Prévenir la carence en fer au Maroc

Le fer, un oligo-élément, constitue L’atome central de l’hémoglobine du sang et joue le rôle de transporteur de l’oxygène dans l’organisme. C’est également un constituant de la myoglobine du muscle et d’autres enzymes. Par conséquent, c’est un micro-nutriment essentiel pour l’Homme. Le fer peut être stocké sous forme de ferritine et hémosidérine, principalement au niveau du foie, de la rate, des reins et de la moelle osseuse. Une petite quantité de fer est associée à la transferrine, qui assure son transport dans le sang.

Télécharger

La carence en fer se manifeste en trois étapes: la première étape se traduit par une diminution des stocks en fer (ferrite plasmatique < 12µg/l). Pendant la deuxième étape, le taux de saturation de la transferrine est réduit à moins de 16 pc, mais les niveaux de la protoporphyrine érythrocytaire sont élevés. L’étape finale de la carence en fer c’est l’anémie qui se traduit par une réduction de l’hémoglobine (<130 g/l pour les individus masculins de 14 ans et plus, < 120 g/l pour les féminins du même âge).

La carence en fer, au premier rang des déficits nutritionnels mondiaux, justifie par sa gravité et sa fréquence, une politique préventive dont les moyens à envisager sont toujours en discussion.

On compte près de 1,6 milliard de personnes anémiques dans le monde. Pour plus de la moitié, ce sont des cas d’anémie liés à une carence en fer, qui peuvent être prévenues et traitées. L’anémie peut toucher toutes les tranches d’âge et de sexe, bien que les enfants et les femmes constituent les groupes les plus vulnérables. Chez les nourrissons, l’anémie peut entraîner des retards de développement intellectuel et si elle n’est pas traitée, elle peut freiner leurs capacités à apprendre. Une carence en fer chez les femmes en âge de procréer, augmente les risques liés aux complications de la grossesse et entraîne des taux plus élevés de mortalité des naissances prématurées et de faibles poids à la naissance. Chez les adultes, la carence en fer entraîne une moindre capacité au travail, surtout chez les ouvriers, ce qui les rend moins productifs et plus exposés à une insécurité économique.

Situation de la carence en fer au Maroc

L’anémie par carence en fer est fréquente chez les enfants vivant dans les conditions socio-économiques défavorables et touche sévèrement les femmes enceintes et les femmes en âge de reproduction. Sa prévalence chez les adultes de sexe masculin est relativement plus faible. les résultats d’une enquête menée au niveau national par le Ministère de la Santé Publique en 1996 ont montré que l’anémie ferriprive touche 45% des femmes enceinte, 31% des femmes en âge de reproduction, 35% des enfants âgées de 6 mois à 5 ans et seulement 10% des hommes. Ces résultats sont basés sur le dosage de l’hémoglobine et de la ferritine sérique dont la valeur inférieure à 12 µg/l est considérée anormale.

On peut constater que la carence en fer est due non seulement à une insuffisance d’apport en fer alimentaire mais aussi à sa faible biodisponibilité. En effet, les apports en fer au niveau national sont d’environ 13 mg/personne/jour, ce qui correspond à des taux de couverture des besoins inférieurs à 90%. Une étude détaillée a été menée à Chefchaouen, une province du nord du Maroc. Cette étude a touché 28 foyers répartis dans 4 villages choisis au hasard. Les résultats de cette étude ont montré que l’apport en fer est de 15 à 17 mg/p/j et que plus de 80 % de cet apport provient des aliments d’origine végétale. La biodisponibilité du fer a été estimé à 6% dans les 4 villages. Cette faible biodisponibilité du fer a été attribuée à la faible consommation d’aliments d’origine animale (source du fer héminique) et à la forte consommation des céréales et du thé au moment des repas. Ces céréales et le thé sont riches en phytates et polyphenols, substances inhibitrices de la l’absorption du fer.

Les apports en fer, déterminés dans 4 régions du Maroc à partir du profil de consommation ont été entre 14,5 et 22,5 mg/p/j et que plus de 80% de ces apports proviennent des aliments d’origine végétale, notamment les céréales dont la contribution dépasse 68%.

Le fer dans les aliments

Le fer alimentaire existe sous deux formes majeures: Le fer héminique, présent dans les aliments d’origine animale avec un taux d’absorption de 11 à 22% et le fer non hémique, généralement présent dans les aliments d’origine végétale, avec un taux d’absorption d’environ 1 à 7%.

Le tableau 1 contient une liste des aliments et leur teneur en fer, selon différentes sources (voir fichier pdf).