La race ovine Boujaâd: Ses performances en race pure et en croisement

Développement des carcasses

La race du père de croisement a eu un effet très hautement significatif sur la longueur et la largeur de la carcasse ainsi que sur le périmètre du gigot, le score de conformation, et la compacité de la carcasse (Tableau 3, voir fichier PDF). Les agneaux ABO ont présenté des carcasses plus compactes plus courtes et plus larges et des gigots plus ronds et plus courts, en comparaison aux agneaux BO et DBO (Tableau 3). De même, la conformation des carcasses appréciées subjectivement montre une nette supériorité des agneaux ABO.

La surface de muscle longissimus dorsi des carcasses des agneaux BO et DBO a été nettement inférieure à celle des agneaux nés dans le croisement industriel simple ABO (Tableau 3).

L’ensemble des caractéristiques des carcasses des agneaux nés des accouplements impliquant les femelles DBO et la race améliorée ont présenté une qualité des carcasses comparable à ceux nés des brebis BO. L’avantage de la race Ile-de-France comme race de croisement terminal, en termes de croissance d’agneaux et de production de la viande maigre a été confirmée contrairement à la race Lacaune.

Conclusions

Cette recherche a permis d’apporter des informations importantes et a fortement contribué à la caractérisation de la race Boujaâd en race pure et en croisement. Les performances de cette dernière accouplée en race pure ou en croisement avec les béliers des races spécialisées: D’man, Ile-de-France et Lacaune, ont montré que dans les conditions d’élevage de la station El Koudia, le croisement terminal donne les meilleurs résultats, excepté pour la fertilité des brebis et la viabilité des agneaux à 90 jours. Le croisement de 1ère génération avec 50% des gènes D’man a donné un résultat comparable voire supérieur à l’élevage Boujaâd pur pour le poids à 90 jours et le gain de poids indiquant un effet d’hétérosis favorable du croisement.

Enfin, sur la base de nos résultats antérieurs où nous avons pu comparer de nombreux génotypes impliquant les principales races locales de parcours, nous avons constaté que les carcasses des agneaux des races Boujaâd et Sardi présentent le même profil en ce qui concerne le dépôt de gras et le développement musculaire. En effet, les deux races présentent des carcasses moins grasses et moins bien conformées comparées aux carcasses des agneaux de la race locale Timahdite, élevées dans les mêmes conditions.

Les caractéristiques des carcasses des agneaux des races locales ou issues du croisement méritent d’être comparées pour des poids supérieurs sur des antenais plus âgés que les agneaux de cette étude dont les âges moyens à l’abattage ont été inférieurs à cinq mois. Les agneaux issus du croisement terminal impliquant la race paternelle Ile-de-France ont réalisé une croissance supérieure aux agneaux de pères Lacaune à tout âge, conduisant ainsi à la production de carcasses plus lourdes et moins grasses.

Dr. Moussa El Fadili

Institut National de la Recherche Agronomique, Rabat
elfadilimoussa@yahoo.fr