La race ovine Boujaâd: Ses performances en race pure et en croisement

Principaux résultats

Performances de reproduction et productivité de la brebis

Le poids de la brebis BO est en moyenne de 40,2 kg, variant pour les moyennes corrigées de 33,4 kg chez les primipares à 42,2 kg chez les brebis âgées de cinq années et plus. Le maximum de poids à la lutte enregistré chez la brebis BO est de 59,4 kg.

Le poids de la brebis DBO est en moyenne de 39,7 kg, variant pour les moyennes corrigées de 38,3 kg chez les primipares à 42,4 kg chez les brebis âgées de plus de trois années. La productivité annuelle de la laine (poids de la toison) ajustée pour les effets de l’année et l’âge de la brebis est de 1,9 kg chez la brebis BO et de 1,7 kg chez sa croisée DBO.

La fertilité des brebis a été hautement influencée par la race du bélier. Accouplées en race pure et en croisement avec les béliers D (D’man)et A (race améliorée), les brebis de race BO ont enregistré une fertilité de 89,9 et 75%, respectivement.

La prolificité à la naissance des brebis BO se situe entre 106 et 115%. Elle reste faible et comparable à celle des autres races locales. A la naissance, la supériorité de la femelle DBO sur la femelle BO est de +48% dans le croisement avec les béliers améliorés (Figure 1, voir fichier PDF).

Dans les mêmes conditions d’élevage, les brebis F1DT (D’man x Timahdite) et F1DS (D’man x Sardi) ont montré une prolificité supérieure, soit respectivement 1,71 et 1,88 agneaux par brebis. Cet écart important dans nos conditions peut être expliqué probablement par une moins bonne aptitude à la combinaison de la race BO avec la race D. Mais surtout par le fait que les races Timahdite et Sardi ont été sélectionnées au niveau du domaine El Koudia depuis plusieurs années, tandis que les brebis de la race BO ont été introduites pour le besoin de cette recherche.

La productivité au sevrage par brebis est significativement supérieure dans le croisement industriel utilisant les béliers de races améliorés (+3 kg) en comparaison à l’élevage en race pure BO (Figure 2, voir fichier PDF).

Viabilité et croissance des agneaux

A la naissance, la viabilité des agneaux est élevée pour tous les génotypes, soit supérieure à 96%. Alors qu’au sevrage, la perte d’agneaux est beaucoup plus importante chez les agneaux nés des brebis DBO dans le croisement à double étage (29%) qu’aux agneaux nés des mères BO en race pure (15%) ou dans le croisement industriel (17%).

Les agneaux nés du croisement industriel ont réalisé le poids le plus élevé à la naissance. Ceux nés des brebis DBO ont réalisé un poids à la naissance moindre (Tableau 1) due à la prolificité supérieure de la brebis DBO. Au sevrage, les agneaux BO ont réalisé un poids faible, soit -1,50 et -3,93 kg par rapport aux agneaux nés respectivement des accouplements: DBO et ABO. Les agneaux du croisement industriel nés des mères BO ont toutefois tendance à montrer une croissance pondérale significativement supérieure à celle des agneaux nés des mères DBO. Cette différence peut être due à l’effet négatif de 25% de gènes D contenus dans les génotypes ADBO (Tableau 1, voir fichier PDF).