Les Agrumes, le maraîchage et le froid hivernal

Les agrumes sont généralement classés parmi les espèces végétales pérennes moyennement sensibles au froid. Ceci est dû à leur incapacité à survivre sous des températures froides que supportent les espèces ligneuses des zones de latitudes élevées, qui peuvent atteindre des valeurs voisines de -40 °C. Cependant, l’existence des agrumes dans certains pays (USA, Turquie etc.) qui subissent régulièrement des vagues de froid très néfastes aux cultures, montre que ce groupe de fruitiers arrive à survivre des situations de gel.

En général, les agrumes sont vulnérables aux dégâts de froid à des températures inférieures à -2 °C. Cependant, à travers le monde, les agrumes les plus économiquement valeureux sont cultivés dans des zones à risques de gelée élevés (Japon, USA (Californie, Floride…), Turquie, etc..) où les températures peuvent atteindre -5 à -10 °C).

Télécharger

En Floride, des gelées sévères (< -7 °C) ont lieu en moyenne au moins une fois tous les 10 ans. Ces gelées apparaissent durant la période de décembre à février. En 1962, des températures de -7 °C, avec une durée prolongée et des minima de -11 °C, ont causé la destruction de plus de 50 millions d’arbres. Par ailleurs, la Floride avait perdu sa place de leader mondial de producteur d’agrumes au profit du Brésil à cause des pertes subies suite aux gelées sévères de 1981, 1982 et 1983 qui ont détruit environ 100 000 ha d’agrumes.

Les pays du sud de la méditerranée sont relativement à l’abri de ces conditions. Cependant, dans les plaines intérieures du Maroc, des vagues de froid gélives pour les agrumes ont été enregistrées à plusieurs reprises durant le siècle dernier mais leurs effets ont été le plus souvent très limités, mais très variables entre régions, entre vergers et même entre arbres d’une même parcelle (Fig. 1)(voir fichier PDF).

Causes de gelées et effets sur la plante

La gelée pourrait apparaître en journée calme avec un ciel clair et une atmosphère sèche. Dans ces conditions, il y a des pertes considérables d’énergie par le couvert végétal et par le sol qui se refroidissent. La gelée pourrait aussi être causée par des pertes d’énergie par convection quand il y a déplacement de l’air des régions plus froides vers des zones moins froides. Le vent froid peut intensifier ces pertes de chaleur et les dégâts causés peuvent être plus grands.

Les tissus végétaux sont constitués d’eau dans des proportions allant jusqu’à 80-90%. L’eau pure gèle à 0 °C mais peut rester en surfusion (sans formation de glace) entre 0 et -5 °C. Dans la cellule végétale, la présence de matières dissoutes diminue la température de congélation. Les tissus des organes exposés sont endommagés ou tués s’il y’a formation de glace.