinion de l’agriculteur sur les mesures retenues (prophylactique, chimique, biologique, impact économique..).